Trois éclats blancs – Bruno Le Floc’h

51W1JWNX4SL Delcourt – octobre 2004 – 95 pages

Quatrième de couverture :
1911. Un port de pêche au bord de l’océan. Il fait très beau quand arrive l’ingénieur chargé de diriger la construction d’un phare en mer. L’inexpérimenté jeune homme est enthousiaste, enorgueilli de son savoir et de son statut. Il ne doute pas que l’édification de son premier ouvrage ira bon train. Mais il se heurte à l’indifférence farouche des autochtones, et subit les éléments dont il ignore tout des rythmes et de la puissance dévastatrice. Les travaux s’éternisent. Sa détermination se délite au gré des mauvaises saisons d’ennui et de solitude, alors qu’au large, les coups de boutoir de la mer et du vent sapent l’ébauche du phare…

Auteur : L’univers de Bruno Le Floc’h (1957 – 2012) porte les traces d’influences très variées : découvrant la bande dessinée avec la génération Pilote, mais sensible à des personnalités telles que Gotlib ou Brétécher, il est aussi inspiré par le personnage de Corto Maltese d’Hugo Pratt. Ses origines – Bruno Le Floch est né à Pont L’Abbé en 1957 – ajouteront à ces premières sources d’inspiration le goût pour la peinture et l’illustration bretonne du début du XXe siècle avec des artistes comme Mathurin Méheut ou Henri Rivère.

Mon avis : (lu en décembre 2019)
Les « trois éclats blancs » sont les signaux lumineux envoyés par le phare d’Ar-Men, ce monument mythique situé au large de l’île de Sein.
Cette histoire s’inspire de la construction de ce phare,
à l’ouest de la Pointe du Raz entre 1867 et 1881. L’histoire situe cette construction à la veille de la première guerre mondiale, dans un village de bord de mer typiquement breton. C’est l’histoire de la rencontre entre un ingénieur venu de Paris avec les plans du phare et les maçons et les marins bretons qui vont le construire.
Le lieu choisi pour édifier le monument est difficile d’accès puisqu’il n’émerge que lors des plus basses marées. Les tempêtes sont fréquentes et elles rendent difficiles l’avancement du chantier…
Le dessin a un effet ancien, les couleurs vives et contrastées me plaisent beaucoup.

Extrait :

Trois-eclats-blancstrois-eclats-blancs_3trois-eclats-blancs_4 trois-eclats-blancs_5TroisEclatsBlancs_13112004  album-page-large-1190

Petit bac 2020a
(2) Couleur

Déjà lu autour du phare d’Ar-Men :

ar-men Ar-Men – Emmanuel Lepage

81qhPPJgnnL Sang de Sein – Patrick Weber et Nicoby

Algues vertes, l’histoire interdite – Ines Leraud, Pierre Van Hove

81QpkUxp-CL Delcourt – juin 2019 – 160 pages

Quatrième de couverture : Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des pressions et un silence de plomb. L’intrigue a pour décor le littoral breton et elle se joue depuis des dizaines d’années. Inès Léraud et Pierre van Hove proposent une enquête sans précédent, faisant intervenir lanceurs d’alerte, scientifiques, agriculteurs et politiques.

Auteurs : Inès Léraud s’est formée au documentaire à la Fémis et à l’école Louis Lumière. Dès 2008, elle réalise des reportages axés sur des enjeux écologiques (métaux lourds, amiante, nucléaire, pesticides…). En 2015, elle quitte Paris et s’installe en Centre-Bretagne pour approfondir ses enquêtes sur l’agriculture. Son « Journal breton », diffusé sur France Culture de 2016 à 2018, relate son quotidien dans l’une des premières régions agro-alimentaires d’Europe. Il connaît une belle notoriété et des mobilisations naîtront en Bretagne suite à ses révélations. Elle est membre du média d’investigation Disclose. Pierre Van Hove est né à Angoulême au milieu des années 70. Dessinateur autodidacte, il se consacre depuis quelques années à l’activité d’illustrateur pour la presse, l’édition jeunesse et la bande dessinée. Intéressé par une approche collaborative et critique avec des auteurs venant ou non du champ de la bande dessinée, il a publié avec Alessandro Iota Le Voleur de livres en 2015. Il vit et travaille à Paris. 

