Bilan final Challenge Voisins Voisines 2021

voisinsvoisines2021_1

Nous étions 14 participants dont 11 actifs

Nous avons lu ensemble 131 livres  (dont 120 différents)

Le livre le plus lu :

L’enfant étoile – Katrine Engberg (Danemark)
(Sharon, Aproposdelivres , Manika)

 L’auteur le plus lu :

M.C. Beaton (Écosse) et Amélie Nothomb (Belgique)
avec 5 livres différents 

Grands lecteurs : 

Sharon : 25 livres
Eimelle : 20 livres
Manika : 19 livres
Pipelette liseuse : 18 livres
Eve-Yeshé : 17 livres

Aproposdelivres : 13 livres
Passage à l’Est et Sibylline : 6 livres
LydiaB : 5 livres
Noctenbule, Laminutelivres : 1 livre

Spécialistes…

Angleterre Sharon  (11 livres), Eimelle (10 livres), Pipelette liseuse (9 livres)
Belgique  : Manika (6 livres),

Nombre de pays visité : 25 pays

Albanie, Allemagne, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, Hongrie, Islande, Italie, Lituanie, Norvège, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni (Angleterre, Écosse), Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse

ue_meeddm_cs_19500k_12-2

Pays gagnants :

Angleterre (Royaume-Uni) : 44
Italie  : 14
Belgique  : 11

Grands voyageurs :

Sharon : 11 pays
Manika : 10 pays
Aproposdelivres : 9 pays
Eimelle, Eve-Yeshé et Pipelette liseuse : 7 pays

Bilan chiffré du 29/12/2021

J’ai peut-être oublié de noter une ou plusieurs de vos lectures…
N’hésitez pas à me signaler mes erreurs, elles seront rectifiées ultérieurement !

Le challenge se poursuit en 2022 !

voisinsvoisines2021_new50

L’année 2021 en chiffres…

Mes lectures au cours de l’année 2021

Nombre de lectures moins important en 2021 (100) par rapport à 2020 (112)
Le télétravail avec moins de transport en commun, en est la cause.

stat1

*  *  *

Par genre

stat2

Les BDs sont largement au 1er rang suivis par les romans au 2ème rang,
puis les polars et documents au 3ème rang

*  *  *

Par sexe de l’auteur

feminin_masculin

Il y a plus de 60% auteurs masculins pour moins de 40% auteures féminines.
Pour mes lectures de romans, policiers et BD, c’est toujours en faveur du masculin,
65%, 43% et 40%
L’égalité est là pour les documents.
Et pour la jeunesse, les auteures féminines sont majoritaires à 57%

*  *  *

Par nationalité de l’auteur

Romans

stat_roman

Près de 43% de romans français, puis un peu moins de 30% de romans d’Amérique du Nord
et un peu plus de 20 % de romans européens 

Polar, roman noir, thriller 

stat_polar

Pour les polars, ils sont essentiellement européens

BD

stat_bd

Pour les BD, la France est la grande gagnante avec 3/4 !

*  *  *

Tous genres confondus, j’ai lu des livres de 20 nationalités différentes
dont 13 en Europe…
Après la France (83 + 1 Tahiti), les grands gagnants sont la Belgique (8) et
le Canada (8 dont 7 du Québec) puis les États-Unis (4) et l’Italie (4)

*  *  *

Merci à tous pour vos visites et vos commentaires.

A l’Année Prochaine !

Mes livres coups de cœurs 2021

60154775

Voici une sélection complètement subjective de livres qui m’ont marqués,
qui m’ont touchés, qui m’ont émus, que j’ai aimé cette année…

Dans la catégorie Roman francophone

 pid707306 81OfidFjIiL

Kukum – Michel Jean
Nikolski – Nicolas Dickner

Dans la catégorie Roman étranger

31CDUUyjCSL 71lfdrHxd2L 71oEbGXsbLL
La légende des filles rouges – Kazuki Sakuraba
Olive Kitteridge – Elizabeth Strout
La brodeuse de Winchester – Tracy Chevalier

Dans la catégorie Roman policier

719k1zgHdeL

Toute la violence des hommes – Paul Colize

Dans la catégorie Document

81PotSM0qqL

Dans les geôles de Sibérie – Yoann Barbereau

Dans la catégorie Adolescent

 711C6D2sggL

Bande de poètes – Alexandre Chardin

Dans la catégorie Bande Dessinée

71eIc7qZF2L  61qAEnYOvOL

Yellow cab – Chabouté et Benoît Cohen
Ma voisine est indonésienne – Emmanuel Lemaire
Le jeune acteur, tome 1 – Riad Sattouf

