Écoutons la télé !


N’importe quoi – Éric Lapointe
Le titre dit tout

L’année dernière, j’avais déjà fait un article sur la Télévision Québécoise vue depuis la France grâce à TV5 MONDE

tele-radio-canada

Je continue toujours à regarder très régulièrement « Le journal de Radio-Canada« . C’est toujours intéressant de voir les nouvelles du monde avec un autre point de vue que celui de la France…
C’est également l’occasion de mieux découvrir un pays en étant sensibilisé à ses propres problématiques : cette année avec le Covid et plus récemment les élections américaines, c’est vraiment intéressant de confronter plusieurs médias…

Il y a une nouveauté cette année avec TV5 MONDE, depuis le 9 septembre 2020, c’est sa plateforme francophone gratuite de vidéo à la demande TV5MONDEplus

De nombreux films, séries, documentaires, programmes jeunesse, magazines et reportages qui sont le reflet de toute la diversité et créativité des cultures francophones à travers le monde.
TV5MONDEplus est la plateforme francophone mondiale de vidéos à la demande. Gratuite, cette offre de contenus exclusivement en français sous-titré a pour but de vous faire découvrir les programmes francophones et est disponible sur tous les supports web et mobiles.

Côté Québec, j’ai trouvé quelques séries comme Unité 9 (7 saisons), Faits Divers (3 saisons, en cours de visionnage), Les Pays d’en Haut (3 saisons, à découvrir), Au secours de Béatrice (5 saisons)
Une émission culinaire dans la catégorie « Culture et Art de vivre » Les chefs ! (malheureusement qu’une seule saison, la 8)

Le moteur de recherche n’est pas encore très efficace et c’est en fouillant et en explorant les diverses catégories que l’on trouvera son bonheur ou que l’on fera des découvertes inattendues : films, séries, documentaires, podcast, jeux, programmes jeunesse…
Beaucoup de belles choses à découvrir de la francophonie !

Oyana – Eric Plamondon

oyana Quidam éditeur – mars 2019 – 150 pages

Quatrième de couverture :
Elle a fait de son existence une digue pour retenir le passé. Jusqu’à la rupture. Elle est née au pays Basque et a vieilli à Montréal. Un soir de mai 2018, le hasard la ramène brutalement en arrière. Sans savoir encore jusqu’où les mots la mèneront, elle écrit à l’homme de sa vie pour tenter de s’expliquer et qu’il puisse comprendre. Il y a des choix qui changent des vies. Certains, plus définitivement que d’autres. Elle n’a que deux certitudes : elle s’appelle Oyana et l’ETA n’existe plus.

Auteur : Eric Plamondon est né à Québec en 1969 et vit dans la région de Bordeaux depuis une vingtaine d’années. Taqawan, son roman précédent, a reçu les éloges tant de la presse que des libraires et obtenu le Prix France-Québec 2018.

Mon avis : (lu en novembre 2020)
Une histoire percutante fait de chapitres courts entre le Québec et le Pays Basque.
Oyana vit à Montréal avec Xavier son conjoint depuis vingt-trois ans. Elle a laissé son passé derrière elle. Née au Pays Basque le 20 décembre 1973, le jour de l’attentat le plus spectaculaire organisé par ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays Basque et Liberté), contre Carrero Blanco, le bras droit de Franco. Lorsque le 3 mai 2018, Oyana lit dans le journal l’annonce de la disparition de l’ETA, elle n’a qu’une envie, rentrer et revoir ses parents et son pays d’enfance…
Elle écrit donc une longue lettre à Xavier pour lui raconter la vérité et lui dévoiler sa véritable histoire. Elle n’est pas Nahia Sanchez (nouvelle identité qu’elle a prise) mais Oyana Etchebaster. Avec cette confession, le lecteur va découvrir les liens qui relient Oyana au Pays Basque, à l’ETA et comment elle est arrivée au Québec…
L’auteur québécois vit dans les environs de Bordeaux, donc très proche du Pays Basque. Avec ce roman, nous découvrons que le Québec et le Pays Basque se rejoignent sur plusieurs points, la pêche à la baleine et la lutte indépendantiste…
Un roman très bien documenté sur une région que j’ai la chance de connaître.

