Rose Rage – Illana Cantin

Lu en partenariat avec Babelio

71IftGC9ZkL Hachette – septembre 2020 – 288 pages

Quatrième de couverture :
—  T’as entendu parler de cette fille qui a été renvoyée parce qu’elle avait tabassé un mec dans la file de la cantine  ? Il lui avait touché les fesses…
— C’est pas juste. C’est pas elle qui devrait être renvoyée, c’est lui. Et si j’avais un moyen de faire éclater la vérité au grand jour  ? 
Pour Rachèle, à la tête du journal du lycée,il est impossible de laisser passer une nouvelle injustice.Ça fait trop longtemps que ça dure.  Que tout le monde ferme les yeux.Elle décide donc d’appeler toutes les filles, toutes les femmesde l’établissement à faire grève.Il est temps pour elles de se faire entendre.Il faut que  certaines choses changent enfin.

Auteur : Illana Cantin a commencé à écrire à l’âge de onze ans, sur le vieil ordinateur familial, et ne s’est pas arrêtée depuis. En 2016, son premier roman est sorti en version numérique aux Éditions Arrow. Pendant ce temps, en parallèle de ses études d’anthropologie, elle publie ses textes sur Wattpad. L’histoire de Georges et de Priam est son premier roman édité en format papier.

Mon avis : (lu en septembre 2020)
Parce qu’une fille du lycée a été victime d’une injustice, Rachèle décide subitement de lancer une grève des femmes dans l’établissement. Ameline est victime de harcèlement sexuel de la part de Paul Müller, un élève de terminale, elle se révolte et gifle l’importun. Et c’est Ameline qui est exclue du lycée Olympe de Gouges pour violence !
La narratrice, Rachèle, s’occupe du journal du lycée avec son ami Martin et veulent tout deux faire éclater la vérité. Rachèle va commencer par mobiliser les filles : Manon, Carla, Inès, Imane, Kayla, Astrid sont prêtes à la rejoindre mais certaines ne voient pas d’un bon œil la présence de Martin, pourtant plein de bonne volonté, à leur côté. C’est un combat de filles et elles seules doivent décider des actions à mener…
Avec ce roman, l’auteure décrit tous les obstacles que les filles ou les femmes doivent affronter pour enfin être reconnues à égalité avec les hommes.

Un roman très actuelle qui aborde avec beaucoup de justesse et sans culpabilisation le féminisme et la notion de l’acceptation de soi.
A faire lire à nos adolescents filles et garçons !

Merci Babelio et les éditions Hachette pour cette lecture instructive et inspirante.

Extrait : (début du livre)
Le climat de ras-le-bol s’était installé bien avant l’épisode Ameline Brillant. Être renvoyées chez nous pour des jeans troués et des tee-shirts trop courts nous hérissait depuis un bon moment, mais s’il n’y avait que ça… Ça nous faisait criser quand les surveillants d’internat empêchaient les filles de visiter leurs amies après 21 heures sous prétexte qu’elles étaient trop bruyantes, alors que les garçons avaient la permission de 23 heures. Ça nous énervait de voir qu’on dépensait des sommes astronomiques pour que l’équipe masculine de handball fasse la tournée des championnats, quand les coureuses, pourtant plus nombreuses et bien mieux classées, devaient vendre des croissants tous les matins pour financer le voyage jusqu’à Londres.
Ça nous mettait en rogne d’apprendre qu’un prof de maths avait mis une retenue à une seconde qui avait éclaté en sanglots en plein cours à cause de ses règles douloureuses – elle faisait son cinéma, prétendait-il.
C’était donc loin d’être un secret : au lycée Olympe de Gouges, les femmes étaient moins bien loties que les hommes. Constat ironique quand on réalisait que l’établissement portait le nom d’une grande figure des droits des femmes, une qui aurait été du genre à balancer son porc. On ne s’y faisait pas, à cette ambiance misogyne, néanmoins on vivait avec ; l’établissement était renommé, et l’avoir fréquenté passait bien sur un dossier. Mais avec Ameline Brillant, tout avait éclaté.

Petit bac 2020a 
(8) Couleur


Boza ! – Ulrich Cabrel & Étienne Longueville

boza Philippe Rey – février 2020 – 378 pages

Quatrième de couverture :
Le périple bouleversant d’un adolescent migrant à la conquête de sa liberté.
 » Tu veux savoir ce qui m’a conduit à prendre la route de l’exil à quinze ans ? D’accord, je vais tout te confier et tu vas être renversé. Tu es prévenu ! Mes mots seront durs, car la réalité est brutale. Mais je vais aussi te faire rire, je suis beau gosse et j’ai la tchatche. Je te demande une seule chose : ne me juge pas, ça n’a pas de sens d’appliquer ta morale à ma vie.  »
Né dans un bidonville de la banlieue de Douala au Cameroun, Petit Wat est un adolescent haut en couleurs qui fait les quatre cents coups avec ses copains. Mais, sans avenir chez lui, il prend la douloureuse décision de partir pour accomplir son rêve : faire un boza, passer en Europe.
Avec un sac à dos troué et une immense foi en lui-même, Petit Wat découvre de nombreux dangers. Abandonné par un passeur aux portes du Niger, il doit affronter ghettos et déserts. Arrivé au Maroc, il rejoint des centaines de jeunes déshérités qui s’organisent pour affronter le  » Monstre-à-Trois-Têtes  » : des barrières massives séparant l’Afrique de l’Europe. Pourront-ils vraiment passer de l’autre côté ?
Dans Boza !, Ulrich Cabrel et Étienne Longueville proposent un regard inédit sur les réalités migratoires. La verve des personnages et l’humour du narrateur contrastent avec les enfers qu’ils traversent, offrant à ce roman d’aventures une tonalité et un rythme captivants.