 

 

 

 

 

Au fin fond de la petite Sibérie – Antti Tuomainen

714odScDuoS Fleuve Éditions – septembre 2021 – 320 pages

traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Titre original : Pikku Siperia, 2018

Quatrième de couverture :
Ce qui tombe du ciel n’est pas toujours providentiel… Le pilote de rallye Tarvainen parcourt les friches enneigées du nord de la Finlande avec trop d’alcool dans le sang et des pensées suicidaires dans la tête, lorsque soudain le ciel explose et quelque chose s’écrase sur le siège passager.
Ce quelque chose se révèle une météorite extrêmement précieuse, en tout cas selon les habitants du village de Hurmevaara.
Le trésor est temporairement exposé au musée de la ville, sous la garde du pasteur Joel, qui en tant qu’ancien militaire n’est pas complètement inexpérimenté au combat. Chose utile, car le crime organisé a déjà eu vent de ce nouveau  » bijou  » qui vaudrait quelques millions…
Sauf que Joel a bien d’autres problèmes. Sa femme est enceinte, malheureusement pas de lui. Et pendant qu’il se bat contre des criminels professionnels et autres chasseurs de trésors, il se demande surtout ce que le Tout-Puissant a prévu pour son humble serviteur…

Auteur : Après une incursion réussie dans le genre de la comédie noire décalée avec Derniers mètres jusqu’au cimetière et Sous le soleil éternel de Finlande, Antti Tuomainen, auteur finnois renommé et traduit dans plus de vingt-cinq langues, revient aujourd’hui avec son sixième roman publié chez Fleuve Éditions, une nouvelle comédie tout aussi hilarante.

Mon avis : (lu en décembre 2021)
Joel Huhta, pasteur, et sa femme Krista se sont installés depuis quelques années à Hurmevaara, un village de 1400 habitants du nord-est de la Finlande à proximité du cercle polaire où le temps est glacial et le soleil rare, mais ils y sont heureux.
Tarvainen, ancien coureur de rallye alcoolique, prêt à se suicider, est stoppé dans son élan par une météorite qui atterrit dans sa voiture, à la place du mort. Il s’avère que la météorite vaut beaucoup d’argent et qu’elle va attiser les convoitises… Aussi bien, de certains habitants du village, que de malfrats russes ayant passé la frontière.
Le pasteur, ancien militaire, incorruptible se propose pour surveiller le musée où est gardé la météorite. Pendant quelques nuits, en attente du transfert du caillou précieux, Joel Huhta va devoir déjouer plusieurs tentatives d’intrusion et de vol…
Une histoire rocambolesque comme celles de d’Arto Paasilinna, entre comédie et thriller dans un rythme soutenu qui tient le lecteur en haleine et dont certaines situations sont hilarantes… Dans le village d’Hurmevaara vit une galerie de personnages hauts en couleurs !