Extrait : (page 15)
Les trois hommes se relaient toutes les heures dans l’étroit conduit pour creuser. Au fond du trou, Iban pense à la femme qu’il a quittée pour venir ici se battre pour la cause. La femme est enceinte. Elle accouchera avant la fin de l’année. Lui doit creuser. Il faut que le tunnel atteigne le milieu de la rue Claudio Coello pour ensuite y entasser un maximum de dynamite, deux mètres sous la chaussée. Les trois hommes procèdent avec la plus grande prudence. L’opération dure depuis des mois mais on touche au but. On connaît l’emploi du temps du Premier ministre par cœur. Il emprunte cette rue chaque matin après une visite à l’église Saint- François-di-Borgia. Il commence toujours sa journée de travail par une prière. Le détonateur est connecté. Les trois hommes ont préparé leur fuite dans les moindres détails. Ils changeront de véhicule à mi-chemin pour semer d’éventuels poursuivants. C’est bientôt Noël. Mika, déguisé en électricien, tient le détonateur. Iban guette la rue, prêt à donner le signal. Jon au volant de la Fiat laisse tourner le moteur. La luxueuse Dodge Dart approche. Au moment où elle atteint la zone fatidique, Iban donne le signal, Mika active le détonateur et la force de l’explosion fait s’envoler vers le ciel le Premier ministre, son garde du corps et son chauffeur. Le souffle est si puissant que la voiture blindée est projetée à trente mètres dans les airs au-dessus d’un immeuble et s’écrase dans la cour intérieure du couvent voisin. La poussière n’est pas encore retombée que Jon, Mika et Iban sont déjà loin. Carrero Blanco agonise, le garde et le chauffeur sont morts.
Au même moment, alors qu’ETA vient de réaliser l’attentat le plus spectaculaire de son histoire, une femme donne naissance à une petite fille. Nous sommes le 20 décembre 1973. Oyana vient de voir la lumière au bout du tunnel.

121093083_10157772631766848_3830306120905934516_oPlace de la République – Coeur de pirate 
Un roman qui a traversé l’océan

Déjà lu du même auteur :

taqawan Taqawan

Comment ne rien faire – Guy Delisle

41ybzkL6qGL Pastèque – août 2007 – 142 pages

Quatrième de couverture :
Comment ne Rien Faire regroupe les courts travaux de l’auteur québécois parus dans diverses revues comme Lapin ou Spoutnik. A travers ses courtes histoires, l’auteur trace une œuvre empreinte de finesse, d’humour et pose un regard incroyablement lucide sur ses contemporains et leurs défauts.

Auteur : Guy Delisle est né en 1966 à Québec. Il suit des études d’arts plastiques et d’animation et embarque pour l’Europe en 1988. Il entame alors une carrière d’animateur, métier qu’il exercera pendant dix ans, avant de réaliser son propre court-métrage, Trois Petits Chats. Il publie ses premiers albums à l’Association : outre Shenzhen, un récit de voyage lié à son métier d’animateur, citons Aline et les autres, remarquable exercice de style, proche de son travail en animation, suivi en 2001 par Albert et les autres. Par ailleurs, Guy Delisle n’hésite pas à s’aventurer dans d’autres univers avec la série humoristique Inspecteur Moroni ou Louis à la plage et Louis au ski, deux récits autobiographiques pleins de charme et sans parole. Par son regard, à la fois acéré et bienveillant, sur une culture étrangère, Chroniques birmanes constitue le prolongement de la démarche initiée avec Shenzhen et Pyongyang et poursuit la série d’ouvrages que Guy Delisle a consacrés à ses voyages en Asie.

Mon avis : (lu en novembre 2019)
J’ai trouvé cette BD à la Bibliothèque, à l’époque où l’on pouvait fouiller…
Cette BD regroupe 24 histoires courtes parues dans plusieurs revues comme Lapin et datant de la période de 1995 à 2006.
Le style du dessin et celui du fond est très différent suivant les histoires. Il y a de la poésie, de l’absurde, du vécu, du surréalisme, du léger, du profond, de l’humour, de l’émouvant…

Je regrette que les histoires n’ont pas été mises dans l’ordre chronologique pour pouvoir facilement se rendre compte de l’évolution du dessinateur…
Je n’ai pas été convaincu par cette BD un peu « fourre tout »…

Extrait :

aeroporte01aeroporte02 aeroporte03   aeroporte04 spaghetti01 spaghetti02

Déjà lu du même auteur : 

chroniques_de_J_rusalem Chroniques de Jérusalem shenzhen  Shenzhen

pyongyang Pyongyang  le_guide_du_mauvais_p_re Le Guide du Mauvais Père tome 1 71bYqARivUL Chroniques Birmanes 

louis au ski Louis au ski guide du mauvais père_t2 Le Guide du mauvais père tome 2

113165080 S’enfuir, récit d’un otage

121093083_10157772631766848_3830306120905934516_o
Tit-Cul – Les cowboys fringants
Un roman ou un album ou une BD jeunesse

