Ulysse Nobody – Sébastien Gnaedig, Gérard Mordillat

81J-gRWkqdL Futuropolis – février 2022 – 144 pages

Quatrième de couverture :
Acteur dévalué, réduit à faire le « zouzou » à la radio, Ulysse Nobody vient de se faire jeter de Radio Plus, après une prestation désastreuse en direct. Rejeté de partout, Ulysse se retrouve sans travail, sans droits au chômage, sans le sou. Sans rien. Le voici aux abois. Une rencontre va changer son destin. Pour le meilleur, momentanément, et le pire, durablement.Fabio, un ancien collègue de Radio Plus, travaillant désormais « dans la communication », souhaite aider Ulysse : il l’a toujours trouvé « génial » et il estime de la plus grande injustice qu’un talent comme le sien ne soit pas reconnu. En fait de « communication », Fabio milite pour le PFF, le Parti fasciste français, dirigé par Maréchal, candidat à l’élection présidentielle. Fabio propose à l’acteur de prendre la parole sur la scène du Zénith de Lille où se tient le grand meeting fasciste : « Il y aura 10000 personnes pour t’applaudir. » De fait, Nobody fait un tabac : « Vive le PFF, vive la France ! », conclut-il sous une avalanche de vivats enthousiastes. Maréchal, ravi de son « show », lui propose alors d’être un candidat du Parti fasciste aux législatives… Le début de la fin pour Nobody.
Un récit impitoyable et jubilatoire signé par Gérard Mordillat (Le Suaire, Corpus Christi) et mis en scène par Sébastien Gnaedig (Profession du père). Évidemment, toute ressemblance avec la réalité ne saurait être fortuite.

Auteur : Écrivain et cinéaste, Gérard Mordillat a été responsable des pages littéraires de Libération dans les années 1970. Il a publié de nombreux livres dont Vive la Sociale ! (1981), Les Vivants et les Morts (2005), Le miroir voilé et autres écrits sur l’image (2014), La Brigade du rire (2015) et Moi, présidente (2016).
Diplômé de l’IUT de Bordeaux en métiers du livre et de l’école Estienne de Paris en Arts Appliqués, Sébastien Gnaedig se révèle un petit surdoué du média BD.
Il a été maquettiste, chef de fabrication, directeur de collection puis directeur éditorial puis directeur général des Humanoïdes Associés entre 1996 et 2000, directeur de collections chez Dupuis pour les collections Aire Libre et Repérages! de 2000 à 2004. 
En 2004, il relance les éditions Futuropolis. En parallèle, il est dessinateur de bande dessinée.

Mon avis : (lu en juin 2022)
C’est Noël et Ulysse Nobody, un petit acteur sans envergure, doit raconter un conte de Noël sur Radio Plus. Il a l’idée saugrenu de son « Noël triste » et dès le lendemain, il est viré de la radio… Et Ulysse Nobody est grillé dans toute la sphère artistique : audiovisuel, théâtres, cinémas… Il se retrouve seul et sans plus aucune ressource. Il est alors approché par Fabio qui flatteur, le voit comme un artiste de grand talent et l’encourage à devenir député… Un député du PFF, c’est à dire du Parti fasciste français.
Gérard Mordillat a voulu dénoncer la manipulation, les fausses informations d’un parti d’extrême droite qui se construit sur la frustration et le rejet de toute partie de la population devenue bouc émissaire.
J’ai trouvé cette BD décevante et dérangeante à lire : Ulysse Nobody est un personnage de plus en plus antipathique. Il m’a fallu du temps pour la terminer, j’y ai trouvé beaucoup de clichés faciles.

Extrait : (début de la BD)

ulysse.nobody_p1ulysse.nobody_p2ulysse.nobody_p3ulysse.nobody_p4ulysse.nobody_p5ulysse.nobody_p6

Petit bac 2022
(5) Prénom

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s