Extrait : (début du livre)
La vodka tiède lui arrache la bouche, lui enflamme la gorge. Le dérapage reste malgré tout contrôlé et la voiture sort du virage à peu près à l’allure à laquelle elle y est entrée.
L’homme ôte sa main droite du volant, passe la vitesse supérieure, jette un coup d’œil au compteur. Un poil au-dessus de cent trente. C’est excellent, surtout en conditions hivernales, avec un tel gel et sur cette route sinueuse, à l’est du mont Hurmevaara. Sans parler du fait que la visibilité est limitée de nuit, malgré la clarté des étoiles.
Son pied gauche joue de nouveau sur la pédale d’embrayage, le droit enfonce l’accélérateur. Il lève encore une fois la main droite, prend une lichette au goulot de la bouteille.
C’est ainsi qu’on boit la vodka. D’abord une grande lampée qui emplit la bouche, emporte les dents et brûle comme un incendie. Puis un léger voile aérien qui humecte à peine le palais, éteint le feu et aide à avaler la vraie gorgée, la première.
Et c’est ainsi qu’on conduit une voiture.
Une longue descente en pente douce se profile. Elle tourne paresseusement vers la droite, traîtresse dans son apparente facilité. On croirait à première vue qu’il suffit de maintenir la voiture sur sa trajectoire et le pied au plancher. Mais non. La route penche vers la gauche et plus on roule vite, plus elle cherche à vous envoyer dans le décor. L’homme serre le volant, il sait que sa vitesse est d’environ cent soixante-cinq kilomètres à l’heure. C’est digne d’un championnat du monde. Il le sait aussi. Et il en souffre.
À droite apparaît fugitivement l’étendue gelée du lac Hurmejärvi. Sur la glace se dressent des fanions signalant les ouvertures entretenues par les pêcheurs et l’emplacement de leurs filets à corégones. Il leur jette parfois un regard au passage, car vus du coin de l’œil, ils rappellent les drapeaux agités par le public. Cette nuit, il n’en a pas besoin.
Il tient son volant tourné d’un millimètre vers la droite afin de corriger l’inclinaison de la route. Et alors qu’un nouveau virage se dessine, il enclenche le frein moteur. La manœuvre exige une coordination parfaite, une collaboration sans faille du pied sur l’embrayage et de la main sur le levier de vitesse. L’homme coince sa bouteille entre ses cuisses, plaque sa main gauche sur le volant, la droite sur le pommeau du levier, débraye, embraye et donne raisonnablement des gaz. La voiture décélère d’elle-même. La pédale de frein est pour les amateurs. Comme celui à qui il a emprunté cette Audi.
Au bout d’une courte et plane ligne droite, le voilà au pied d’une double colline. Il ressent une brûlure au fond de l’estomac.
Ce n’est pas la vodka. C’est le destin.

Petit Bac 2021
(9) Adjectif

voisinsvoisines2021_1
Finlande

Déjà lu du même auteur :

71Sg3yS3UVL Derniers mètres jusqu’au cimetière

C’est lundi, que lisez-vous ? [175]

cestlundi


C’est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé maintenant par Millina

Qu’est-ce que j’ai mis en ligne ces dernières semaines ?

61qAEnYOvOL 81dUSNPkahL

Le jeune acteur, tome 1 – Riad Sattouf
Du bruit dans le ciel – David Prudhomme

Qu’est-ce que je lis en ce moment ?

Au fin fond de la Sibérie – Antti Tuomainen

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Mon rond-point dans ta gueule, portraits de gilets jaunes – Sandrine Kerion (BD)
L’adoption, cycle 2 – tome 1 : Wajdi – Zidrou et Monin (BD)
Encabanée – (partenariat Folio)
Seul le silence – Fabrice Colin, Richard Guérineau, RJ Ellory (BD)


Bonnes lectures et bonne semaine !

Du bruit dans le ciel – David Prudhomme

81dUSNPkahL Futuropolis – août 2021 – 208 pages

Grand Prix de la bande dessinée RTL 2021

Quatrième de couverture :
Octobre 2020. David Prudhomme retourne dans la maison familiale de Grangeroux, près de Châteauroux. Il se souvient de ce matin de janvier 1981 quand, pour la première fois, ses parents lui avaient montré l’endroit où ils allaient vivre. Ce jour-là, David découvre un simple terrain en friche sans rien autour avec, en guise de maison, un trou. Fini le foot et les courses de vélo avec les copains au pied de l’immeuble de la ZUP 2 à Châteauroux. Même s’ils n’ont roulé que 7 minutes, ils sont dans un autre monde. Un an plus tard, toute la famille emménage dans la jolie maison enfin construite au milieu de l’horizon et… de l’ancienne base militaire américaine, construite en 1951, à côté des entrepôts de l’OTAN qui desservent toute l’Europe. L’impression de vivre à la campagne est démentie par le bruit des réacteurs des avions cargos irakiens qui, entre 81 et 89, décollent chargés des armes vendues par la France à Saddam Hussein alors en guerre contre l’Iran. Au fil des pages, David Prudhomme nous raconte 40 ans d’un territoire de province aux prises avec l’évolution du monde, dont les soubresauts finissent par ébranler le quotidien. 40 ans pendant lesquels le petit David deviendra l’auteur David Prudhomme.

