Une fille au manteau bleu – Monica Hesse

91fI098ygTL 71XMVUh8FSL

Gallimard Jeunesse – octobre 2016 – 349 pages

Gallimard Jeunesse – février 2019 – 368 pages

traduit de l’anglais par Anne Krief

Titre original : Girl in the Blue Coat, 2015

Quatrième de couverture :
« La jeune fille qui a disparu est juive. Il faut que tu la retrouves avant les nazis. »
Amsterdam, 1943. Hanneke sillonne à vélo les rues de la ville afin de se procurer au marché noir des marchandises qu’on lui commande. Ses parents ignorent tout de ses activités clandestines. Un jour, l’une de ses clients lui fait une requête particulière. Il s’agit de retrouver une jeune fille qu’elle cachait chez elle et qui a disparu. Elle s’appelle Mijam Roodvelt. Elle est juive.Un écho vibrant au «Journal d’Anne Frank». Monica Hesse, journaliste au «Washington Post», retrace de façon saisissante la vie, ordinaire et extraordinaire, des jeunes d’Amsterdam sous l’occupation.

Auteur : Monica Hesse est journaliste au Washington Post. En 2015, elle publie « Une fille au manteau bleu » (Girl in the Blue Coat). Elle vit à Washington avec son mari.

Mon avis : (lu en avril 2019)
A travers cette histoire, le lecteur découvre l’histoire des Pays-Bas sous l’occupation. En 1943, à Amsterdam, alors qu’Anne Frank, cachée dans un grenier, rédige son fameux Journal, Hanneke travaille dans un magasin de pompes funèbres. Pour faire vivre sa famille, avec la complicité de son employeur, elle fait du marché noir en utilisant les tickets de rationnement trouvés sur les morts. Hanneke est ingénieuse et débrouillarde, elle se joue du danger pour contenter ses clients… Un jour, l’une d’elle, lui demande un service, retrouver Mirjam Roodvelt, une juive de 15 ans qui se cachait chez elle, et qui a disparu. Comme seul indice, Mirjam portait un manteau bleu… Hanneke hésite mais touchée par la détresse de sa cliente, elle décide de se renseigner. Elle va croiser la route d’Ollie, le frère de Bas, son amoureux mort à la guerre quelques mois plus tôt. Ce dernier est engagé dans un mouvement étudiant de résistance et Hanneke découvre avec stupeur la réalité des traitements subis par les juifs à cette époque aux Pays-Bas…

Ce livre, très documenté, est émouvant et captivant, il raconte une histoire profondément humaine où il est question d’amitié et de solidarité durant l’occupation allemande.

Extrait : (début du livre)
Un jour, longtemps avant la mort de Bas, nous avons fait semblant de nous disputer pour savoir qui de nous deux était tombé amoureux le premier. « C’est ta faute, m’a-t-il dit, parce que tu es adorable. » Je lui ai répondu qu’il se trompait. Que c’était un peu facile de m’accuser. C’était même irresponsable.
Je me rappelle toute cette conversation. Ça se passait chez ses parents, dans le salon, et nous étions réunis autour du nouveau poste de radio familial pendant que je lui posais des questions sur un devoir de géométrie qui ne nous intéressait ni l’un ni l’autre. L’Américaine Judy Garland chantait You Made Me Love You. C’est comme ça que la discussion avait commencé. Bas a dit que c’était moi la responsable s’il m’aimait. Je me suis moquée de lui parce que je ne voulais pas qu’il sache combien mon cœur s’emballait en l’entendant prononcer les mots « aimer » et « toi » dans la même phrase.
Et puis il a dit que c’était aussi ma faute s’il avait envie de m’embrasser. Après quoi je lui ai dit que c’était sa faute si je le laissais faire. Là-dessus, son frère aîné est entré dans la pièce et nous a dit que c’était notre faute si notre discussion lui donnait mal au cœur.
Ce n’est que bien plus tard ce même jour, en rentrant à la maison – à l’époque où je pouvais encore rentrer à la maison sans m’inquiéter d’être contrôlée par les soldats ou de rater l’heure du couvre-feu ou d’être arrêtée – que j’ai réalisé que je ne le lui avais pas dit en retour. La première fois qu’il m’avait dit qu’il m’aimait, j’avais oublié de le lui dire aussi.
J’aurais dû. Si j’avais su ce qui allait arriver et ce que j’allais découvrir sur l’amour et la guerre, je me serais arrangée pour le lui dire à ce moment-là.
C’est bien ma faute.

petit bac 2019(3) Objet

 

Les Aventures De Blake Et Mortimer Tome 25 – La Vallée Des Immortels, tome 1 : Menace Sur Hong Kong – Yves Sente, Teun Berserik et Peter Van Dongen

Lu dans le cadre de La BD fait son festival 2019 en partenariat avec Rakuten

91KA4YsgH2L Blake Mortimer – novembre 2018 – 56 pages

Quatrième de couverture :
Alors que les forces alliées viennent de mettre fin à la Troisième Guerre mondiale en anéantissant la capitale du dictateur Basam-Damdu, l’Angleterre s’apprête à affronter un nouveau danger. Les communistes chinois de Mao profitent du chaos engendré par les guerres précédentes pour repousser les nationalistes de Chang-Kaï-Shek hors du pays et s’approchent dangereusement de Hong-Kong…