Auteurs : Ulrich Cabrel est un Camerounais de dix-huit ans. Ayant lui-même dû quitter son pays, seul, il a vécu de l’intérieur cette redoutable traversée.
Étienne Longueville est bénévole dans une association qui accueille et accompagne les jeunes réfugiés. Il a été l’un des hébergeurs solidaires d’Ulrich Cabrel lors de son arrivée en Bretagne.

Mon avis : (lu en septembre 2020)
J’ai découvert ce livre grâce à une vidéo Brut sur facebook .
C’est une histoire vraie qui se lit comme un roman d’aventure. A 15 ans, Ulrich alias, Petit Wat, vit avec sa famille dans un bidonville de la banlieue de Douala au Cameroun mais même s’il est le seul de chez à avoir eu le privilège de poursuivre l’école jusqu’au collège, ses parents ne peuvent plus payer ses études. Il décide donc de partir pour l’Europe avec comme rêve de voir la tour Eiffel, reprendre le lycée et passer son baccalauréat !
Poussé par ce rêve et l’envie de s’en sortir, partir semble facile… Mais Petit Wat va vite prendre conscience de la réalité de l’exil, il perd ses repères, se retrouve confronté à la violence et surtout au manque d’argent… Sa progression et sa vie est à la merci des passeurs et des marchands d’esclaves, il doit tout monnayer, sa nourriture, un lit, les véhicules pour avancer, la police pour traverser les frontières… Petit Wat est déterminé et malgré les obstacles, il continuera à avancer…
Avec un langage coloré, et son vocabulaire d’argot local, Petit Wat nous raconte les péripéties de son voyage à travers l’Afrique : Niger, Nigeria, Algérie, Maroc, enclave espagnole de Melilla puis l’Europe : Espagne puis la France. Avec toute sa vérité, sa sincérité et son humour pour mieux supporter toutes les épreuves qu’il a traversé durant 15 mois. Ulrich raconte également comment il a été accueilli en France, les premières nuits dehors puis l’accueil dans plusieurs familles bretonnes
et sa rencontre avec Étienne Longueville.
On ne peut être que touché et admiratif devant le récit de cet adolescent tchatcheur et déterminé. L’écouter et le voir dans les deux vidéos est un plus !

Extrait : (début du livre)
Tu veux savoir pourquoi je suis parti ? Comprendre ce qui m’a conduit à quitter mon pays et prendre la route de l’exil à quinze ans ? Mieux connaître le jeune que tu accueilles chez toi, histoire de te rassurer ?
D’accord, je te raconte ; mais crois-moi, je ne fais jamais les choses à moitié. Je vais tout te confier et tu vas être renversé. Tu es prévenu ! N’oublie jamais que ce ne sont pas mes mots qui sont durs, c’est la réalité qui est brutale. Promis, je vais aussi te faire rire, je suis beau gosse et j’ai la tchatche. Je te demande une seule chose : ne me juge pas, ça n’a pas de sens d’appliquer ta morale à ma vie. Déjà, arrête de me parler de choix, je n’ai rien décidé, il n’y avait pas d’alternative. Toi-même, peux-tu affirmer avec certitude que tu aurais agi différemment si tu avais été à ma place ? Une fois que je t’aurai tout dit, tu me répondras.
D’abord, tu dois comprendre d’où je viens. Je te présente Bonaloka, un des bidonvilles les plus paumés, crades et dangereux d’Afrique, à quelques kilomètres du centre de Douala au Cameroun. Près de dix mille familles sans le sou y vivent, entassées dans des vieilles baraques dont les toits s’arrachent à la première pluie. Les maisons mal emboîtées tombent les unes sur les autres. Tout le monde s’épie et se contrôle. Les gens vivent à dix dans deux pièces. Le son des bars et des soûlards pénètre à travers les planches dans chaque taudis. Les « sanitaires » sont dehors, et on va puiser l’eau tous les matins au puits, à la force des bras. Bienvenue chez moi.
Ici, tu trouves de tout : des drogués, des paumés, des accros au jeu, des dealers, des filles de joie, des bandes organisées ou des passeurs. Le quartier est contrôlé par les « Russes », des petites frappes armées de couteaux, qui agressent la population en pleine rue et en plein jour, sans pitié ni scrupule. La police est réfugiée dans son commissariat. Si tu veux porter plainte, tu devras payer pour qu’on prenne ta déposition, et prier pour qu’on ne te livre pas aux Russes.
Mon pote, un conseil : ne t’aventure jamais seul dans ce labyrinthe, tu te retrouverais à poil en quelques secondes.

Les coquelicots de Penn ar Bed – Emmanuelle Dupinoat

Lus en partenariat avec l’auteure

pennarbed1234

tome 1 : L’étonnante musique de la porcelaine

Edilivre – janvier 2017 – 252 pages

Olivia, à presque trente ans, se sent transparente au sein d’une famille fragilisée par une succession. Elle s’ouvre au monde en écoutant les confidences d’auditeurs sur les ondes radiophoniques. La Bretagne est son point d’ancrage le plus solide comme ses souvenirs avec sa grand-mère disparue. Son horizon va s’élargir peu à peu et sa vie prendre un sens inattendu…