Auteur : David Prudhomme est né en 1969. Alors qu’il est encore étudiant à la section bande dessinée de l’école d’Angoulême, David Prudhomme démarre Ninon secrète en 1992 sur un scénario de Patrick Cothias. Il poursuit cette série jusqu’en 2004, le temps de six albums. Il réalise avec Etienne Davodeau en 2003, l’adaptation du roman de Georges Brassens, La Tour des miracles. En 2006, il publie également la première partie de La Marie en Plastique avec Pascal Rabaté. A sa sortie en 2010, Rebetiko remporte un succès critique et public immédiat et récolte de nombreux prix :  Prix Regards sur le monde au festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2010, Prix Lire 2010 de la meilleure bande dessinée de l’année Prix Ouest-France/Quai des Bulles au festival de la bande dessinée et de l’image projetée de Saint-Malo 2010. En 2011, sous sa direction paraît Rupestres!, un ouvrage collectif sur l’art pariétal, en collaboration avec Etienne Davodeau, Emmanuel Guibert, Pascal Rabaté, Marc-Antoine Mathieu et Troub’s. En 2012, David Prudhomme est récompensé par le Prix International de la ville de Genève, pour son ouvrage La Traversée du Louvre (publié en coédition avec le musée du Louvre).

Mon avis : (lu en novembre 2021)
Dans ce roman graphique, David Prudhomme nous raconte le lieu de son enfance : Grangeroux, près de
Châteauroux. Dans les années 80, ses parents font construire une maison au milieu des champs… Grangeroux est situé à proximité d’une ancienne base militaire de l’OTAN. Entre 1951 et 1967, environ 8000 soldats de l’US Army vivaient sur cette base et Châteauroux était devenu un coin d’Amérique !
Les soldats partis, l’aéroport et sa piste de 3 500 mètres, continuera à servir : des avions cargos décolleront pour acheminer en Irak des armes destinées à la guerre contre l’Iran ; des prototypes de l’aviation civile (Concorde, A380…) y feront des vols d’essai… Le projet ultime qui fera grand bruit est celui d’un consortium d’entreprises chinoises…
Entre souvenirs personnels et enjeux économiques cette BD raconte l’évolution des territoires de la France périphérique de ces quarante dernières années…

En bonus : (en cliquant sur les images vous accéder directement aux sites « remonter le temps » et « géoportail » de l’IGN)

L’évolution du territoire, ici en 2020 : photo aérienne et cartographie

Photo aérienne IGN (2020) et photo aérienne (1950 à 1965)

Petit clin d’œil final : Aéroport de Châteauroux-Centre
(16 mai 2020, juste à la fin du confinement)

Extrait : (début de la BD)

DP_p3  DP_p4DP_p5  DP_p6DP_p7  DP_p8DP_p9 DP_p10DP_p11 DP_p12

Petit Bac 2021
(8) Couleur

Déjà lu du même auteur :

107460560 Vive la marée

Le jeune acteur, tome 1 – Riad Sattouf

61qAEnYOvOL Les livres du futur – novembre 2021 – 140 pages

Quatrième de couverture :
En 2008, Riad Sattouf réalise son premier film, Les Beaux Gosses.
Il choisit comme premier rôle le jeune Vincent Lacoste, timide et complexé, qui n’avait jamais imaginé être acteur. Le collégien de 14 ans se retrouve alors propulsé dans le monde secret, fascinant et parfois flippant du cinéma !
L’histoire vraie d’un adolescent anonyme devenu l’un des acteurs les plus talentueux de sa génération.

Auteur : Riad Sattouf est auteur de bandes dessinées et réalisateur. Né en 1978, il passe son enfance entre la Libye, la Syrie et la Bretagne. Il étudie les arts appliqués à Nantes et le cinéma d’animation à Paris, à l’école des Gobelins. Il a publié de nombreux livres, parmi lesquels la série L’Arabe du futur (2.5 millions d’exemplaires vendus), Les Cahiers d’Esther (950 000 exemplaires vendus, 3 premiers tomes adaptés en série d’animation pour Canal+), Pascal Brutal, Retour au collège ou La Vie secrète des jeunes.
Lauréat de nombreux prix internationaux (Los Angeles Times Graphic Novel Prize, prix de l’excellence au Japan Media Arts Festival, Max und Moritz Prize), il est l’un des rares auteurs à avoir gagné à deux reprises le Fauve d’Or du meilleur album de l’année au festival d’Angoulême ( Pascal Brutal volume 3 en 2010 et L’Arabe du futur volume 1 en 2015). La BPI du Centre Pompidou lui a consacré une exposition en 2018 : Riad Sattouf, l’écriture dessinée.
Riad Sattouf est également cinéaste, il a réalisé Les Beaux Gosses en 2009 (César du meilleur premier film et 900.000 entrées en France) et Jacky au royaume des filles en 2014.
Vincent Lacoste est un acteur français né à Paris en 1993. Découvert par Riad Sattouf en 2008, sa filmographie compte maintenant 35 films. Les Beaux Gosses de Riad Sattouf (2009), Astérix et Obélix : au service de sa Majesté de Laurent Tirard (2012), Hippocrate (2014) et Première Année (2018) de Thomas Lilti
Lauréat du Prix Patrick Dewaere en 2016, prix décerné chaque année à un espoir du cinéma français, il a été nommé aux Césars à quatre reprises.

