Dakota Song – Ariane Bois

51pYcl8UMHL Belfond – mars 2017 – 439 pages

Quatrième de couverture :
New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.
Au cœur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des  » rich and famous « . S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.
Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.
Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…
Dakota Song est le portrait survolté d’une Amérique en pleine révolution artistique, intellectuelle et sexuelle, celle de la Beatlemania et du disco, du Studio 54 de Warhol et du Chelsea Hotel, du scandale du Watergate et d’une décennie de violences.

Auteur : Ariane Bois est romancière. Elle a été récompensée de sept prix littéraires et est traduite dans plusieurs pays. Elle est l’auteur de Et le jour pour eux sera comme la nuit (2009), Le Monde d’Hannah (2011) et Sans oublier (2014). Pour Le Gardien de nos frères (2016), elle a notamment reçu le Prix Wizo 2016. Dakota song est son cinquième roman.

Mon avis : (lu en janvier 2018)
J’ai emprunté ce roman à la Bibliothèque plus pour l’auteure que pour le sujet traité. Et finalement, j’ai beaucoup aimé ce livre qui raconte l’Amérique des années 70 en s’intéressant aux habitants d’un immeuble mythique de New-York, le Dakota.
A l’époque, c’est l’immeuble le plus célèbre et le plus luxueux de la ville.
Pour échapper à la violences des gangs de Harlem où il vivait avec sa mère et ses sœurs, et grâce à son oncle qui y travaille, Shawn, un jeune noir de 20 ans va se réfugier au Dakota. Il va commencer par être « homme à tout faire » puis grâce à sa disponibilité, sa gentillesse et son honnêteté, on lui proposera de devenir portier, le premier portier noir du Dakota. En suivant l’histoire des différents personnages de 1970 à 1980 au Dakota, le lecteur découvre New-York à cette époque… Il est question de violence, de drogue, de racisme…
Ariane Bois mélange réel et fiction puisque ses personnages : Shawn, Niguel, Andrew, Becky, Tyler, Nathan, Cherie, Abigaïl… vont côtoyer des célébrités comme Lauren Bacall, John Lennon, Rudolf Noureev, Leonard Bernstein…
Je ne connaissais pas cet immeuble et j’ai dévoré ce livre envoûtant et prenant. 

Extrait : Lire un extrait

 

Déjà lu du même auteur : 

Petit bac 2018
Art (2)
Publicités

Dent d’ours – tome 5 – Eva – Yann et Henriet

81E2rZnx5dL Dupuis – mai 2017 – 56 pages

Quatrième de couverture :
Début mai 1945. Côte est du Canada. Sous le couvert d’une station météo officielle, l’équipage du sous-marin allemand U-867 installe une balise prénommée « Eva ». Lorsque le sous-marin est repéré par un Catalina, l’officier SS qui commande l’expédition ordonne de tester les « nebelwerfer » : les lance-roquettes ne laissent aucune chance à l’hydravion des malheureux garde-côtes canadiens. Cette mystérieuse balise à laquelle l’officier SS semble attacher autant d’importance doit en fait permettre de guider le « Silbervogel », l’aile volante qui doit larguer une bombe atomique sur New York. Sans ce radioguidage, il ne restera plus que l’option « pilotage humain » pour guider l’oiseau d’argent nazi… Et le seul équipage qui semble capable d’accomplir cette mission suicide se trouve à des milliers de kilomètres de là, au château Fürstenstein, en Basse-Silésie : la flugkapitän Hanna Reitsch, une nazie exaltée, et son copilote, l’oberleutnant Werner Zweiköpfiger, espion US infiltré dans l’aviation allemande et ami d’enfance d’Hanna. Et malgré la chute imminente du IIIe Reich, Hanna n’a pas renoncé à mener à bien l’ultime mission du Führer.