Mon avis : (lu en novembre 2019)
Pratiquant depuis ma plus tendre enfance les bords de mer breton, j’ai souvent entendu parler du problème des algues vertes… Cette BD documentaire vraiment très bien faite et très documentée m’appris beaucoup de choses sur le sujet. Cet album est le résultat de trois années d’enquête en immersion de la journaliste Inès Léraud. Ce travail sur les marées vertes a d’abord été présentée sous la forme d’un documentaire radiophonique sur France Inter.
Avec l’adoption de l’agriculture intensive, sur le modèle américain à la fin de guerre, arrive en 1971, la première marée verte et depuis la fin des années 80, au moins trois hommes et quarante animaux sont morts… Quand les algues vertes s’accumulent et se décomposent, elles émettent un gaz toxique et les vapeurs nocives peuvent entraîner un malaise, voire un arrêt cardiaque.
Depuis de nombreuses années, des professionnels de santé ont alerté les services sanitaires pour signaler les algues tueuses. Mais la DDASS ne répond pas.
En effet, pour préserver le tourisme et surtout les grands groupes agro-alimentaires qui pratiquent les élevages de masse, beaucoup d’hommes politiques n’écoutent que les puissants lobbies, ils sont dans le déni et mentent.
Et les lanceurs d’alerte, les écologistes, les scientifiques, les témoins subissent pressions, menaces et intimidations. Voilà un scandale sanitaire et environnemental que beaucoup veulent taire.
Cette enquête admirable, courageuse mais surtout révoltante est à lire et à partager sans modération !

Extrait :

alguesVertes-p1 alguesVertes-p3 alguesVertes-p4 1232955-algues_vertes_11 1233222-algues_vertes_13

Petit bac 2020a
(1) Couleur

Sang de Sein – Patrick Weber et Nicoby

81qhPPJgnnL Vents d’Ouest – mai 2018 – 136 pages

Quatrième de couverture :
« Qui voit Sein, voit sa fin ! »
Le très médiatique écrivain Brieg Mahé décide d’écrire le roman policier ultime. Une énigme à huis clos à faire trembler Agatha Christie ! Et quel plus beau décor que le mythique phare d’Ar-Men, au large de l’île de Sein en Bretagne, pour lancer sa mécanique infernale ?
Au cœur des flots, la réalité va engloutir la fiction…

Auteurs : Patrick Weber est né le 10 mars 1966 à Bruxelles. Il vit aujourd’hui entre Bruxelles, Paris et Rome. Après des études d’histoires de l’art et d’archéologie, il se dirige vers une carrière de journaliste. Il collabore à nombre de magazines et de journaux pendant plusieurs années. Il se tourne ensuite vers la télévision avant de revenir à la presse écrite mais cette fois en tant que rédacteur en chef. Il dirige successivement « Média Marketing », « Flair », « Télé Moustique » et « Télé Pocket ». Il quitte ses fonctions pour devenir consultant éditorial pour le groupe Sanoma Magazines Belgium. Il crée sa société baptisée Mandala Productions. Parallèlement, il publie des romans historiques et scénarise des films et des bandes dessinées. Passionné depuis toujours par l’histoire royale, il devient chroniqueur royal. À ce titre, il publie des ouvrages, donne des conférences et des cours à l’université. Depuis 2011, il est le chroniqueur royal de RTL Belgium, en télé, en radio et sur le net. Il y présente notamment chaque jour l’émission « On refait le monde ».
Pur produit des années 1970, Nicoby a vite compris qu’il ne serait jamais avant-centre du Stade Rennais. Qu’à cela ne tienne, il décide de devenir auteur de bande dessinées. En quelques années, il a déjà publié une vingtaine de livres, multipliant les genres, les styles et les formats. Abordant aussi bien l’humour avec Chronique Layette (6 Pieds sous Terre) et Poète à Djibouti (Vide Cocagne), l’intimisme avec Vacances (Drugstore), l’aventure dans La Voix (Vents d’Ouest) ou la chronique sociale à travers 20 ans ferme (Futuropolis). En 2013, il signe chez Vents d’Ouest un touchant roman graphique sur un scénario de Patrick Weber : Ouessantines. Parallèlement, il entreprend de raconter la vie d’auteurs de BD en bande dessinées dans l’atelier de Fournier (Dupuis) et participe à l’innovante Revue dessinée. Il vit à la campagne retiré du monde et y organise des barbecues qui font la joie de ses amis.