tome 2 : Le malicieux parfum du kouign amann

Edilivre – janvier 2017 – 252 pages

Olivia n’est plus seule désormais et s’étonne d’être aimée par ce compagnon si bienveillant. Elle demeure toujours en proie à beaucoup de doutes ; le Finistère n’est pourtant pas un frein entre eux deux. Les événements vont s’enchaîner, la forçant à aller de l’avant et à taire ces peurs tapies en elle qui ne font que ralentir son épanouissement. Peu à peu, sa timidité s’effacera pour laisser place à une vraie détermination et l’horizon s’ouvrira sur un avenir plein de promesses…

tome 3 : Les frêles coquelicots de Penn ar Bed 

Edilivre – décembre 2016 – 336 pages

Olivia a largement dépassé la trentaine et s’occupe de son foyer, de sa famille recomposée. Son quotidien manque beaucoup de fantaisie et ses racines bretonnes la poussent irrésistiblement vers le Finistère. Les vicissitudes de l’existence doublées des affres de l’adolescence viennent semer la zizanie au sein de sa tribu et de son couple. L’amitié sera une précieuse bouée pour tenir dans la tempête et les coquelicots, jamais loin, sa source lumineuse d’espérance.

tome 4 : Les douces lumières de Penn ar Bed 

Edilivre – juillet 2020 – 358 pages

Olivia et Emmanuel sont les heureux parents de cinq enfants dont les caractères s’affirment au fil du temps. Au cœur de ce foyer pétillant de vie, chaque jour apporte son lot de joies, de questions, d’obstacles et les rivalités fraternelles viennent animer le quotidien. Le profond attachement à la famille, au Finistère et la foi en Dieu serviront de boussole à chacun pour garder le cap durant ces années pleines de péripéties, savourer Les douces lumières de Penn ar Bed.

Auteur : Emmanuelle Dupinoat écrit pour colorer d’imaginaire le présent et partager ses interrogations sur la vie. Biologiste de formation et mère de famille, elle vit en Bretagne depuis plus de vingt-cinq ans, région qui est aussi sa source d’inspiration.

Mon avis : (tome 1, lu en 2017, tomes 2 et 3 lus en 2019 et tome 4 lu et relu en 2020)
Faire un billet sur cette série de livres est un peu particulier pour moi… En effet, je connais très bien l’auteur et j’ai participé en partie à la relecture du tome 4…
Lorsque l’auteur a commencé à écrire l’histoire d’Olivia, elle n’imaginait pas que cela devienne une « saga » familiale en 4 tomes, mais en terminant le premier roman, elle n’a pas voulu quitter son héroïne et s’est laissée entraîner pour de nouvelles aventures…
L’auteure a imaginé une histoire de famille sur plusieurs décennies où l’on voit évoluer les personnages, grandir la tribu d’enfants et de cousin.e.s avec comme point d’ancrage la Bretagne, et plus particulièrement le Finistère.
L’inspiration est-elle venue de lieux et de situations vécus, de mots d’enfants et de lectures comme L’esprit de famille de Janine Boissard ? Et pourquoi pas un peu tout cela à la fois…

Extrait : (début du tome 4)
La journée de dimanche est déjà bien entamée lorsqu’Alban entre en coup de vent dans la cuisine et s’exclame :
— On mange quoi au dîner?
— Des briques à la sauce caillou, lui rétorqué-je par réflexe.
— Ah, ah… mais vraiment?
— Riz, tomates, saucisses, plat familial par excellence qui fait plaisir en général à nos convives du dimanche soir.
— Combien serons-nous?
— Une douzaine…
À Montilly, une semaine sur deux, nous réunissons neveux ou enfants d’amis, seuls à Paris. Ils partagent notre dîner dans une atmosphère familiale, histoire de finir le
week-end agréablement et démarrer la nouvelle semaine de bonne humeur. L’idée est venue d’Emmanuel qui a toujours vu ses parents organiser ce genre de réunion. Au cœur du Quartier latin, l’appartement Lagrange devenait un repère sympathique pour la fin du week-end. Le temps de l’exil de l’un ou l’autre de sa région d’origine, il était plaisant d’arriver dans une maison ouverte où l’accueil était chaleureux.
Certains cousins d’Emmanuel m’ont raconté combien ces soirées dominicales avaient compté durant leurs études ou leurs premiers pas à Paris comme jeune actif. Moi, j’ai
pensé à ma mère qui soignait particulièrement le dîner du dimanche. Je revois ce plat ovale fleuri où gratinaient ses chefs-d’œuvre ; je l’avais surnommé « le plat du bonheur ».
L’initiative est donc née en rapprochant les deux coutumes bretonne et bourguignonne. Et la sauce a pris !

Le dernier sur la plaine – Nathalie Bernard

41WOIO0T5QL Éditions Thierry Magnier – août 2019 – 358 pages

Quatrième de couverture :
Au cœur du XIXe siècle, dans les grandes plaines de l’Ouest américain, les quatre parties de ce récit retracent le destin de Quanah Parker, dernier chef Comanche qui mena toute sa vie un combat pour tenter de sauver la culture, les croyances et les terres de son peuple.