Les fous de Bassan – Anne Hébert

61ilXs2GO4L fou_bassan 418TGWVADFL 81R5bB3M3QL

Points – mars 1998 – 248 pages

Points – mars 1984 – 248 pages

Seuil – novembre 1982 – 248 pages

Seuil – décembre 1982 – 248 pages

Prix Femina 1982

Quatrième de couverture :
Le vent, la pluie, la rumeur de la mer et la pesanteur du passé font de Griffin Creek, petit village du Québec, un lieu étrange et presque hors du monde. Un soir de l’été 1936, deux adolescentes vives et lumineuses, enviées ou désirées pour leur beauté par toute la petite communauté protestante du village, disparaissent près du rivage. À travers la voix ou les lettres de différents personnages, on assiste à la tragédie qui commence à se jouer, bouleversant ce village figé dans la tradition et le respect des Commandements.

Auteur : Anne Hébert est née à Sainte-Catherine-de-Fossambault, près de Québec, où elle a fait ses études. Après un premier recueil de poésie, elle a publié en 1958 Les Chambres de bois, roman qui fut aussitôt chaleureusement accueilli par la critique et qui lui valut le prix France-Canada. Elle montre dans son oeuvre qu’elle reste tout entière habitée pas l’Amérique de son enfance. Son roman Kamouraska, prix des Libraires 1971, a été traduit en plusieurs langues et est considéré par beaucoup comme l’un des plus importants de la littérature de langue française du XXè siècle. Suivront entre autre, Les Fous de Bassan (prix Femina en 1982) et L’Enfant chargé de songes (prix du Gouverneur général en 1992). Elle a récemment publié Clara, Mademoiselle et le lieutenant anglais et Est-ce que je te dérange ?

Mon avis : (lu en novembre 2019)
1936, dans un petit village fictif québécois, Griffin Creek, deux cousines adolescentes, Olivia et Nora, disparaissent. Cinq narrateurs à des moments différents vont nous raconter les évènements. Cela commence avec le Livre du Révérend Nicolas Jones, le pasteur de la communauté écrit en 1982. Puis ce sont les lettres de Stevens Brown, le mauvais garçon du village, écrites à un ami américain pendant l’été 1936. Nous poursuivons avec le journal de Nora, l’une des victimes âgée de 15 ans, datant de la même époque. Ensuite, très peu de temps après la disparition, il y a les témoignages de Perceval, l’idiot du village mais également le frère de Stevens, et de quelques autres. Non daté, ce sont les écrits d’Olivia, l’autre victime, âgée de 17 ans…
Ils vont à tour de rôle raconter à haute voix les événements qui ont changé le cours du destin de Griffin Creek donnant au lecteur indice après indice dans ce huis clos…
L’écriture est poétique, les phrases sont courtes évoquant parfaitement l’ambiance du village avec la nature, la mer, le vent, les tempêtes et ses marées toujours présentes.
Un roman marquant à la fois original, beau et à la fois noir, très violent.

Ce livre a été adapté au cinéma en 1987, film réalisé par Yves Simoneau avec Charlotte Valandrey, Steve Banner, Laure Marsac.

les-fous-de-bassan-affiche

Extrait : (début du livre)
La barre étale de la mer, blanche, à perte de vue, sur le ciel gris, la masse noire des arbres, en ligne parallèle derrière nous.
Au loin une rumeur de fête, du côté du nouveau village. En étirant le cou on pourrait voir leurs bicoques peinturlurées en rouge, vert, jaune, bleu, comme si c’était un plaisir de barbouiller des maisons et d’afficher des couleurs voyantes. Ces gens-là sont des parvenus. Inutile de tourner la tête dans leur direction. Je sais qu’ils sont là.
Leur fanfare se mêle au vent. M’atteint par rafales. Me perce le tympan. M’emplit les yeux de lueurs fauves stridentes. Ils ont racheté nos terres à mesure qu’elles tombaient en déshérence. Des papistes. Voici qu’aujourd’hui, à grand renfort de cuivre et de majorettes, ils osent célébrer le bicentenaire du pays, comme si c’étaient eux les fondateurs, les bâtisseurs, les premiers dans la forêt, les premiers sur la mer, les premiers ouvrant la terre vierge sous le soc.
Il a suffi d’un seul été pour que se disperse le peuple élu de Griffin Creek. Quelques survivants persistent encore, traînent leurs pieds de l’église à la maison, de la maison aux bâtiments. De robustes générations de loyalistes prolifiques devaient aboutir, finir et se dissoudre dans le néant avec quelques vieux rejetons sans postérité. Nos maisons se délabrent sur pied et moi, Nicolas Jones, pasteur sans troupeau, je m’étiole dans ce presbytère aux colonnes grises vermoulues.

