Marlene – Hanni Münzler

Lu en partenariat avec Masse Critique

82551261_10157032304445678_2796750319378235392_o

61f9SwHNxFL L’Archipel – février 2020 – 464 pages

traduit de l’allemand par Anne-Judith Descombey

Titre original : Marlene, 2016

Quatrième de couverture :
Munich, juillet 1944. L’une des femmes les plus recherchées du IIIe Reich se tient face à la maison bombardée de Deborah et de son frère, qu’elle croit enfouis sous les décombres. Si elle était arrivée la veille, Marlene aurait pu les sauver.
Mais qui est au juste cette femme ? La veuve d’un notable connu pour ses sympathies nazies ? Une actrice en devenir ? Une résistante ?
Marlene va devoir prendre l’une des décisions les plus difficiles de sa vie : épargner la vie de millions de personnes… ou sacrifier l’homme qu’elle aime.
Dans le sillage d’ Au nom de ma mère, ce roman s’attache au destin d’une femme courageuse, confrontée aux soubresauts de l’Histoire.

Auteure : Née en Allemagne en 1965, Hanni Münzer conquiert le public dès 2013 avec son premier roman. Au nom de ma mère (l’Archipel, 2017), s’est vendu à plus de 250 000 exemplaires en Allemagne et a été traduit en douze langues.

Mon avis : (lu en février 2020)
Ce livre est la suite du premier roman d’Hanni Münzer, Au nom de ma mère. Pour ma part, je n’ai pas lu ce roman et je n’ai pas été gênée pour la lecture de Marlene.
Tout commence alors qu’âgée de 97 ans, Marlène décide d’écrire sa biographie pour raconter les événements qui se sont passés en 1944. Elle demande que l’œuvre ne soit publié qu’après sa mort, elle va cependant réunir ses proches autour d’elle pour leur raconter.
Le lecteur se retrouve donc en 1944 à Munich, sous les bombardements. Marlene est une jeune femme allemande, forte et courageuse engagée dans la Résistance contre l’Allemagne nazie. Elle se cache sous une fausse identité et tente de rejoindre Varsovie et la résistance. Évidement, le périple ne va pas être simple et plusieurs fois Marlene va se retrouver dans situations difficiles et même critiques… 
L’auteure décrit avec beaucoup de réalisme l’enfer du camp d’Auschwitz, c’est une partie du livre difficile à lire, mais c’est important pour l’Histoire d’être plongé dans la réalité du quotidien dans ce terrible camp.
J’ai aimé le côté historique de ce roman, mais je mettrais un bémol sur le côté sentimental de l’intrigue qui dilue parfois le message de ce livre.

Merci Masse Critique Babelio et les éditions de L’Archipel pour cette découverte.

Extrait : (début du livre)
Prologue
C’était un merveilleux été enveloppé de parfums et de souvenirs qui se gravèrent à jamais dans sa mémoire.
Elle se tenait dans le champ pendant les foins, le chant des grillons dans les oreilles, la poussière de la terre desséchée sur la langue, dans la lumière irisée du soleil de midi dont elle sentait la brûlure sur la nuque. Le soir, la grand-mère oindrait sa nuque d’une pommade à l’odeur forte qu’elle utilisait pour ses chevaux.
Elle avait seize ans, l’air embaumait les fleurs sauvages, le foin, et une langueur inconnue s’emparait d’elle quand elle échangeait des regards à la dérobée avec le fils de l’intendant. Elle notait chacune de leurs rencontres dans son journal intime. Une sensation neuve s’éveillait en elle et faisait chanter son sang.
C’était le jour de son anniversaire et, bien que son grand-père vît d’un mauvais œil qu’elle passât la journée dehors avec les valets, elle aidait ce jour-là à rentrer les foins. Elle adorait l’activité physique. Quand elle travaillait ainsi, elle se sentait vivante et proche de la nature et des hommes. Ses mains jeunes et vigoureuses savaient refréner les chevaux les plus fougueux. Leurs cals la remplissaient de fierté. Elle plaisantait avec les hommes, des journaliers du pays et des Polonais qui se louaient pour les récoltes en Allemagne. Elle était acceptée de tous non parce qu’elle était la petite-fille du propriétaire, mais parce qu’elle travaillait presque aussi dur qu’eux.
Elle n’entendit pas aussitôt le moteur de la voiture parce que les hommes avaient entonné un chant de récoltes. Ce furent des appels qui attirèrent son attention sur les nouveaux arrivants. La main en visière pour abriter ses yeux du soleil, elle regarda deux silhouettes surgir dans la lumière aveuglante et s’approcher d’eux. Elle connaissait ces deux hommes : c’était le Gauleiter local Mettmann et son fils Herbert. Ce dernier avait le même âge qu’elle et tous deux avaient fréquenté l’école du village.
— Je n’ai pas voulu croire mon fils quand il me l’a raconté, mademoiselle von Dürkheim ! s’échauffa Mettmann avant même de l’avoir rejointe. Mais maintenant, vous voilà avec cette clique de Juifs polonais !
Elle ne comprenait pas son indignation.
— Nous travaillons : quel mal y a-t-il à cela ? répondit-elle.
Elle observait ce gros homme dans son uniforme disgracieux qu’elle connaissait depuis son enfance. Paul Mettmann était l’épicier du village et quand elle était petite, lui et sa femme lui donnaient des bonbons à chacune de ses visites. Autrefois, il aimait plaisanter, il lui pinçait la joue dès qu’il la croisait et il était connu pour ne jamais rater une occasion de faire la fête.

 

parlement-europeen2020_600Allemagne

Petit bac 2020a(2) Prénom

Une réflexion sur “Marlene – Hanni Münzler

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s