Auteure : Nathalie Bernard est romancière, auteur d’une vingtaine de romans publiés depuis plus de quinze ans. Éclectique, elle s’est aventurée dans les genres fantastique, thriller historique, polar, nouvelles. Elle écrit pour la jeunesse depuis plusieurs années.
Par ailleurs chanteuse et parolière, elle construit à partir de ses livres des spectacles et des mises en voix. Elle anime également des rencontres et des ateliers d’écriture pour les 7-18 ans.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
Ce récit captivant est inspiré de faits réels. C’est l’histoire romancée de Quanah Parker et de la dernière tribu de Comanches libres.
A la naissance, son nom est Kwana, il vit dans la tribu des Noconis. Il est le fils du chef Comanche Peta Nocona et de Nautdah, une femme à la peau claire et aux yeux bleus. Lorsque le roman commence, en décembre 1860, le campement se fait attaquer et Kwana et Pecos, son petit frère, sont obligés de fuir sur leurs chevaux, laissant derrière eux, leur père abattu par l’ennemi et leur mère et leur petite sœur l’arme d’un soldat pointant sur elle… Les deux enfants n’ont pas d’autre choix que de partir retrouver d’autres Noconis sans laisser de traces… Le lecteur va découvrir la vie incroyable de Quanah de sa naissance à la fin de son enfance, de son adolescence à l’âge adulte, il va se battre tout au long de sa vie pour tenter de sauver les terres de son peuple et sa culture.
En arrière plan, Nathalie Bernard évoque l’évolution des États-Unis avec la construction du chemins de fer, la volonté des rangers de créer des réserves pour les Indiens et de les y cantonner ainsi que l’extermination des bisons…
Édité dans une collection jeunesse, ce roman passionnant, instructif et émouvant est  également destiné aux adultes. Une très belle découverte.

Extrait : (début du livre)
Prologue
À la lune des jeunes bisons, la vaste prairie qui s’étire au pied des montagnes Wichita se pare d’une multitude de fleurs. Des corolles jaunes au cœur pourpre, d’autres pourpres au cœur jaune éclatent un peu partout et libèrent des odeurs sucrées et délicates qui attirent toutes sortes d’insectes. Dans le même temps, les berges de la rivière Washita se couvrent de broussailles et une foule d’oiseaux accourt pour s’y réfugier…
Le jour de ma naissance, au milieu de ces bourdonnements et de ces chants d’oiseaux, un gémissement monte dans l’air tiède. Une femme à la peau blanche et aux yeux clairs, accroupie au pied d’un tilleul, est en train de devenir ma mère. Au-dessus d’elle, l’aigle à tête blanche pousse son cri strident et mon corps tout neuf glisse entre ses cuisses.
– Kwana, murmure ma mère tandis que l’herbe verte et épaisse de mes ancêtres m’accueille tendrement.
– Le Parfumé, répète mon père, pour s’imprégner de mon existence.
Ma grand-mère s’approche à petits pas, comme je l’ai toujours vue se déplacer. Elle est si légère que ses mocassins foulent la terre sans y laisser d’empreinte. Elle s’accroupit près de ma mère, retire le couteau qu’elle a glissé dans sa ceinture et, d’un coup sec, elle coupe le cordon ombilical. Ses lèvres s’entrouvrent, elle avale un peu d’air pour dire à voix haute cette vérité qu’elle a entendue bien des fois de la bouche des anciens :
– Dire le nom, c’est commencer l’histoire

Déjà lu du même auteur :

41q-8FaKseL Sauvages

Tant pis pour l’amour. Ou comment j’ai survécu à un manipulateur – Sophie Lambda

Tant.Pis.pour.l'amour Delcourt – septembre 2019 – 248 pages

Quatrième de couverture :
Quand Sophie rencontre Marcus, elle tombe amoureuse en 48h. Elle qui était si cynique en amour, cette fois, elle y croit. Sauf qu’il se révèle vite étrange. Sophie a alors besoin de comprendre ce qui ne va pas. Confronté à ses mensonges et ses incohérences, il a des réactions violentes, des excuses pour tout et arrive à se sortir de chaque impasse. Mais jusqu’à quand ? Sophie aime un manipulateur narcissique.

Auteur : Sophie Lambda est une illustratrice française, blogueuse et autrice de bande dessinée née en 1986 à Besançon.

Mon avis : (lu en août 2020)
Traiter un sujet comme la manipulation en amour n’est pas simple. Sophie Lambda a su le faire avec humour, recul et précision. Victime elle-même d’un homme manipulateur narcissique, elle nous raconte comment elle a pu tomber amoureuse, elle décrit les signes qui auraient du l’alerter et qu’elle n’a pas voulu voir lorsque la relation a commencé à mal tourner.
Elle raconte son mal-être, l’emprise
importante que son conjoint avait pris sur elle et comment elle a fini par réussir à sortir de ses griffes.
Voilà une BD très intéressante et très instructive à lire par tous pour ce prémunir de ce type de personne et fuir dès la première alerte avant que cela soit trop tard !

En fin de l’album, l’auteur nous donne de nombreuses informations utiles sur le sujet : un « violentomètre » (échelle de 1 à 24 qui mesure le degré des comportements de l’autre de « 1 – respecte tes décisions et tes goûts » à « 23 – T’oblige à avoir des relations sexuelles » en passant par « 10 – Te manipule », « 15 – T’isole de ta famille et de tes ami.e.s »), des adresses et numéros de téléphones pour des victimes de violence, les coordonnées d’associations et une bibliographie d’ouvrages ou vidéos.

Extrait : (début de la BD)

tantPisPourLamour-1 tantPisPourLamour-2 tantPisPourLamour-3 tantPisPourLamour-4

Petit bac 2020a(8) Amour

Les Lendemains – Mélissa Da Costa

81D2EnBA-nL Albin Michel – février 2020 – 352 pages

Quatrième de couverture :
Amande ne pensait pas que l’on pouvait avoir si mal. En se réfugiant dans une maison isolée en Auvergne pour vivre pleinement son chagrin, elle tombe par hasard sur les calendriers horticoles de l’ancienne propriétaire des lieux. Guidée par les annotations manuscrites de Madame Hugues, Amande s’attelle à redonner vie au vieux jardin abandonné. Au fil des saisons, elle va puiser dans ce contact avec la terre la force de renaître et de s’ouvrir à des rencontres uniques. Et chaque lendemain redevient une promesse d’avenir.
Dans ce roman plein de courage et d’émotion, Mélissa da Costa nous invite à ouvrir grand nos yeux, nos sens et notre coeur. Un formidable hymne à la nature qui nous réconcilie avec la vie.

