Il fallait que je vous le dise – Aude Mermilliod

61TlDvTtXJL Casterman – mai 2019 – 160 pages

Quatrième de couverture : 
Si elle donne le choix, l’IVG ne reste pas moins un événement traumatique dans une vie de femme. Et d’autant plus douloureux qu’on le garde pour soi, qu’on ne sait pas dire l’ambivalence des sentiments et des représentations qui l’accompagnent. L’angoisse, la culpabilité, la solitude, la souffrance physique, l’impossibilité surtout de pouvoir partager son expérience. Avec ce livre, Aude Mermilliod rompt le silence, mêlant son témoignage de patiente à celui du médecin Martin Winckler. Leur deux parcours se rejoignent et se répondent dans un livre fort, nécessaire et apaisé.

Auteurs : Aude Mermilliod est une illustratrice, graphiste, rédactrice et auteure de bandes dessinées. Originaire de Lyon, cette véritable autodidacte quitte sa ville d’origine après le lycée pour poursuivre des études aux Beaux-Arts de Toulouse. Vivant à côté d’une librairie/galerie,elle découvre le 9e Art en se plongeant dans une incommensurable quantité d’albums divers et variés. En 2014, elle passe une année à Montréal dans un atelier où sont présentes les maisons d’éditions indépendantes québécoises Pow Pow et La Mauvaise Tête. Cela lui permet de travailler sur son projet Les Reflets Changeants, avec lequel elle gagne le Prix Raymond Leblanc de la jeune création en 2015.
Martin Winckler, de son vrai nom Marc Zaffran, est né en 1955 à Alger. Après son adolescence à Pithiviers (Loiret) et une année à Bloomington (Minnesota), il fait des études de médecine à Tours entre 1973 et 1982. Ses premiers textes paraissent dans Nouvelles Nouvelles et la revue Prescrire au milieu des années 80 et son premier roman, La Vacation en 1989. Entre La Maladie de Sachs (Livre Inter adapté au cinéma en 1999 par Michel Deville) et En souvenir d’André (2012), il a publié une quarantaine de romans et d’essais, consacrés au soin et aux arts populaires. Il vit à Montréal depuis 2009 et anime le Winckler’s Webzine, un site personnel très fréquenté (www.martinwinckler.com) et un blog littéraire, « Chevaliers des touches » (http://wincklersblog.blogspot.ca/)

Mon avis : (lu en mars 2020)
Cette BD est un beau témoignage sur l’avortement, un sujet souvent considéré comme tabou dans notre société. Il a fallu six année pour Aude Mermilliod pour écrire et dessiner cette bande dessinée.
En 2011, alors qu’elle porte un stérilet, Aude tombe enceinte et décide de ne pas poursuivre sa grossesse, elle nous raconte son parcours avant et après son IVG. Elle va rencontrer des médecins lui offrant écoute et soutiens mais également d’autres culpabilisants et donneurs de leçons…
La deuxième partie du livre donne la parole à Martin Winckler médecin et romancier qui évoque l’histoire de l’avortement depuis les années soixante-dix. Bien sûr, il est question de la loi Veil du 17 janvier 1975 qui encadre la dépénalisation de l’avortement en France. Martin Winckler donne son regard de médecin ayant pratiqué l’IVG mais aussi son regard d’homme face à la violence psychologique subit par la femme.
Voilà une partage d’expérience de vie, engagée, informative, authentique mais sans jugement.

Extrait : (début de la BD)

71j0WcFf2fL 61Jb37AXwML 61i2ZdHERfL 71Nv1DrI2qL

Déjà lu de Martin Winckler :

la_maladie_de_sachs_p La maladie de Sachs  le_choeur_des_femmes Le Chœur des femmes

les_trois_m_decins_p Les Trois médecins en_souvenir_d_Andr_ En souvenir d’André

Une réflexion sur “Il fallait que je vous le dise – Aude Mermilliod

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s