Ouagadougou pressé – Roukiata Ouedraogo

711EIukIBEL Sarbacane – octobre 2021 – 178 pages

Quatrième de couverture :
Dans sa petite chambre de bonne du 18e arrondissement, Roukiata fait son sac : demain, elle rentre chez elle, au Burkina Faso. Que prendre, que choisir, que laisser ? Comment faire plaisir à toutes et à tous, sans se faire totalement dépouiller ?… Entre jolis petits hauts colorés made in Paname Tati, que s’arracheront ses cousines, et le grille-pain deux fentes avec tiroir ramasse-miettes à offrir à sa mère, Roukiata nous raconte sa folle jeunesse, lorsqu’elle était jeune gazeuse des faubourgs Ouagalais, jusqu’à sa vie actuelle dans le « Little Africa » parisien. On rit devant la galerie des braiseurs de poulet bicyclette, les mégères du quartier, les coiffeuses de Château-Rouge ! On succombe devant les techniques de drague des garçons choco et les ruses déployées pour feinter le papa nommé « Chien Méchant » afin de ne pas rater le bal des bacheliers… Accompagné par le dessin virevoltant et dansant d’Aude Massot, ce livre est un hymne à l’enfance, la famille, l’amitié, la différence… on y rit beaucoup… mais pas que.

Auteures : Française d’origine Burkinabé, Roukiata Ouedraogo est une comédienne diplômée du cours Florent, autrice, chroniqueuse radio sur France Inter et scénariste et créatrice de plusieurs spectacles seule en scène. Comédienne tout terrain (art de la rue, humour, cinéma), elle est aussi autrice de chroniques dans la presse, d’une nouvelle et d’un roman Du miel sous les galettes. Roukiata Ouedraogo est engagée auprès d’associations luttant pour l’éducation des jeunes filles et contre les violences faites aux femmes.

À sa sortie des ateliers BD de l’école bruxelloise Saint-Luc en 2006, Aude Massot entame à Paris une carrière dans le dessin animé. En 2011, elle part vivre un an à Montréal et illustre Québec Land, qui rencontre un succès notable auprès du public. Par la suite, elle publie deux documentaires BD inspirés du réel, Chronique du 115, puis Une saison à l’ONU. En 2021 sortent Robinson à Pékin, qui relate la vie du journaliste Eric Meyer et Ouagadougou pressé, adaptation d’un spectacle de Roukiata Ouedraogo, qui relate sa vie d’expatriée entre Paris et le Burkina Faso.

Mon avis : (lu en janvier 2022)
Une bande-dessinée colorée, drôle et plein de tendresse où l’auteure, Roukiata, se raconte.
Rouki est surnommée Petit Modèle, grâce à sa silhouette mince et svelte, après une enfance agréable et joyeuse avec ses parents et ses deux frères à Ouagadougou, elle a choisi d’habiter Paris pour devenir comédienne. Elle vit dans une petite chambre de bonne du 18e arrondissement dans le quartier Château Rouge et elle prépare ses bagages pour passer ses vacances chez elle au Burkina Faso. Elle raconte son quotidien à Paris, des souvenirs d’enfance au pays et ses proches en Afrique en utilisant des expressions très imagées comme « le froid de Paris va me cadavérer », « se faire enceinter », « les mangues te sourissent » ou des onomatopées comme « tchiip », « dèh ».
Avec toutes ces anecdotes, Roukiata montre les travers et les qualités de la France et de l’Afrique. Son sourire est parfois grinçant et Rouki n’hésite pas à dénoncer des traditions du passé, le machisme des hommes africains et français, elle se moque gentiment de son père qui surveillait le soir l’entrée de la maison avec un gourdin pour dissuader les prétendants. Elle relève les contradictions de nos deux pays comme la femme noire qui demande à se faire blanchir la peau au rayon cosmétique d’un grand magasin parisien alors qu’une femme blanche veut la foncer pour avoir un teint hâlé…
Cette BD m’a vraiment fait penser à Aya de Yopougon et j’espère qu’il y aura une suite !

Extrait :

715GKGEqgsL71LiSx7FvsL71hDSkN+O2L71DmZeELiEL

Petit bac 2022
(1) Lieu