Mon avis : (lu en décembre 2021)
Nouvelle BD pour Riad Sattouf avec « Le Jeune Acteur 1, Aventures de Vincent Lacoste au cinéma », premier tome d’une série de trois. Elle raconte le parcours de comédien de Vincent Lacoste. En effet ce dernier est apparu pour la première fois à l’écran dans « Les Beaux Gosses », le premier film réalisé par Riad Sattouf…
A 14 ans, Vincent Lacoste n’avait pas spécialement envie de devenir acteur, il est sélectionné lors d’un casting sauvage fait dans son lycée de la banlieue parisienne. Il ne savait pas que le réalisateur cherchait de jeunes comédiens « avec des gros nez, des dents tordues, des têtes zarbies »… Pour Riad, Vincent est encore trop beau pour le personnage. Il n’hésite pas à l’enlaidir avec un appareil dentaire, une coiffure improbable avec des cheveux gras et plaqués. Après s’être vanté au lycée d’avoir été sélectionné, après le tournage Vincent fait profil bas… Dans la salle de cinéma, il sera même vexé d’entendre les rires à chacune de ses apparitions sur l’écran… Ce premier film va lancer la carrière d’acteur de Vincent Lacoste, pour Riad après la réussite de « Les Beaux Gosses », son second long-métrage « Jacky au royaume des filles » sera un échec en salle et sa carrière de réalisateur sera freiné.
Le lecteur découvre les coulisses du tournage et un Riad très protecteur pour Vincent. Ne voulant pas que ce dernier prenne la grosse tête, et se brûle les ailes. Riad prend se rôle très à cœur et comme un « tonton » , il demande à Vincent de continuer ses études en parallèle de ses projets au cinéma. Au fil des années, la relation s’équilibre et ils sont devenus des amis…
Une BD coup cœur, très intéressante et pleine d’humour.

Extrait :

phpAzPoRo  phpzauL2L

phpzFm6fn

Petit Bac 2021
(9) Adjectif

C’est lundi, que lisez-vous ? [174]

cestlundi


C’est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé maintenant par Millina

Qu’est-ce que j’ai mis en ligne ces dernières semaines ?

A1ASSrhQ-pL 41eefX4ViTL

Idiss – Richard Malka, Robert Badinter, Bernard Fred
Miracle à la Combe aux Aspics – Ante Tomić

Qu’est-ce que je lis en ce moment ?

Au fin fond de la Sibérie – Antti Tuomainen

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Du bruit dans le ciel – David Prudhomme (BD)
Le jeune acteur, tome 1 – Riad Sattouf (BD)
Mon rond-point dans ta gueule, portraits de gilets jaunes – Sandrine Kerion (BD)
L’adoption, cycle 2 – tome 1 : Wajdi – Zidrou et Monin (BD)


Bonnes lectures et bonne semaine !

Miracle à la Combe aux Aspics – Ante Tomić

41eefX4ViTL Éditions Noir et Blanc – mars 2021 – 208 pages

traduit du croate par Marko Despot

Titre original : Čudo u Poskokovoj Dragi, 2009

Quatrième de couverture :
À sept kilomètres de Smiljevo, haut dans les montagnes, dans un hameau à l’abandon, vivent Jozo Aspic et ses quatre fils. Leur petite communauté aux habitudes sanitaires, alimentaires et sociologiques discutables n’admet ni l’État ni les fondements de la civilisation jusqu’à ce que le fils aîné, Krešimir, en vienne à l’idée saugrenue de se trouver une femme. Bientôt, il devient clair que la recherche d’une épouse est encore plus difficile et hasardeuse que la lutte quotidienne des Aspic pour la sauvegarde de leur autarcie. La quête amoureuse du fils aîné des Aspic fait de ce road-movie littéraire une comédie hilarante, où les coups de théâtre s’associent pour accomplir un miracle à la Combe aux Aspics.