Mon avis : (lu en décembre 2019)
Voilà une BD polar… Un huis clos hommage à Agatha Christie dans le lieu mythique du phare d’Ar-Men, situé au large de l’Île de Sein. C’est un peu grâce au dessin du phare d’Ar-Men de la couverture que j’ai eu envie de lire cette BD ! Brieg Mahé est un écrivain très aimé par le grand public et que l’on voit sur tous les plateaux des médias. Afin d’écrire le roman policier ultime, ce dernier invite quatre spécialistes du crime pour un séjour de trois jours à l’intérieur du phare d’Ar-men. Il y a Amélie Williams, grande réalisatrice, François Dulac, grand spécialiste d’Agatha Christie, Nathan Martel maître du suspens et le commissaire Gérard Morteau. Ils seront accompagnés de Yann le Ménec qui a été gardien de phare. Le séjour s’annonce mortel !
Une intrigue réussie, pleine de suspens, un dessin mettant parfaitement en scène les paysages bretons et son phare inquiétant. Je suis moins fan du dessin des personnages.

Extrait : (début de la BD)

61fLcPQRqEL 9782749308296_p_2  71jixmcb1vL 71gWKU2yrTL

petit bac 2019(6) Partie du corps

Les petites marées : Jules – Séverine Vidal et Israel Parada

Couv_253934 Les Enfants Rouges – octobre 2014 – 60 pages

Quatrième de couverture :
Jules, 15 ans, est en vacances sur l’île de Groix. Il s’ennuie avec ses parents et s’isole dès qu’il le peut. Héloïse, 16 ans, est la fille des hôteliers. De retour chez elle, elle a du mal à accepter le grave accident dont a été victime son frère. Peu à peu, les deux adolescents apprennent à se connaître.

Auteurs :  Séverine Vidal née en 1969, est une auteure jeunesse française. Après avoir été professeur des écoles, elle se consacre à l’écriture à temps plein depuis la rentrée 2011. Son premier livre à destination de la jeunesse a paru en mars 2010 aux éditions Talents Hauts. Elle écrit des romans pour adolescents, des albums Frimousse, des BD ou des séries. Son livre numérique « Conte du haut de mon crâne »a été particulièrement remarqué. Elle anime des ateliers d’écriture (écoles, collèges, lycée, centres sociaux, centres d’alphabétisation…).
Israel Parada est né a Barcelone un été de 1968. Il a étudié à l’École d’Arts et offices « Llotja » et est membre du Cercle Artístique de Sant LucIl à Barcelone. Israel Parada est professeur pour enfants et adolescents et travaille comme dessinateur de bandes dessinées dans un atelier dans son quartier de Sant Andreu. Les petites marées : Jules, est sa première bande dessinée publiée en France.

Mon avis : (lu en septembre 2018)
C’est le deuxième tome de la série « Les petites marées », les histoires sont indépendantes et peuvent être lu dans n’importe quel ordre.
Jules est un adolescent solitaire, il accompagne ses parents pour des vacances sur l’Île de Groix. Ils logent dans une chambre d’hôtes et Jules va peu à peu se rapprocher d’Héloïse, la fille de la maison, âgée de 16 ans. Héloïse est pensionnaire à Lorient, elle ne revient sur l’Île que le week-end et pendant les vacances. A la suite d’un accident, son petit frère, César, 14 ans, est à l’hôpital, dans le coma. Héloïse n’accepte pas cet accident et par peur n’arrive pas à rendre visite à son frère. Le temps des vacances, Jules et Héloïse vont apprendre à se connaître et s’aider mutuellement à traverser l’adolescence et leurs problèmes familiales…

Extrait :

jules_1

Déjà lu du même auteur :

