D’un trait de fusain – Cathy Ytak

d-un-trait-de-fusain Talents Hauts – septembre 2017 – 256 pages

Quatrième de couverture :
1992. Mary, Monelle, Julien et Sami sont lycéens dans une école d’art. En cours de dessin, leur modèle préféré s’appelle Joos. Il est jeune, libre et beau. À l’âge des premières expériences amoureuses, l’épidémie de sida s’immisce brutalement dans leurs vies. La plupart des adultes se taisent et semblent ignorer la tragédie. Mary décide de briser le silence, d’affronter le regard de ses parents, de la société, et de s’engager.

Auteure : Après des études de graphisme et de reliure artisanale à l’École Estienne et à tout juste dix-huit ans, Cathy Ytak part au Brésil participer à l’élaboration de matériel pédagogique graphique pour une école rurale.
De retour en France, elle multiplie les petits boulots avant de se diriger vers le journalisme et la traduction. Aujourd’hui, elle écrit des romans, des guides pratiques, et traduit de la littérature contemporaine catalane.

Mon avis : (lu en juillet 2020)
J’ai emprunté ce livre à la Bibliothèque en lisant la quatrième de couverture en diagonale… et les mots suivants « Mary, Monelle, Julien et Sami sont lycéens dans une école d’art. En cours de dessin, » m’ont incité à choisir ce roman qui raconte bien plus que cela !
Marie-Ange, Monelle, Julien et Sami sont quatre copains « lycéens artistes »
plein d’insouciance, ils sont jeunes, ils sont libres, ils aiment se retrouver pour rire aux éclats, jouer au flipper et dessiner ! En cours de nus, ils font la connaissance de Joos, le modèle, un jeune hollandais, très beau, libre dans son corps et dans sa tête… Monelle et Julien se sont déjà rapprochés et très vite Sami et Joos sont attirés l’un par l’autre. Marie-Ange est également troublée par le jeune hollandais mais elle ne le dévoile pas trop préoccupée par des parents trop strictes à l’esprit étriqué. Marie-Ange compte surtout les jours avant sa majorité pour pouvoir quitter le foyer familiale qui l’étouffe !
Les premiers mois sont heureux et l’avenir s’annonce plein de promesses… Mais nous sommes en 1992 et le mot « séropositif » s’invite dans l’histoire, la sexualité devient dangereuse, les amis sont face à l’inconnu, à la peur, à la maladie, à la mort…
Les quatre amis et Joos vont réagir chacun différemment, l’un va s’éloigner, des liens d’amitié vont se renforcer, certains vont s’engager et s’investir auprès de l’association Act Up…
Ce roman d’un réalisme fort est à la fois beau, triste et touchant.
Une très belle découverte pour ne pas oublier que le Sida fait toujours trop de morts…

Extrait : (début du livre)
Le fond de l’estrade est tapissé de noir. Encadré d’un côté par un radiateur à roulettes peint de couleur sombre, et de l’autre par un mince couloir de toile faisant office de loge ou de coulisse.
La femme s’y est glissée, le temps de s’y déshabiller à l’abri des regards.
Elle réapparaît quelques instants plus tard dans un peignoir bleu délavé, serré à la taille. Chaussons d’hôtel un peu crasseux. Tête baissée, les yeux fixant le sol.
Les élèves se sont tus. Mme Pontevin s’impatiente et frappe dans ses mains.
– On y va !
Le peignoir tombe sans grâce sur un silence tendu. Fin du strip-tease.
Marie-Ange empoigne son crayon, arrête son geste un instant, dévie son regard. Attirée, aimantée, comme vingt-cinq paires d’yeux adolescents par ce triangle noir entre des cuisses maigres.
Ce qu’on ne connaît pas des femmes. Ce qu’on ne connaît pas des autres.
En vrai. A quelques mètres.
Marie-Ange pense : trop nue, puis se cabre à cette idée d’indécence.
Derrière elle, un garçon ricane pour mieux masquer sa gêne :
– Si c’est pas la femme de ma vie, ça…
Julien enchaîne :
– T’aurais pu la choisir plus sexy !
Mme Pontevin montre quelques signes d’énervement. C’est chaque fois la même chose. Mais la nudité n’est jamais anodine lorsqu’elle se dévoile, et c’est la première fois pour un certain nombre de ses élèves, qu’ils aient seize ou dix-sept ans.
Sami opte pour une concentration extrême qui l’isole des commentaires et des rires étouffés.

Petit bac 2020a
(5) Objet

3 réflexions sur “D’un trait de fusain – Cathy Ytak

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s