Auteure : Mélissa da Costa a vingt-neuf ans. Son premier roman, Tout le bleu du ciel (Carnets Nord, 2019), salué par la presse, a reçu le prix du jeune romancier au salon du Touquet Paris Plage.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
Après le décès brutal de Benjamin, son mari, dans un accident de moto, Amande enceinte de 7 mois perd également son bébé. Sa douleur est tellement immense que pour fuir sa vie d’avant et tous ce qui peut lui rappeler Ben ou Manon, Amande part se réfugier en Auvergne, et s’enferme dans une vieille maison isolée… Après de nombreuses journées sans rien faire, ni penser, vivant comme une recluse et n’ouvrant à personne, Armande découvre de vieux agendas de Madame Hugues, l’ancienne propriétaire de la maison, où celle-ci notait la météo du jour, ses plantations de fleurs ou légumes dans son jardin, ses recettes, ses astuces en tout genre… Par curiosité, Amande va commencer à les lire et peu à peu sortir de sa torpeur en s’occupant du jardin en suivant les conseils de la vieille dame et au fil des mois et des saisons la jeune femme va reprendre pied dans sa vie, recontacter Anne et Richard, les parents de Benjamin, Yann, son frère, et à sa femme Cassandra, les jeunes dont Ben s’occupait, accepter que sa mère vienne passer quelques jours avec elle…
C’est un livre très touchant sur le deuil, la résilience et la renaissance mais également un hymne à la nature, au jardin, aux saisons.
J’avais beaucoup aimé le premier roman de Mélissa Da Costa et j’ai autant aimé celui-ci.

Extrait : (début du livre)
La serrure rouillée cède difficilement. L’homme est obligé de forcer, de retirer la clé, d’essayer encore. Ici aussi il fait terriblement chaud. Pas aussi chaud qu’en ville ou qu’en plaine, mais tout de même. La température avoisine les trente degrés. L’homme souffle, semble réfléchir une seconde, puis donne un léger coup d’épaule contre le bois de la porte, en même temps que la clé tourne. Un déclic : le lourd panneau de bois à la peinture écaillée cède et bascule vers l’intérieur, vers l’obscurité, la fraîcheur.
La maison n’a pas dû être ouverte depuis des mois. Une légère odeur rance y flotte, mais l’impression désagréable est balayée par la fraîcheur qui y règne. Vingt-deux degrés : j’ai le temps d’estimer la température intérieure. Pas plus. Parfait. J’entends l’homme qui s’active à côté de moi, pose sur le sol sa pochette professionnelle en similicuir. Des clés tintent. Il les range dans sa poche de pantalon.
« Je cherche l’interrupteur », précise-t-il.
J’attends sagement, debout dans l’entrée sombre. Je n’ai rien de mieux à faire. Attendre est devenu ma seconde nature depuis ce soir du 21 juin. Mon unique occupation. Il souffle. La chaleur ? La difficulté de chercher à tâtons ? Je ne l’aide pas. Je n’y pense pas. J’attends.
Un temps indéterminé s’écoule entre les murs épais de la vieille maison. Je note l’absence de voisinage et le silence. Ça aussi, c’est une bonne chose.
« Et voilà, excusez-moi. »
Soudainement la lumière éclaire l’entrée. L’agent immobilier essuie son front, m’adresse un sourire désolé. Il est persuadé que je vais m’enfuir en courant. La faible luminosité de l’ampoule, l’odeur rance de l’intérieur, la porte qui peine à s’ouvrir – le bois a gonflé sans doute… Pourtant je ne me sauve pas en courant. J’observe le couloir où je me tiens. Un couloir sombre sans fenêtre. Un carrelage d’un marron cuivré. Des murs blancs. Des plinthes en bois foncé. Un tableau représentant une église en pierre.
Des bruits de feuilles qu’on extrait. Il relit ses notes. Il n’est pas au point. Il essuie encore son front moite. Je ne bouge pas. Je ne demande rien. Il va y venir. Ou pas. Peu importe.

Déjà lu du même auteur :

811KDesYKfL Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

 

Et mes yeux se sont fermés – Patrick Bard

Et.Mes.yeux.se.sont.fermés.syros Et.Mes.yeux.se.sont.fermés.pjk

Syros – aout 2016 – 208 pages

PJK – septembre 2018 – 208 pages

Quatrième  de couverture :
L’histoire d’une adolescente française revenue de Syrie.
A priori, Maëlle n’est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s’habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C’est pour, croit-elle, sauver le monde, qu’elle rejoint l’organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.