Auteur : Originaire d’un petit village de Croatie, Ante Tomić, né en 1970, a obtenu un diplôme en philosophie et sociologie de l’université de Zadar. Devenu journaliste pour le quotidien Slobodna Dalmacija, il démontre un rare talent littéraire qui se confirme en 2000 dans son premier roman Što je muškarac bez brkova (Qu’est-ce qu’un homme sans moustache). Trois ans plus tard, il publie Ništa nas ne smije iznenaditi (Rien ne doit nous surprendre) qui décrit la vie des recrues dans l’Armée populaire yougoslave. Ces deux romans ont été adaptés à l’écran. En 2009 sort son roman le plus connu, Miracle à la Combe aux Aspics. Il est actuellement chroniqueur pour le journal Slobodna Dalmacija.

Mon avis : (lu en novembre 2021)
J’ai découvert ce livre grâce au Café Lecture de la Bibliothèque, il nous a été présenté avec un tel enthousiasme et comme l’auteur est Croate, impossible de ne pas le lire !
C’est un roman fantasque, rocambolesque, drôle et détonnant !
Au fin fond de la Dalmatie, dans un hameau à l’abandon, vivent Jozo Aspic et ses quatre fils en autarcie. Le père est assez insupportable, haineux, misogyne, il a la gâchette facile… Un beau jour, le fils aîné, Kresimir, décide d’aller en ville pour se marier. Il n’a pas quitté le hameau depuis quinze ans et espère bien retrouver une femme qu’il avait rencontré lors de son service militaire et dont il ne connaît que le prénom… Et c’en est fini de la tranquillité !
Ce roman est à la fois une comédie, un road-movie, un thriller…
L’intrigue est foutraque, les rebondissements sont présents presque à chaque page, tout comme l’humour…
Ce roman m’a fait pensé à certains romans du finlandais Arto Paasilinna…
Une lecture incroyable, vraiment divertissante !

Extrait : Chapitre Un

Consacré aux dizaines de manières de préparer la polenta, aux choses à ne pas faire lorsqu’on lave des vêtements de couleur, et à la soupe servie dans un cendrier. Deux hommes manquent de se faire assassiner, un autre désire se marier, et l’on ne sait pas qui est le plus à plaindre.

Loin dans les montagnes se niche la Combe aux Aspics. Difficile à trouver, cachée, protégée comme une forteresse, avec une unique route praticable à travers un défilé sinueux qui, après un dernier contour, s’élargit soudainement sur un plateau karstique, pour buter, à peine deux cents mètres plus loin, sur une falaise à pic. Là, sur cette terre rocailleuse, rarement ensoleillée, s’étalent quelques champs de trèfle, deux ou trois rangs de patates et de pois chiches, deux insignifiants lopins d’oignons arrachés à grand-peine à l’enchevêtrement de ronces, de frênes et de charmes. Les fleurs orange des citrouilles rôtissent sur une minuscule parcelle défrichée ceinte d’un muret de pierres sèches.

Un village fantôme se recroqueville sur les bords du plateau, au pied de la falaise : une dizaine de maisons de pierre et d’étables basses aux tuiles fendues – abandonnées, en ruine, envahies par la végétation. Et, au milieu de ces décombres, s’élève la blanche et pimpante maison de Jozo Aspic, le seul à être demeuré là avec ses fils, sur la terre de sa tribu éparpillée. Cela fait longtemps que les autres Aspic sont partis s’installer dans des villes lointaines, trouver du travail, éduquer leurs enfants, et qu’ils ont oublié leur pays et leur long passé séditieux.

C’étaient des hommes fiers et insoumis, des brigands et des contrebandiers : dissimulés sous des peaux de mouton, ils bondissaient hors du troupeau et, de leurs lames courtes et recourbées, tranchaient la gorge tour à tour aux percepteurs ottomans, aux géomètres autrichiens, aux gendarmes, policiers et facteurs yougoslaves. Les chroniques ecclésiales rapportent bon nombre d’accidents où quelque fonctionnaire, ayant surestimé sa propre autorité, s’était aventuré dans la Combe aux Aspics. Longtemps, très longtemps, personne n’en entendait plus parler. Et puis des bergers le retrouvaient dans un fossé, rongé par les bêtes. Ils le reconnaissaient à son uniforme brodé d’or, que le pauvre avait fièrement porté de son vivant.

voisinsvoisines2021_1
Croatie

Petit Bac 2021
(8) Aliment/Boisson