71ZIHNN84NL Mona – Séverine Vidal et Mathieu Bertrand

 

Les petites marées : Mona – Séverine Vidal et Mathieu Bertrand

71ZIHNN84NL

Les Enfants Rouges – octobre 2014 – 60 pages

Quatrième de couverture :
Cet été, Mona voulait éviter les idées noires et se tenir loin des grandes marées. Loin de Saint-Malo et de ses souvenirs d’enfance. Loin de Gaël, son premier amour, son premier chagrin… Mais la mort de sa grand-mère change tout. Peu à peu, Mona apprend à trouver les petites marées au coeur des tempêtes…

Auteurs :  Séverine Vidal née en 1969, est une auteure jeunesse française. Après avoir été professeur des écoles, elle se consacre à l’écriture à temps plein depuis la rentrée 2011. Son premier livre à destination de la jeunesse a paru en mars 2010 aux éditions Talents Hauts. Elle écrit des romans pour adolescents, des albums Frimousse, des BD ou des séries. Son livre numérique « Conte du haut de mon crâne »a été particulièrement remarqué. Elle anime des ateliers d’écriture (écoles, collèges, lycée, centres sociaux, centres d’alphabétisation…). 
Mathieu Bertrand, né en 1987. C’est en passant son enfance en Bourgogne, entre prés et forêts qu’il se découvre une vocation pour le dessin. Ainsi, poussé par sa passion il se dirige vers Lyon afin de faire un bac Arts Appliqués. Il s’en suit une montée au pays du Mont d’or où il se forme au graphisme avec un BTS communication visuelle. Son diplôme en poche, il retourne à Lyon pour entrer dans l’école Émile Cohl afin de se perfectionner dans l’illustration, et la bande dessinée. Aujourd’hui il intervient sur des ateliers BD et des festivals pour transmettre sa passion aux plus jeunes, et réalise son rêve dans l’illustration et la bande dessinée.

Mon avis : (lu en juillet 2018)
J’ai pris cette BD un peu par hasard à la Bibliothèque, j’ai été attiré par le dessin de la couverture avec ce bord de mer agité et ses mouettes… Il y avait également les deux autres tomes de la série « Jules » et « Rose » sur l’étagère, et après lecture de ce 1er tome, je regrette de ne pas les avoir empruntés…
Mona a seize ans. Mona part pour Saint-Malo car sa grand-mère vient de mourir.  C’est un endroit où elle avait l’habitude de passer ses vacances… Elle retrouve son père, des proches de sa grand-mère et son ami d’enfance, Gaël. Une tranche de vie émouvante, car autrefois Mona avait maladroitement déclaré son amour pour Gaël e ce dernier l’avait gentiment éconduite… Ces deux-la se doivent donc une explication…
Un très jolie dessin, en particulier, les paysages de Saint-Malo, les bords de mer, les remparts… Les nuances de bleu d’eau conviennent à merveille au récit et se marient totalement avec ce décor marin comme avec cette ambiance de tristesse.
Une très jolie découverte !

Extrait :

PlancheA_235372   les-petits-marc3a9es-mona_-planche

Petit bac 2018Prénom (5)

Ar-Men – Emmanuel Lepage

Autopromo_Post_Twitter_FestiBD

ar-men Futuropolis – novembre 2017 – 96 pages

Quatrième de couverture :
La nouvelle bande dessinée d’Emmanuel Lepage : une plongée fantastique dans le plus mythique des phares, Ar-Men !
Ar-Men est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme « l’enfer des enfers ». Mêlant fiction, documentaire et légendes, épopée autant que récit intimiste, Emmanuel Lepage livre un récit de forte intensité. Couleurs somptueuses, images à couper le souffle : Emmanuel Lepage au sommet de son art !

Auteur : Emmanuel Lepage est un dessinateur, scénariste et coloriste de bande dessinée, né en 1966 à Saint-Brieuc.