Auteur : Patrick Bard est romancier, écrivain-voyageur et photojournaliste. Les frontières et la question des femmes sont au centre de son travail. Son premier roman, La frontière, a reçu le prix Michel Lebrun (2002), le prix Brigada 21 (Espagne, 2005) et le Prix Ancres Noires 2006. Il est l’auteur de six romans : Orphelins de sang, sur le trafic d’enfants en Amérique latine, a été récompensé par le Prix Sang d’encre des lycéens 2010 et le Prix Lion noir 2011. En 2015, il a publié Poussières d’exil, couronné par le prix 1001 feuilles noires, et Mon neveu Jeanne, un essai documentaire sur la question du genre. Et mes yeux se sont fermés, paru en 2016, est son premier roman pour les adolescents, dans lequel il raconte l’embrigadement d’une jeune fille partie faire le djihad en Syrie, puis son retour en France.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
L’auteur s’est inspiré d’une histoire vraie pour écrire ce livre instructif et très documenté.
Maëlle, 16 ans, est une lycéenne française qui poursuit une scolarité normale. Jeune fille sensible, intelligente, douée pour les études, elle est pourtant révoltée par l’injustice du monde, par la dégradation de l’environnement, par le sort des enfants dans les pays en guerre… Elle a envie d’aider. Mais influencée par Internet et les réseaux sociaux, elle découvre un monde inconnu pour elle et y plonge les yeux fermés, sans discernement et se retrouve quelques mois plus tard… en Syrie ! Et son entourage n’avait rien vu venir…
L’embrigadement de Maëlle, son départ en Syrie et son retour sont racontés par elle-même et par plusieurs personnes de son entourage: Céline, sa mère, Hugo, son premier petit ami, Jeanne, sa sœur, Souad, une camarade de classe, son professeur de français, Redouane, son « mari », Amina, une amie embrigadée en même temps que Maëlle, Aïcha, celle qui aide Maëlle, qui se fait appeler Ayat, dans le lourd et long travail de désembrigadement.
Ce livre est édité dans une collection jeunesse et il est plutôt délicat d’aborder cette thématique sans un accompagnement parental. Une lecture qui fait réfléchir, à partager avec ses jeunes !

Extrait : (début du livre)
Parfois je me demande si je ne suis pas morte. Mais non, je suis vivante, et le bébé qui bouge dans mon ventre est là pour me le rappeler. Je suis vivante, et Redouane est mort. Par la fenêtre, j’aperçois le jardin de notre pavillon, avec ses géraniums, sa pelouse tondue bien ras, son parterre de rosiers fanés. Notre maison ressemble à s’y méprendre à celle de nos voisins de droite et à celle de nos voisins de gauche. Heureusement qu’il y a des numéros sur les portes pour s’y retrouver.
Je contemple cette chambre irréelle. La zone plus claire sur les murs, à l’emplacement des posters de Beyoncé qu’une adolescente que je ne reconnais plus a arrachés.
J’ai envie de sortir. Je n’ai pas le droit. Pas encore. Sauf pour pointer. Matin, midi et soir.
Je longe l’avenue des Tilleuls, je passe devant le marchand de motoculteurs, le gymnase, le magasin de bricolage, la boulangerie, le Café des sports. La gendarmerie, enfin, où je signe ma feuille de présence, matin, midi et soir, soir et matin et midi.
Après ça, je refais le chemin en sens inverse et je rentre. 
L’idée que j’ai été manipulée, c’est ça le plus dur à avaler. Des fois, j’ai envie d’aller sur Facebook, de parler avec mes sœurs pour me rassurer. On faisait ça tout le temps, elles m’entouraient vraiment beaucoup. Mais Maman a coupé ma connexion Internet et je n’ai même plus droit au portable. Confisqué. Je ne me suis jamais sentie aussi seule. Elle ne comprend pas que Maëlle ne reviendra jamais, que je demeurerai Ayat, que c’est pour toujours, à présent.

L’odyssée d’Hakim tome 3 : de la Macédoine à la France – Fabien Toulmé

l'odyssée.d'Hakim Delcourt – juin 2020 – 280 pages

Quatrième de couverture :
– Je suis Syrien et j’arrive de Turquie.
– Wouaaah ! C’est un long voyage, ça.
– Oui, on peut le dire. Je suis parti de chez moi il y a presque 3 ans.
Après leur sauvetage en mer Méditerranée, Hakim et son fils arrivent sur le territoire européen avec beaucoup d’espoir. Pourtant, pour rejoindre la France, le tandem va devoir affronter une nouvelle série d’épreuves faite de centres de rétention, de police frontalière et de xénophobie. Leur courage et la solidarité d’inconnus providentiels suffiront-ils à leur permettre d’atteindre leur destination pour enfin retrouver les leurs ?
Suite et fin de la trilogie de L’Odyssée d’Hakim acclamée par les lecteurs et par la critique qui la décrit comme « captivante », « bouleversante », « intelligente » et même « salutaire ». Fabien Toulmé raconte l’histoire vraie du parcours d’un homme, un réfugié, et de sa famille, arrivés jusqu’à nous parce que la guerre leur avait tout pris.

Auteur : Fabien Toulmé voit le jour en 1980 à Orléans. Passionné de bande dessinée, il décide de suivre de longues et pénibles études d’ingénieur Civil et d’urbanisme afin d’acquérir les bases essentielles de la construction d’une BD. En 2001, il part pour plusieurs mois sous les tropiques (Bénin, Guyane, Brésil, Guadeloupe). Enfin, lassé par l’eau bleue cocotiers, il revient s’installer en France en 2009 à Aix-en-Provence. Depuis il publie castrations et BD dans divers magazines (Lanfeust Mag, Psikopat, Spirou…) ou dans ouvrages collectifs (Alimentation générale, Editions Vide Cocagne, Vivre dessous, Editions Monolosanctis, Les autres gens…). Avec Ce n’est pas toi que j’attendais, il réalise son premier album.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
Voilà la fin de cette formidable trilogie en BD sur l’histoire d’Hakim obligé de fuir son pays, la Syrie, pour garder sa liberté.
Dernière étape du voyage pour Hakim, nous le retrouvons en Macédoine avec son jeune fils Hadi et son périple est loin d’être terminé. Il va devoir traverser la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et la Suisse avant de pouvoir rejoindre sa femme en France. A chaque étape, les obstacles seront nombreux et éprouvants, la faim, le froid, le camp de réfugiés en Hongrie, et toujours la difficulté de trouver de l’eau et des couches pour Hadi, il y a également des rencontres, des belles et des plus difficiles…
Une histoire captivante, émouvante et pleine d’humanité racontée avec honnêteté et simplicité qui nous interpelle et nous donne un autre regard sur les migrants. Un vrai coup de cœur !