121093083_10157772631766848_3830306120905934516_o
Grand champion – Les trois accords
Un livre ayant gagné un prix littéraire
Petit bac 2020a
(7) Animal

Québec en novembre !

C’est la troisième année, que je participe au rendez-vous « Québec en novembre »
organisé  par Karine et Yueyin.

Cette année, je n’ai pas été prévoyante en profitant de l’été pour lire québécois (c’était prévu, mais pas fait)… J’ai déjà deux lectures datant de l’année dernière que je n’avais pas finit à temps pour participer à la saison 2019…

Les fous de bassan – Anne Hébert
Comment ne rien faire – Guy Delisle (BD)

J’ai prévu de lire durant le mois :

Oyanna – Eric Plamondon
Anne d’Avonlea – Lucy Maud Montgomery
Ghetto X – Martin Michaud

J’ai une PAL spéciale Québec dans lequel je pourrai piocher si besoin !

Karine et Yueyin nous invitent à travers la chanson à découvrir les différents thèmes proposés :

On jase de toi – Noir silence   Un livre sorti en 2020.
L’amérique pleure – Les cowboys fringants   Un roman engagé.
Grand champion – Les trois accords   Un livre ayant gagné un prix littéraire.
Arnaq – Elisapie  Un roman d’un auteur autochtone.
Tu m’aimes-tu – Richard Desjardins  Un roman où il y a de l’amour.
Martin d’la chasse galerie – La bottine souriante   Un roman SFFF
Fracture du crâne – Ariane Moffat  Un roman issu de la diversité ou dans lequel on parle de la diversité.
Plus tôt – Alexandra Stréliski Un classique québécois ou un futur classique selon vous.
Place de la République – Coeur de pirate  Un roman qui a traversé l’océan.
Nos joies répétitives – Pierre Lapointe   Un roman qui fait partie d’une série.
J’aurais voulu être un artiste   Un roman dans lequel il y a de l’art.
Dans la nuit qui tombe – Karim Ouellet  Un polar/thriller/roman d’horreur/roman noir.
Tit-Cul – Les cowboys fringants  Un roman ou un album ou une BD jeunesse.
Balade à Toronto – Jean Leloup  Un livre d’un auteur canadien, mais pas québécois.
N’importe quoi – Éric Lapointe  Le titre dit tout.

Je me réjouie d’avance de découvrir de nouveaux livres et de futures nouvelles lectures !

Paul à la maison – Michel Rabagliati

2363cd_408e53f0a7654f8e9bc3d1c31adb5d4d~mv2 La Pastèque – janvier 2020 – pages

Quatrième de couverture :
Paul à la maison est le 9e tome de la série. Cette fois-ci, l’action de déroule en 2012, Paul est auteur de bande dessinée à temps plein et lance un nouvel ouvrage au Salon du livre de Montréal. Entretemps, sa fille part travailler en Angleterre, Lucie n’habite plus avec lui et sa mère ne va pas bien… Paul à la maison traite du deuil, sous de multiples formes. Un album émouvant.

Auteur : Michel Rabagliati est né en 1961 à Montréal où il a grandi dans le quartier Rosemont. Après s’être intéressé un moment à la typographie, il étudie en graphisme et il travaille à son compte dans ce domaine à partir de 1981. Puis, il se lance sérieusement dans l’illustration publicitaire à partir de 1988.
Depuis 1998, ses bandes dessinées révolutionnent le 9e art québécois. En 2007, l’auteur s’est vu décerner une Mention spéciale pour l’ensemble de son oeuvre par le Prix des libraires du Québec, et Paul à Québec a remporté plus de 7 prix, dont le Prix du public au Festival international de Bande dessinée d’Angoulême en 2010.

Mon avis : (lu en février 2020)
Paul à la maison est le tome 9 de la série.
Paul vit avec son petit chien dans un petit pavillon de banlieue, avec un jardin.
Lucie est partie, Rose vit chez sa mère et ne vient pas voir souvent son père. Et elle veut partir vivre en Angleterre.

