Agrippine – Claire Bretécher

51LdaPxfBbL Dargaud – 1988 – 48 pages

Quatrième de couverture :
Il fallait un caractère bien trempé pour succéder aux célébrissimes Frustrés dans les pages du Nouvel Obs. Ça tombe bien car du caractère, Agrippine, n’en manque pas. Coincée entre ses parents trop tolérants, ses crises existentielles, ses copines et son petit frère, Agrippine traverse l’âge ingrat d’une adolescente d’aujourd’hui avec un humour féroce et une mauvaise fois absolument réjouissante.

Auteure : Claire Bretécher (1940 – 2020) est une dessinatrice et une scénariste de bandes dessinées.
Elle débute dans la bande dessinée avec une collaboration avec René Goscinny en 1963. Sa carrière prend son envol quand elle travaille pour Tintin de 1965 à 1966.
En 1969, elle collabore au journal Pilote avec son personnage “Cellulite”. Dans cette série, elle y stigmatise les excès du féminisme tout en défendant la cause des femmes.
De 1969 à 1971, elle s’impose ensuite au journal Spirou par des satires de ses contemporaines (“Salades de saisons”).
En 1972, elle crée avec Marcel Gotlib et Mandryka l’Écho des savanes. Collaborant aussi au mensuel écologique Le Sauvage à partir de 1973, elle entre au Nouvel Observateur la même année avec sa série Les Frustrés (15 octobre 1973), intégrée dans la rubrique sociétale “Notre Epoque”.
Elle obtient le Prix du scénariste français au festival d’Angoulême en 1996 et l’Alph-Art humour au festival d’Angoulême pour « Agrippine et l’ancêtre » en 1999.
Ces dernières années, elle s’est surtout consacrée à la peinture.

Mon avis : (relu en mars 2020)
J’ai découvert cette BD quelques années après sa sortie et l’époque de l’adolescence d’Agrippine était également celle de mon adolescence… Je n’avais pas de petit frère mais deux petites sœurs et un caractère bien moins tranchée que notre héroïne…
J’avoue que je ne gardais pas grand souvenir de cette BD et le décès de Claire Bretécher et le Challenge Petit Bac m’ont incité à cette relecture.

Agrippine est l’adolescente en crise dans toute sa splendeur : boudeuse, sarcastique, paresseuse, en révolte contre ses parents, et toujours en conflit avec son petit frère. Avec ses copines, dont elle est inséparable, Agrippine parle une langue inventée qui mélange verlan et autres expressions créées par l’auteur. Le sujet des garçons est bien sûr au centre de leurs bavardages interminables, elle ne songe pas un instant à se projeter vers l’avenir…
Même si certaines problématiques de l’adolescente n’ont pas changé, j’ai trouvé que cette BD avait plutôt vieillie.

Les deux adaptations suivantes sont plus vivantes et amusantes pour découvrir cette adolescente malgré tout attachante.
En 2001, Agrippine est adaptée en série télévisée d’animation par Frank Viber pour Arte.
En 2012, la bande dessinée est adaptée à la radio sur France Culture pour une série de cinq épisodes de 23 minutes.

Extrait :

agrippine1  5199EniTkML

Petit bac 2020a
(4) Personnage Célèbre

Une réflexion sur “Agrippine – Claire Bretécher

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s