Mon avis : (relu en mars 2018)
Je suis une inconditionnelle des bandes dessinées d’Emmanuel Lepage et j’aime également beaucoup les phares et bien sûr la Bretagne. C’est donc naturellement que cette bande dessinée a fait partie des 3 choisies pour l’opération « La BD fait son festival » organisée par Priceminister.
Le phare d’Ar-Men est situé au large de l’île de Sein, c’est le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne. On le surnomme « l’Enfer des enfers ».
Dans cette BD, Emmanuel Lepage nous raconte ce phare mythique en mêlant fiction et réalité… Il nous raconte sa construction qui fût un exploit, en effet il a fallu 14 années pour parvenir à terminer le bâtiment. L’endroit choisit pour édifier ce phare à l’extrême ouest de la Bretagne ne se découvre que quelques heures par an et est battu par les tempêtes… Germain est l’un des derniers gardiens, il nous permet de découvrir son quotidien et son travail de veille et d’entretien sur Ar-Men. L’auteur évoque également les légendes de la ville d’Ys engloutie, du Bag Noz ou bateau fantôme…
Concernant le graphisme, c’est magnifique ! Le dessin est précis, les couleurs à l’aquarelle sont splendides, le ciel, la mer sont dans tous leurs états…
Une BD qui fait rêver, vibrer, s’émerveiller et voyager ! Un vrai coup de cœur !

Note : 20/20

Merci PriceMinister pour cette opération la BD fait son festival !

Extrait : (cliquer sur les planches pour les agrandir)

F00049_02 F00049_03 F00049_04F00049_05 F00049_06

Déjà lu du même auteur : 

1151_couv  Un Printemps à Tchernobyl 

 97888941 Voyage aux îles de la Désolation 

100314841 La Lune est blanche

Ar-Men – Emmanuel Lepage

ar-men Futuropolis – novembre 2017 – 96 pages

La nouvelle bande dessinée d’Emmanuel Lepage : une plongée fantastique dans le plus mythique des phares, Ar-Men !
Ar-Men est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, c’est-à-dire du monde. On le surnomme « l’enfer des enfers ». Mêlant fiction, documentaire et légendes, épopée autant que récit intimiste, Emmanuel Lepage livre un récit de forte intensité. Couleurs somptueuses, images à couper le souffle : Emmanuel Lepage au sommet de son art !

Auteur : Emmanuel Lepage est un dessinateur, scénariste et coloriste de bande dessinée, né en 1966 à Saint-Brieuc.

Mon avis : (lu en décembre 2017)
Je suis une inconditionnelle des bandes dessinées d’Emmanuel Lepage et j’aime également beaucoup les phares et bien sûr la Bretagne. C’est donc naturellement que je me suis procurée cette bande dessinée !
Ar-Men est situé au large de l’île de Sein, c’est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne. On le surnomme « l’Enfer des enfers ».
Dans cette BD, Emmanuel Lepage nous raconte ce phare mythique en mêlant fiction et réalité… Il nous raconte sa construction qui fût un exploit, en effet il a fallu 14 années pour parvenir à terminer le bâtiment. L’endroit choisit pour édifier ce phare à l’extrême ouest de la Bretagne ne se découvre que quelques heures par an et est battu par les tempêtes… Germain est l’un des derniers gardiens, il nous permet de découvrir son quotidien et son travail de veille et d’entretien sur Ar-Men. L’auteur évoque également les légendes de la ville d’Ys engloutie, du Bag Noz ou bateau fantôme…
Concernant le graphisme, c’est magnifique ! Le dessin est précis, les couleurs à l’aquarelle sont splendides, le ciel, la mer sont dans tous leurs états…
Une BD qui fait rêver, vibrer, s’émerveiller et voyager ! Un vrai coup de cœur !

En bonus, voilà une carte pour situer ce phare du bout de la terre…

carte_ar_men(cliquer sur la carte pour accéder au Geoportail et voir la carte en grand)

ar_men(cliquer sur la photo pour accéder au Geoportail et voir la photo en plus grand)

Extrait : (cliquer sur les planches pour les agrandir)

F00049_02 F00049_03 F00049_04F00049_05 F00049_06

Déjà lu du même auteur : 

1151_couv  Un Printemps à Tchernobyl 

 97888941 Voyage aux îles de la Désolation 

100314841 La Lune est blanche

Petit bac 2018
Lieu (1)