Régulièrement Paul rend visite à sa mère qui vit dans une résidence pour personnes âgés, vieillissante elle n’est pas au mieux de sa forme.
A l’image de la couverture grise de cet album, tout cela n’est pas très gai… Solitude, dépression, le lecteur se trouve plongé au cœur de la détresse urbaine…
Malgré ce quotidien peu engageant, l’humour est toujours présent dans cet album !
Il y a Tonio l’agricoltore, le voisin italien de Paul, qui ne parle qu’anglais et dont le jardin, dont il s’occupe à longueur d’année, est sa raison de vivre. Depuis 50 ans, sa vie est immuablement synchronisée sur le calendrier agricole. En comparaison le jardin de Paul est une forêt vierge, son pommier est à moitié mort et l’eau de la piscine n’arrive pas à rester claire…
Paul ne supporte plus les gens hypnotisés par les téléphones portables et s’imagine les leur confisquer…
Il y a quelques pages sur Paul au Salon du Livre de Montréal ou sur Paul, ancien typographe, qui s’agace sur le changement de la police de caractère (Highway en Clearview) sur les panneaux de signalisation de l’autoroute…
Je suis une inconditionnelle des aventures de Paul, cet album émouvant est celui du temps qui passe et cela parle à tous !

Extrait :

p16 p34Paul-3-1p48

p54
p56
 
p57
p177

Petit bac 2020a(3) Son

Déjà lu du même auteur :

107640216 Paul en appartement paul au parc Paul au parc

109131365 Paul dans le Nord 110034991 Paul à Québec

paul à la campagne Paul à la campagne 110765699 Paul dans le métro

paul02 Paul a un travail d’été 116590218 Paul à la pêche

Sauvages – Nathalie Bernard

41q-8FaKseL Thierry Magnier – août 2018 – 282 pages

Quatrième de couverture :
Jonas vient d’avoir 16 ans, ce qui signifie qu’il n’a plus que deux mois à tenir avant de retrouver sa liberté. Deux mois, soixante jours, mille quatre cent quarante heures. D’ici là, surtout, ne pas craquer. Continuer à être exactement ce qu’ils lui demandent d’être. Un simple numéro, obéissant, productif et discipliné. En un mot, leur faire croire qu’ils sont parvenus à accomplir leur mission : tuer l’Indien dans l’enfant qu’il était en arrivant dans ce lieu de malheur, six années plus tôt. A travers ce destin, Nathalie Bernard nous parle de ces pensionnats autochtones qui ont existé au Québec jusque dans les années 1990 et qui ont « accueilli » des milliers d’enfants brutalement arrachés à leur culture indienne. Entre roman historique et thriller, l’auteur nous entraîne dans une course effrénée au cœur des immenses forêts québécoises. Une chasse à l’homme qui ne possède que deux issues : la liberté ou la mort.

Auteur : Nathalie Bernard est romancière, auteur d’une vingtaine de romans publiés depuis plus de quinze ans. Éclectique, elle s’est aventurée dans les genres fantastique, thriller historique, polar, nouvelles. Elle écrit pour la jeunesse depuis plusieurs années.
Par ailleurs chanteuse et parolière, elle construit à partir de ses livres des spectacles et des mises en voix. Elle anime également des rencontres et des ateliers d’écriture pour les 7-18 ans.

Mon avis : (lu en août 2019)
Même si l’auteur est française, je trouve que ce roman a sa place dans le « Challenge Québec en Novembre ».  Nathalie Bernard a été inspirée par les terribles témoignages sur les pensionnats autochtones qui ont existé dans tout le Canada, entre 1827 et 1996. Leur but étant d’assimiler des milliers d’enfants pour qu’ils oublient leur culture amérindienne.
En décembre 2015, au nom de l’État fédéral du Canada, le Premier ministre Justin Trudeau a demandé solennellement pardon aux Autochtones du pays .
L’auteur précise bien que son roman met en scène des personnages et des lieux fictifs.
Jonas a été enlevé à sa mère alors qu’il avait 10 ans, maintenant âgé de 16 ans, il attend avec impatience le jour où sera enfin libre. Encore deux mois à supporter ce que l’on exige de lui et les mauvais traitements, ensuite, il pourra retrouver celui qu’il est vraiment et qu’il n’a jamais cessé d’être malgré les apparences. En effet, pour supporter les brimades et les humiliations de la part des prêtres et des bonnes sœurs qui les éduquent, il fait profil bas, se soumet mais mentalement il s’évade dans ses souvenirs les plus heureux, il n’oublie rien de sa fierté et de sa vie d’Indien.
Le sujet est aussi intéressant que révoltant, et le récit est poignant et émouvant, Jonas l’Indien et Gabriel l’Inuit sont terriblement attachants et le lecteur souffre avec eux.