Auteurs : Yves Sente est né à Uccle dans la banlieue de Bruxelles. Scénariste de séries de bande dessinée à succès et pilier du groupe Médias Participations, il enchaine les reprises comme Blake et Mortimer, Thorgal et bientôt XIII, tout en réalisant des projets plus personnels comme le Janitor dont le T.3 est paru cet hiver ou la Vengeance du Comte Skarbek dont une intégrale est parue en décembre. Bercé dans sa jeunesse par les classiques de la bd franco-belge, Yves Sente suit des études de gestion et de droit à Bruxelles, Louvain-la-Neuve et Chicago. Diplômé, il entre aux éditions du Lombard où il devient rédacteur en chef de plusieurs magazines en 1991, intègre le comité de direction en 1992 et est nommé directeur éditorial en 1993. Il lance notamment les collections Signé, Troisième Vague, Troisième degré, Polyptyque, Petits Délires et Portail que l’éditeur décide aujourd’hui d’arrêter pour se concentrer sur la marque principale. En 2008, il abandonne ce poste pour prendre le titre moins absorbant de directeur littéraire. Depuis 1999, il s’est aventuré dans le métier de scénariste BD.
Né dans une famille d’artistes aux Pays-Bas, Teun Berserik a mis du temps à se tourner vers le monde artistique à son tour. En effet, ce n’est qu’après avoir tenu durant douze ans un garage spécialisé en voitures des années pré-1940 que la muse du dessin a enfin frappé à sa porte. Outre des illustrations de manuels scolaires de multiples disciplines (biologie, histoire, …) et des travaux de publicité et de dessins animés, Teun Berserik réalise également des bandes dessinées (parfois didactiques) pour enfants et pour ado-adultes. Son roman graphique éponyme consacré aux premières années de Vincent van Gogh (parution en 2012) remporte en 2013 le Prix du Meilleur Roman Graphique, remis par Het Stripschap (Association de bande dessinée aux Pays-Bas). Depuis 2000, il s’adonne à la peinture et a pris part à plusieurs expositions. Il réalise par ailleurs des peintures murales, l’une des plus grandes, mesurant 4,5 x 24m, est exposée au Musée de la Guerre d’Overloon (Pays-Bas).
Peter Van Dongen est né à Amsterdam d’un père hollandais et d’une mère indonésienne. Enfant, celle-ci a vécu la guerre d’indépendance de l’Indonésie (elle fut notamment traumatisée par le bombardement du port de Makassar) et ce sont ses souvenirs qui ont donné à son fils l’idée d’un roman graphique sur le conflit. Après trois années de recherche préalable, l’auteur a mis quatre an à concevoir cet album, sorti aux Pays-Bas en 1998,  la suite intitulée Rampokan : Célèbes en 2005. Avant Rampokan : Java, Peter Van Dongen avait publié Muizentheater (Le théâtre des souris) en 1991.

Mon avis : (lu en mars 2019)
Lorsque j’ai accepté de participer à l’opération « La BD fait son festival 2019 » en partenariat avec Rakuten et que j’ai fait ma liste des 3 BD que je souhaitais découvrir, rien n’indiquait que la BD Blake et Mortimer était le tome 1 d’un diptyque… Donc avant même le début de ma lecture, j’étais frustrée de savoir que je n’aurai pas la fin de cette histoire…

Résumé de l’éditeur : « À Lhassa, le palais impérial du dictateur Basam-Damdu est anéanti par une escadrille d’Espadons, et le monde, soulagé, fête la fin de la troisième guerre mondiale. Pendant que, dans la Chine voisine, les communistes de Mao affrontent les nationalistes de Chiang Kai-shek, le Seigneur de la guerre Xi-Li cherche à mettre la main sur un manuscrit qui lui permettra d’asseoir son pouvoir sur l’Empire du Milieu. Face aux menaces qui planent sur la région, le capitaine Francis Blake est chargé d’organiser la défense de la colonie britannique de Hong Kong. De son côté, à Londres, le professeur Philip Mortimer est amené à s’intéresser de près à une curiosité archéologique chinoise suscitant appétits et convoitises. Au même moment, le fameux colonel Olrik, ancien conseiller militaire déchu de Basam-Damdu, profite du chaos ambiant pour monnayer ses services auprès du général Xi-Li afin d’assouvir sa soif de vengeance…  » 

Un album qui commence exactement lorsque Le Secret de l’Espadon se termine. L ‘action se passe entre la Chine, Taiwan, Hong Kong et Londres c’est une plongée dans l’univers chinois des années 50. L’intrigue mêle de l’histoire, de l’archéologie, de l’action et de la science-fiction…
J’ai trouvé l’histoire difficile à suivre, trop complexe, avec des longueurs et le texte trop bavard, je me suis ennuyée et lassée. Par contre, le dessin du duo Teun Berserik et Peter Van Dongen est vraiment réussi, très proche de l’esprit de Jacobs, avec de la fluidité, de la minutie et beaucoup de détails.
La suite, le tome 2 de La Vallée des Immortels, est prévu pour novembre 2019.

Merci Rakuten pour ce partenariat.

Extrait :

 PlancheA_350699   PlancheA_348626