La boîte à magie – Camilla Läckberg, Henrik Fexeus

51vlZj8gPQL Actes Sud – juin 2022 – 672 pages

traduit du suédois par Susanne Juul

Titre original : Box, 2021

Quatrième de couverture :
Gröna Lund, parc d’attraction incontournable de Stockholm. Entre manèges à l’arrêt et obscurité angoissante, une boîte transpercée d’épées contenant un corps de femme est retrouvée. Pour la nouvelle enquêtrice Mina Dahbiri, l’affaire dépasse les compétences de la police. Vincent Walder, expert en mentalisme et en communication non verbale, accepte de lui prêter main-forte.
S’agit-il d’un tour de magie qui a mal tourné ou d’un tueur machiavélique ? En complément de leurs talents, une visite dans les archives policières devrait aider le duo à trouver des réponses…

Auteurs : Née en 1974 à Fjällbacka, Camilla Läckberg est la reine incontestée du polar scandinave. Elle a rencontré un grand succès international grâce à son héroïne Erica Falck ; ses livres se sont vendus à plus de vingt-six millions d’exemplaires dans le monde. Elle est également l’une des fondatrices d’Invest in Her, une société d’investissement qui s’engage auprès de femmes entrepreneuses.
Henrik Fexeus est un mentaliste, auteur et présentateur suédois. Né en 1971, Henrik a étudié la philosophie pour finalement se spécialiser dans la psychologie. Louant ses livres et interventions publiques, plusieurs prix lui sont décernés et il est reconnu dans le monde entier pour ses recherches sur la communication non verbale. Il se lance dans la fiction en 2017 avec «Le Perdu», premier tome d’une trilogie pour jeunes adultes salué par la critique.

Mon avis : (lu en juillet 2022)
Voici le premier tome d’une nouvelle trilogie de Camilla Läckberg associée avec le mentaliste suédois à succès Henrik Fexeus. Les deux héros de cette série sont la détective Mina Dahbiri et l’expert en magie Vincent Walder.
Tout commence avec une scène de crime assez spectaculaire : le corps nu d’une femme transpercé d’épées dans une boîte à magie… Cela semble être un tour de magie qui aurait raté… L’enquêtrice Mina Dahbiri, nouvellement arrivée dans la brigade criminelle de Stockholm, décide de faire appel à Vincent Walder, grand mentaliste médiatiquement connu, pour l’assister sur cette étrange enquête.
Le duo Mina et Vincent est très sympathique, le mentaliste est claustrophobe et il a aussi des TOC et la policière est phobique et hypocondriaque. L’un et l’autre arrivent à surmonter leurs failles pour mener à bien leur travail respectif.
La construction du livre qui alterne des événements passés et présents tient en haleine le lecteur du début à la fin du roman policier.
L’intrigue est originale, bien menée et les personnages sont attachants, je me réjouis de les retrouver dans de futurs enquêtes.

Extrait : (début du livre)
Tuva tambourine nerveusement des doigts sur le comptoir. Elle aurait dû débaucher depuis un bon moment déjà, mais elle est toujours là, sur son lieu de travail, un café dans le quartier de Hornstull. Un client vient de s’installer à la table du coin. Il la fixe, irrité. Elle lui retourne un regard assassin. Elle mémorise son visage et se dit que ce client-là n’aura pas droit à un cœur sur la mousse de son cappuccino. Un doigt dressé, plutôt.

Être en retard la met de mauvais poil. Elle ramène machinalement une mèche blonde derrière son oreille. Elle aurait dû récupérer Linus depuis une demi-heure déjà. Elle est immunisée contre les remarques acerbes du personnel de la crèche, elle y a eu droit si souvent que ça ne lui fait plus ni chaud ni froid. Mais son petit garçon de deux ans doit être triste. Et Tuva n’est pas du genre à vouloir chagriner un enfant. Surtout pas Linus. Elle n’arrête pas de dire qu’elle serait prête à mourir pour lui. Mais ce n’est pas si simple. Dieu seul sait tous les efforts qu’elle fait. Elle ouvre la penderie, retire son tablier et le balance sur la montagne de linge sale. Elle ne peut pas partir avant l’arrivée de son remplaçant. Qu’est-ce qu’il fabrique, bon sang ?
Martin, le père de Linus, avait brillé par son absence le jour de la naissance de son fils, deux semaines avant terme. Tuva ne lui en avait pas voulu, elle était partie à la maternité en ambulance. Elle avait en revanche trouvé bizarre qu’il ne vienne pas la voir pendant les quelques jours qu’elle avait passés là-bas. L’accouchement avait été difficile. Elle ne se souvenait que vaguement des médecins qui les examinaient sans arrêt, elle et son bébé, en lui disant que tout irait bien. Exactement comme Martin dans les brefs SMS qu’il lui envoyait. Il allait venir, disait-il, il avait juste un ou deux trucs à régler. Si son séjour à la maternité se perdait dans le brouillard, le souvenir de son arrivée avec Linus dans l’appartement vide était autrement vif. Pendant qu’elle en bavait pour mettre au monde leur fils, Martin avait rassemblé ses affaires et s’était tiré. C’était ça qu’il avait à “régler”. Elle n’avait plus jamais eu la moindre nouvelle de cet enfoiré. Tant mieux, probablement. Elle l’aurait tué s’il s’était remanifesté.

Déjà lu du même auteur :

la_princesse_des_glaces La Princesse des glaces  le_pr_dicateur Le Prédicateur

le_tailleur_de_pierre Le Tailleur de pierre l_oiseau_de_mauvais_augure L’Oiseau de mauvais augure

l_enfant_allemand L’Enfant allemand cyanure Cyanure la_sir_ne La Sirène

9782330018962  Le gardien de phare  la faiseuse d'ange La faiseuse d’anges

le dompteur des lions Le dompteur de lions  La_sorciere La sorcière

81I8cUUwywL La cage dorée

Petit bac 2022(5) Objet

voisinsvoisines2021_new50
Suède

pave-20222
Challenge Pavé de l’été

Une réflexion sur “La boîte à magie – Camilla Läckberg, Henrik Fexeus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s