Extrait : (début du livre)
Au pensionnat du Bois Vert, l’hiver s’étalait du mois d’octobre au mois de mai avec une température moyenne de moins vingt degrés, autant dire qu’un mur de glace s’élevait entre nous et le reste du monde. Nous étions fin mars. Il faisait toujours froid, mais l’hiver tirait à sa fin et mon temps obligatoire aussi. Je venais d’avoir seize ans, ce qui voulait dire qu’il ne me restait plus que deux mois à tenir avant de retrouver ma liberté.

Deux mois.
Soixante jours.
Mille quatre cent quarante heures.

Oui, ils m’avaient parfaitement bien appris à compter ici… Mais en attendant que ces jours se soient écoulés, je ne devais pas me relâcher. Il fallait que je continue à être
exactement ce qu’ils me demandaient d’être. Je ne parlais pas algonquin, mais français. Je n’étais plus un Indien, mais je n’étais pas encore un Blanc. Je n’étais plus Jonas, mais un numéro.

Un simple numéro.
Obéissant, productif et discipliné.

Il faisait encore nuit, mais mon horloge interne me réveillait toujours un peu avant que sœur Clotilde n’allume le plafonnier de notre chambre en hurlant : « Debout ! »
J’aimais bien ce temps paisible avant le lever. J’avais l’illusion d’une petite parenthèse qui m’appartenait.
– Qui c’est qui mâche ? demanda une voix dans le noir.
– Je parie que c’est encore le numéro quarante-deux qu’a piqué des biscuits aux sœurs ! fit une autre voix plus enfantine.
– Alors ? Qui c’est, merde ? insista la première voix.
– Il va pas te répondre… et il t’en donnera pas non plus…
Le débat fut clos par l’apparition éclair de la sœur.
– Debout ! hurla-t-elle en déversant un flot de lumière sur nous.
Papillonnant des yeux, nos regards se tournèrent en direction du lit du numéro quarante-deux. Ce dernier s’essuyait la bouche avec un air satisfait.
– Quoi ? Vous voulez ma photo ? demanda-t-il à la ronde.
Personne ne lui répondit. Mais les messes basses continuèrent.

Je jetai un coup d’œil à ma montre. Six heures huit. Je m’accordai une minute pour observer ma chambrée. Le mur, d’un blanc sale, percé de deux fenêtres striées de barreaux de métal. Le plancher grossier qui accueillait une vingtaine de lits identiques et recouverts de vilaines couvertures marron foncé. Le plafond, de plus en plus lézardé,
comme si nos rêves de fuite finissaient par le ronger. Après six années passées au pensionnat, j’étais obligé de constater que ce décor me glaçait toujours autant. Pour la centième fois au moins, je me promis que je vivrais tout l’été à la belle étoile…

 Québec_en_novembre_n

Écoutons la télé !

Québec_en_novembre_n

Saviez-vous que même depuis la France, nous pouvons avoir accès à un aperçu de la Télévision Québécoise ?

tele-radio-canada

En effet, grâce à la chaîne TV5 MONDE, je regarde assez fréquemment « Le journal de Radio-Canada« . C’est toujours intéressant de voir les nouvelles du monde avec un autre point de vue que celui de la France…
J’ai commencé, il y a quatre ans lorsque l’un de mes fils passait un semestre d’études à Montréal, en particulier après les attentats du 13 novembre en France.  J’ai continué à regarder ponctuellement ces nouvelles, lors des élections en France, l’élection du président des États-Unis… C’est également l’occasion de mieux découvrir un pays en étant sensibilisé à ses propres problématiques.

La chaîne TV5 MONDE m’a également permis de découvrir la série québécoise, « Au secours de Béatrice » que j’ai beaucoup aimé.

MV5BMTU5NTk0NDctNjg4Zi00ZjczLTlkYjMtZGE3ZGQ3Mzk3OTc5XkEyXkFqcGdeQXVyNTA1NDY3NzY@._V1_

Et depuis, j’apprécie de découvrir de nombreuses séries québécoises récentes ou moins…

Comment je ne suis pas devenu moine – Jean-Sébastien Bérubé

790554_01 Futuropolis – février 2017 – 226 pages

Quatrième de couverture :
Passé 25 ans, Jean-Sébastien Bérubé débarque à Katmandou au Népal pour devenir moine bouddhiste. Pour lui, le Bouddhisme est la religion la plus paisible du monde, et il espère qu’il pourra grâce à ce voyage enfin régler ses problèmes, échapper à la société occidentale de surconsommation aux valeurs superficielles et accéder au bonheur en suivant sa quête spirituelle. Il va découvrir que la réalité est assez éloignée de ses attentes. Un récit à rebours de l’image d’Épinal communément émise. En racontant sa propre histoire, Jean-Sébastien Bérubé nous fait découvrir une autre facette du Népal et du Tibet !