Auteurs : Yann Lepennetier, dit Balac ou Yann, est un auteur de BD. 
Après ses débuts dans la publicité et l’architecture, ce Marseillais s’est lancé dans la bande dessinée en 1974 en dessinant pour Spirou à Bruxelles où il habite désormais. 
Remercié par le journal pour dessins irrévérencieux, il avait noué des liens forts de franche camaraderie avec Conrad avec qui il a notamment réalisé les Innommables en 1980 et lancé la Tigresse blanche en 2005. 
Ses premiers scénarios l’avaient conduit dans l’univers de Franquin avec le Marsupilami en 1989 et de Gosciny avec Lucky Luke sans oublier son one-shot sur une aventure de de Spirou.
Il écrit depuis pour de nombreux dessinateurs comme Berthet (Pin Up, Yoni, les exploits de Poison Ivy), Simon Léturgie (Spoon White), Félix Meynet (les Eternels) avec ou encore Herval (Tiffany), René Hausman (Les Trois cheveux blancs, Le Prince des écureuils), Yslaire (Sambre), Joël Parnotte (Le Sang des Porphyre).
Sa production est très diversifiée, avec des séries humoristiques, voire la reprise de classique (Le Marsupilami, avec Batem, Lucky Luke, avec Morris, Kid Lucky avec Conrad (sous le pseudonyme commun Pearce) et Jean Léturgie). 
Sa série Narvalo dessinée par Erik Juszezak devrait voit son épilogue en 2008 avec un second tome en plus de 54 planches. Le Sang des Porphyres est prévu en 4 albums dont 2 sont parus. Son actualité est par nature riche. En 2008 il a sorti le 2ème tome de Tiffany et le 3ème des exploits de Poison Ivy.

Né le 15 février 1973, Alain Henriet nourrit dès son plus jeune âge ses appétits bédéphiles dans les Stranges qu’il achetait en occasion sur les marchés, mais également dans Mickey Magazine, puis dans diverses séries de chez Dupuis. Il s’inscrit à l’académie des beaux-arts de Liège. Ses premières publications arriveront à cette époque, il participera à l’aventure du magazine  »Brazil » dans les trois numéros existants. 
À la même époque, toujours à l’académie de Liège, Alain gagne un concours de BD organisé par le journal de Spirou (deux planches publiées dans le numéro 3044), il se retrouve à jongler dans sa dernière année d’études entre la rédaction du journal (où il était en stage) et l’école. De là naîtront ses premières planches dans le journal de Spirou. 
En 1998, Alain est engagé à la rédaction de Spirou magazine comme correcteur et maquettiste. Il y travaille toujours, mais uniquement le mardi. C’est lors d’un festival qu’il rencontre Olivier Vatine. Celui-ci préfère la première version d’Une pizza à l’oeil à leur projet de S.F. Le soir même, ils décident de relancer la machine du tueur aux péripéties humoristiques. De là suivra la trilogie « John Doe « aux éditions Delcourt. La série finie, les protagonistes décident de prendre chacun leur envol. 
À cette même époque, Olivier Vatine cherchait un dessinateur pour la série « Golden Cup ». Fort de leur collaboration sur John Doe, celui-ci propose la série à Alain. De là suivra la collaboration avec le scénariste Daniel Pecqueur et, par la suite, la rencontre avec Manchu (grand spécialiste de science fiction) pour les designs très réalistes des véhicules. 
Alain signera également avec les éditions Dupuis pour un album : « Pandora Box ».
Aujourd’hui, il collabore avec Yann pour la série » Dent d’Ours » aux éditions Dupuis.

Mon avis : (lu en novembre 2017)
Je continue à emprunter cette série à la bibliothèque par habitude mais comme pour  l’épisode précédent je suis moins intéressée par la tournure uchronique que prend l’intrigue de ce second cycle. Après la mort d’Hitler le combat continue… L’histoire est plutôt plausible, il y a de l’action et des rebondissements. Il y a même mêlés à ce récit de vrais faits et la présence de vrais personnages historiques. Quelques flashbacks durant l’enfance de nos trois jeunes héros dans les années trente, permet de relier les deux cycles.
Le dessin est toujours agréable à découvrir et comme à chaque fois il y a des scènes de combats aériens très détaillés.
Mais malgré mon avis mitigé, je lirai certainement le dernier épisode du cycle… pour en connaître la conclusion.

Extrait : (cliquer sur les planches pour les agrandir)

9782800170312_p_2   9782800170312_p_39782800170312_p_4 9782800170312_p_5

Déjà lu de la même série :

92014366 Dent d’ours – tome 1 : Max  9782800160078_1_75 Dent d’ours – tome 2 : Hannah

105621445 Dent d’ours – tome 3 : Werner

112367181 Dent d’ours – tome 4 – Amerika bomber