Extrait : (début de la BD)

odysseeDhakimT3-1 odysseeDhakimT3-2 odysseeDhakimT3-3

Déjà lu du même auteur :

9782756035505_1_75 Ce n’est pas toi que j’attendais

81qDioikdmL L’Odyssée d’Hakim tome 1 : De la Syrie à la Turquie

71XWBwljfuL L’Odyssée d’Hakim tome 2 : De la Turquie à la Grèce

Petit bac 2020a
(7) Lieu

Jules César – Anne-Dauphine Julliand

71TlwGJJSNL Les Arènes – octobre 2019 – 368 pages

Quatrième de couverture :
Jules-César a presque 7 ans. Il aime sa mère, son frère, sa vie au Sénégal et le baby-foot. Mais son quotidien est compliqué car ses reins ne fonctionnent plus. Seule une greffe pourrait le sauver.
Augustin est fier de sa réussite professionnelle et de sa famille. Tout serait parfait s’il n’y avait ce fils malade, dans lequel il ne se reconnaît pas. Or, il est le seul à pouvoir lui donner un rein. Par devoir et par amour pour sa femme, il accepte de l’emmener en France.
Chapitre après chapitre, alternant les points de vue de Jules-César et d’Augustin, Anne-Dauphine Julliand dévoile l’entrelacs délicat d’une relation entre un père et son fils. Chacun des deux doit vaincre ses peurs et repousser les limites du courage.

Auteur : Anne-Dauphine Julliand est journaliste et vit à Paris.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
Jules-César est un petit garçon de six ans et demi qui vit à Ziguinchor au Sénégal avec ses parents, son frère Simon et sa famille. Ce n’est pas un petit garçon comme les autres : ses reins ne fonctionnent plus et malgré les dialyses hebdomadaires, sa seule chance de retrouver une vie normale, c’est une greffe ! Augustin, son père, est donneur compatible, et pourrait le sauver ! Mais l’opération n’est pas possible au Sénégal et donc pour sauver son enfant, Augustin partira avec Jules-César en France… Le visa touristique de 9 jours qu’ils ont obtenu ne sera pas suffisant pour avoir tous les soins nécessaires… Augustin va se retrouver sans papiers en règle…
Ils seront hébergés chez Tata Rosie à Gentilly, veuve, elle vit seule et travaillant comme aide à la personne.
Cette histoire est avant tout celle d’un père et d’un fils. Loin de sa femme sur le point d’accoucher, déraciné, Augustin va devoir affronter ses peurs, ses doutes, ses angoisses et se battre pour la survie de Jules-César. Derrière une attitude rude et distante, il cache tout l’amour et la générosité qu’il a vis à vis de son fils si courageux.
Autour de tous les deux gravitent une galerie de personnages importants pendant ce séjour parisien : Monsieur Jeanjean, le voisin grincheux de tata Rosie qui va se laisser attendrir par l’énergie positive, la force et l’optimisme du petit garçon, Souleymane le copain de dialyse, Valérie Vallée l’assistante sociale et Nolwenn, l’institutrice hypocondriaque, que Jules-César va finir par réussir à apprivoiser…
Une lecture poignante, pleine d’humanité, de solidarité, d’amitié, de partages et d’amour qui m’a fait passer des larmes au rire. Une vraie leçon de bonheur et de tendresse !

Extrait : (début du livre)
L’enfant ne joue pas. Il regarde seulement. Accroupi sur son ombre, le corps tendu et les mains jointes, il fixe le ballon. « Allez, Simon, allez ! » Dans une supplication muette, il encourage son frère qui s’apprête à tirer un penalty.
La pluie n’est pas encore tombée en cette fin de matinée. Les toits de tôle semblent vibrer sous la chaleur. Dans la rue principale de Ziguinchor, les femmes sortent les poêles et les casseroles et préparent, en éventant le feu, le riz et les pastels frits qu’elles vendront pour le déjeuner. Les enfants du quartier se tiennent à l’écart, au bout d’une impasse, pour jouer au foot. Le sol en terre rouge est grevé de cailloux et de racines, mais ici au moins personne ne vient les déranger. Seules les chèvres s’aventurent là parfois. Il suffit de faire des moulinets avec les bras pour qu’elles s’écartent en bêlant.
Simon et ses copains portent les couleurs du Casa Sports de Ziguinchor. Les autres en face, avec leur tee-shirt du Dakar SC, mènent au score, d’un but. Le penalty de Simon pourrait ramener les équipes à égalité. Juste avant de frapper, il suspend son geste :
« Pause, je vais boire.
– Ça se fait pas ! C’est de la tactique », crient les autres.
Simon n’écoute pas, il rejoint son petit frère sur le bord du terrain et saisit le bidon tiède.
L’enfant lève un regard envieux vers l’eau qui dégouline sur le menton de Simon. Il passe sa langue sur ses lèvres sèches. Il ne doit pas boire, il le sait. Il chasse d’un revers de main un moustique qui l’agace, remonte ses lunettes épaisses et plisse les yeux pour mieux voir quand Simon se positionne devant le point de penalty. À l’instant où son frère frappe le ballon, bruit mat et geste sûr, des cris retentissent au bout de l’impasse. Leur mère accourt, en gesticulant, comme possédée.
« Jules-César, Jules-César, viens ! Vite, rentre à la maison ! Jules-César, tu pars ! Tu pars à Paris ! »
Suzanne attrape l’enfant par la main et le relève. Le stress raidit ses gestes, précipite ses pas.
Sur le chemin de la maison, elle parle à haute voix, pour avertir ceux qu’elle connaît et les autres aussi. « Il part. Ça y est, il part. Le petit va en France. » Chacun peut entendre dans ses mots son angoisse et sa joie. Son ventre lourd de six mois de vie roule à la cadence de ses pas. Elle appelle Amina devant son étal de fruits et tata Albertine qui discute avec d’autres femmes assises sur leur natte décolorée. Toutes deux lui emboîtent le pas.
Simon ferme la marche, en traînant un peu, le ballon sous le bras.