Auteur : Jean-Sébastien Bérubé est originaire de Rimouski au Québec. Son talent est découvert et récompensé au concours BD Hachette 2008 et c’est Glénat Québec qui publie sa première nouvelle dans Contes et Légendes du Québec en janvier 2009. S’ensuit son premier album au scénario et au dessin, sur le personnage historique Radisson, publié chez Glénat Québec. Le tome 1 a eu un très bon accueil public, d’excellentes critiques, et Bérubé a reçu le prix Bédéis Causa 2010 de l’auteur s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel.

Mon avis : (lu en juillet 2019)
Cette histoire débute à Montréal dans un centre bouddhiste tibétain, car Jean-Sébastien Bérubé a décidé de devenir moine bouddhiste. Pour éprouver sa vocation et poursuivre sa quête spirituelle, rien de mieux que partir sac au dos sur les routes du Népal et du Tibet à la rencontre des sages et des sagesses. Il va vite découvrir que la réalité est différente de ses attentes. 
A son arrivée, il est hébergé par une famille de réfugiés politiques tibétains, avec des problèmes d’alcool, de corruptions, de vol…
Pour Jean-Sébastien Bérubé, les enseignements de Bouddha sont une philosophie profonde, il rencontre des pratiquants qui vénèrent Bouddha comme s’il était un dieu avec des pouvoirs surnaturels et qui croient en la magie et aux superstitions… 
Son voyage au Tibet, lui permet de découvrir les lieux sacrés et de témoigner sur les conséquences de l’occupation chinoise. La réalité de cette situation géopolitique n’est également pas celle qu’il pensait…
« Je croyais trouver la plénitude dans ce pays, dit l’auteur. J’y ai trouvé la pauvreté qui n’est pas que matérielle. Elle est aussi intellectuelle » 
Pour Jean-Sébastien Bérubé, c’est un choc de découvrir l’opportunisme des institutions religieuses, l’exploitation des touristes et surtout des personnes qui viennent chercher la paix et à qui l’on vend l’illumination spirituelle, en trahissant sans aucune vergogne les enseignements de Bouddha.
Le dessin sait mettre en valeur la toute beauté des paysages et des temples ouvragés.
Voilà une BD documentaire, très intéressante et instructive sur l’expérience d’un voyage spirituel.

 

Extrait : (début de la BD)

petit bac 2019(7) Métier

Québec_en_novembre_n

 

Violence à l’origine – Martin Michaud

56786_aj_m_2455 violence-a-l-origine 31zAWLNp47L._SX195_ 2908645-gf

Kennes Éditions – – 456 pages

Coup d’œil Édition – juin 2016 –

Goélette Édition – août 2019 – 400 pages

Quatrième de couverture :
Responsable de la section des crimes majeurs en l’absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d’enquêter sur la mort d’un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l’inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d’enquête qu’il dirige doit faire vite, car l’assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le « père Noël », pressé d’obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l’appui nécessaire, Victor Lessard s’entête envers et contre tout à ­résoudre « l’affaire du Graffiteur », dédale inextricable d’une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et le mènera au bord du gouffre.

Auteur : « Le maitre du polar québecois ». Né en 1970, établi à Montréal depuis plus de vingt ans, Martin Michaud a longuement pratiqué le métier d’avocat d’affaires avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Reconnu par la critique comme le chef de file des écrivains de romans policiers québécois, il a obtenu un succès sans cesse grandissant avec ses sept thrillers, qui lui ont valu la reconnaissance du public et de nombreux prix littéraires. Il scénarise en outre d’après son oeuvre une série télé intitulée Victor Lessard qui connaît un succès retentissant au Québec.

Mon avis : (lu en novembre 2019)
« Violence à ‘origine » est le quatrième volet des enquêtes de Victor Lessard,
J’ai retrouvé avec plaisir le sergent détective Victor Lessard, un policier au profil atypique ainsi que son équipe avec Jacinthe Taillon, sa fidèle coéquipière haute en couleur et au langage fleuri (en québécois), Loïc et Nadja.
Le livre s’ouvre avec les chapitres 48 et 49, au début, j’ai cru qu’il y avait une erreur dans mon livre numérique mais après vérification sur une version papier de la bibliothèque, j’ai compris que c’était normal et que l’auteur nous plongeait au cœur de l’enquête avant des flashbacks et différents points de vue…
La tête d’un commandant de police est découvert dans un conteneur à ordures, un vieil homme recherche désespérément sa fille Myriam, âgée de 20 ans, disparue depuis plusieurs mois, un petit garçon est enlevé puis séquestré par un homme qui se fait passer pour le Père Noël…
En l’absence de son supérieur, Victor Lessart est responsable de la section des crimes majeurs par intérim. Il enquête sur la mort violente du policier haut gradé du SPVM, puis sur une succession de meurtres tous plus horribles les uns que les autres, et sur chaque scène de crimes, un graffiti du meurtrier annonce son prochain crime.
Une construction originale d’une intrigue complexe et truffée de fausses pistes.
Je ne suis pas fan des thrillers sanglants, mais cette série québécoise fait partie des exceptions, les expressions québécoises et les traits d’humour des personnages atténuent efficacement le côté sombre de cette histoire.

Extrait : (début du livre)
La neige tombait dru depuis le milieu de l’après-midi. Marchant sur le trottoir enneigé de la rue Rachel, Maxime Rousseau rentrait chez lui. Il n’avait que deux cents mètres à franchir entre la porte de l’école et celle de la maison. Pour lui faire comprendre qu’il ne fallait jamais parler aux étrangers, sa maman lui avait raconté plusieurs fois une histoire effrayante : celle d’un petit garçon qui avait aperçu le visage du diable en montant dans la voiture d’un inconnu. Pourtant, lorsque l’homme en costume rouge et à la longue barbe blanche l’interpella, l’expression du garçon s’illumina. Le père Noël ! Il saisit la main qui lui était tendue sans se douter un seul instant qu’il venait d’apercevoir le visage du diable. Happées par la bourrasque, les deux silhouettes disparurent au bout du trottoir. On était le 18 décembre 1981. Maxime avait six ans. Sa maman ne le revit jamais.

CHAPITRE 48
Sous terre

Pistolet au poing, Victor Lessard braqua sa lampe de poche dans l’obscurité et se mit à avancer avec prudence dans la canalisation. Devant lui, le faisceau lumineux lécha la paroi de béton couverte de sédiments, puis éclaira l’eau boueuse qui coulait dans le conduit. Une odeur nauséabonde le prit aux narines ; il mordit en grimaçant dans le quartier de citron qu’il tenait coincé entre ses dents. C’était la première fois qu’il descendait dans les égouts et il redoutait d’y croiser des rats.
La voix bourrue de Jacinthe Taillon crépita dans son oreillette.
– Pis ? Vois-tu quelque chose ?
Il entendit le tonnerre gronder en arrière-fond et ne put s’empêcher d’y voir un mauvais présage. Le ciel s’était couvert et un orage se préparait.
Victor recracha le morceau de citron avant de répondre :
– Pas pour l’instant.
Là-haut, Jacinthe supervisait l’opération en attendant l’arrivée des renforts ainsi que des cols bleus chargés de l’entretien des égouts.
– Eille, Lessard… fais attention de pas salir tes runnings neufs. Si y avait juste une crotte dans le désert, tu trouverais le moyen de piler dedans.
Le rire crispé de sa coéquipière vrilla dans son oreillette. Pour détendre l’atmosphère, elle faisait allusion à la paire de Converse de cuir rouge qu’il avait reçue en cadeau pour son anniversaire, dix jours plus tôt. Victor n’eut pas besoin de regarder ses chaussures : l’eau souillée lui montait aux chevilles.
Dès le moment où il avait armé son pistolet, son pouls s’était accéléré, une boule avait grossi dans le creux de son estomac. Il éprouvait le même sentiment chaque fois qu’il dégainait son arme. Et il en connaissait la raison. La peur. Une peur qui, combinée à l’adrénaline giclant dans ses veines, risquait de devenir un cocktail explosif. Il éclaira le haut de la paroi : des concrétions calcaires avaient formé des stalactites. Au fur et à mesure qu’il avançait, la même vision défilait dans le halo de lumière : outre le liquide brunâtre qui s’écoulait dans le cylindre de béton, Victor ne voyait que du vide. Il s’arrêta, prit une grande goulée d’air et bloqua sa respiration. Il savait que l’on finit toujours par extraire quelque chose du vide. Et que lorsqu’on ferme les paupières et que les images se mettent à défiler, des ombres peuvent surgir des ténèbres, se matérialiser. Il réalisait surtout que si on leur ouvrait la porte, ces illusions devenaient des gouffres capables de nous avaler.

Déjà lu du même auteur :

Il ne faut pas parler dans l'ascenseur Il ne faut pas parler dans l’ascenseur

La-chorale-du-diable La chorale du diable 41XmwAq16zL Je me souviens

Québec_en_novembre_n