Petit bac 2020a
(5) Personnage célèbre

Quatre filles et quatre garçons – Florence Hinckel

Quatre.filles.et.Quatre.garcons.Talents hauts Quatre.filles.et.Quatre.garcons.pjk

Talents Hauts Editions – mai 2014 – 570 pages

PJK – mai 2019 – 744 pages

Quatrième de couverture :
Ils sont huit, quatre filles et quatre garçons, amis depuis le début du collège. Pour ne rien oublier de ce qui les unit, ils décident de tenir à tour de rôle le carnet de bord de leurs quinze ans. En vidéo, audio, ou par écrit dans un journal intime, ils vont faire le récit d’une tranche de leur vie, partageant leurs doutes, leurs drames et leurs petites victoires, jusqu’à esquisser ensemble le portrait de leur adolescence.

Auteur : Florence Hinckel est l’autrice de nombreux romans pour enfants et adolescents, qui totalisent 35 prix littéraires (Prix des Incorruptibles, Prix Imaginales collégiens, Prix Futuriales lycéens, Prix RTS de Genève, Prix Ados en colère, Prix Frissons du Vercors, Prix Livre mon ami de Nouvelle-Calédonie…). Son roman le plus récompensé est #Bleue, l’un de ses récits d’anticipation ; son plus grand succès public est Yannis de la série U4, projet collectif original. Ses sagas contemporaines Le Grand Saut et Quatre filles et quatre garçons dressent un portrait sensible de l’adolescence, tandis qu’elle explore l’Histoire au fil d’une aventure loufoque et enlevée avec Les faits et gestes de la famille Papillon, illustré par des photos authentiques.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
Voilà un livre pris par hasard à la Bibliothèque pour cet été, c’est l’occasion de découvrir des portraits d’adolescents de 14 à 15 ans qui abordent des problématiques de cet âge comme l’amitié, l’amour, le harcèlement, les rapports aux parents, l’orientation professionnelle et sexuelle, les changements de son corps…
Ils sont huit amis, 4 filles et 4 garçons, depuis la 6ème, ils ont pris l’habitude d’emprunter le bus n°15 pour se rendre au collège et de se retrouver également en dehors. A la veille de leur rentrée en 3ème, ils décident de tenir à tour de rôle un carnet de bord pour raconter leur année scolaire, la dernière avant le lycée !
Ces récits ne seront pas dévoilés aux autres avant quelques années, ainsi chacun est libre de raconter ce qu’il souhaite en utilisant la forme de son choix (journal intime, carnet, lettre, enregistrement, blog…). Les adolescents dévoilent leurs faiblesses, leurs secrets et leurs relations les uns avec les autres.
Joséphine, Benoît, Sarah, Dorian, Justine, Medhi, Clotilde et Corentin ont chacun leur personnalité, leur caractère et c’est très amusant et instructif de suivre leurs aventures à travers le regard de l’un d’entre eux chaque mois de l’année scolaire…
Comme un fil rouge, un neuvième personnage très touchant apparaît d’abord en filigrane, puis de plus en plus…
Une belle découverte.

Extrait : (page 20)
Il a fallu trouver un ordre de passage.Allongés sur la plage, une de celles du milieu de la corniche, à se dorer au soleil, on a réfléchi. On avait étendu nos serviettes colorées en cercle, nos pieds au centre. Autour de nous, le monde constitué d’enfants munis de pelles et de seaux, de vieilles personnes rougies, de gros ventres et de seins nus n’existait pas. Seul comptait le ciel bleu où un petit nuage isolé se prenait pour un grand voyageur courageux.
– Faut le jouer à la courte paille ! a lancé Corentin. […] Résultat des courses : c’est moi qui ai tiré la plus petite. Voilà pourquoi je commence.
Dans l’ordre, suivront Benoît, Sarah, Dorian, Justine, Mehdi, Clotilde, puis Corentin.
– C’est drôle, quand même, a constaté Sarah, ça fait une fille, un garçon, une fille, un garçon…
Je trouvais que c’était bon signe. Signe que notre projet de journal à huit mains avait reçu la bénédiction du hasard. Je sais, j’ai souvent des idées bizarres de ce style.
Deux heures plus tard, le bus s’est arrêté devant nous. Nos cheveux étaient encore mouillés et notre peau salée. Je m’amusais à lécher mon avant-bras : j’adore le goût d’iode. J’ai regardé le gros 15 inscrit sur l’écran lumineux qui surmontait le pare-brise de l’autobus. Je me suis aperçue que c’était dans cette direction que nous allions tous les huit. Fifteen. Vers nos quinze ans.
Le soir même, j’ai acheté avec mon argent de poche un journal intime comme j’en ai eu des dizaines depuis que je sais tenir un stylo. Celui-ci est magnifique, avec une couverture rouge à la texture comme du velours.
Et un petit cadenas doré.

logo-challenge-pavc3a9vasion-moymle

Petit bac 2020a
(6) Pluriel