Cent mille ans. Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires – Pierre Bonneau, Gaspard D’Allens et Cécile Guillard

 Le Seuil – octobre 2020 – 152 pages

Quatrième de couverture :
C’est l’un de ces petits villages qui n’a jamais eu droit à sa carte postale. Et pourtant… L’endroit fait parler de lui jusqu’au sommet de l’État, la zone est quadrillée, ses 80 habitants surveillés. À Bure, 85 000 mètres cubes de déchets radioactifs doivent être enfouis à 500 mètres sous terre et y passer les cent mille ans à venir. Pour l’État français, l’enjeu est colossal : il en va de la survie de l’industrie nucléaire. De gré ou de force, ce projet titanesque doit aboutir.
Face à ce rouleau compresseur, la Meuse n’était pas censée résister. Les millions d’euros déversés sur le territoire devaient faire taire la contestation. En vain. À mesure que celle-ci s’intensifiait, Bure est devenu le théâtre d’une sidérante répression. Entre clientélisme et autoritarisme, le plus grand projet industriel d’Europe avance au mépris de la démocratie.

Auteurs : Gaspard d’Allens est journaliste pour le site Reporterre, il est l’auteur de plusieurs livres traitant d’écologie. Le dernier en date : Main basse sur nos forêts, a paru au Seuil en 2019.
Pierre Bonneau est journaliste indépendant, il travaille sur les mouvements sociaux et la criminalisation des luttes. Il contribue notamment à Reporterre, Bastamag ou l’Humanité.
Après avoir étudié l’illustration et le cinéma d’animation, Cécile Guillard se consacre à la bande dessinée. Cent mille ans est son deuxième album après Une vie de moche, avec François Bégaudeau, paru chez Marabulle en 2019.

Mon avis : (lu en mars 2021)
Bure est un village rural de 80 habitants dans la Meuse qui a été choisi malgré lui pour accueillir le projet Cigeo destiné à créer un site d’enfouissement de déchets nucléaires.
Cette BD est une enquête qui raconte comment l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) a réussi à s’imposer à Bure en subventionnant largement les collectivités et en implantant dans ce même territoire des entreprises liées à la filière déchets radioactifs. Aucune concertation publique, études et recherches opaques tout est fait pour la mise en place de ce projet Cigeo et lorsqu’un début de contestation s’amorce, la répression est disproportionnée : 80 gendarmes mobiles sont présents pour contrôler quotidiennement le village ( soit 1 gendarme mobile par habitant !), des perquisitions, des écoutes et 27 interdictions de territoire !
Depuis près de trente ans, des habitants, élus et agriculteurs se battent contre ce projet titanesque qui prévoit de stocker à 500 mètres sous terre nos déchets nucléaires. Et l’État reste sourd aux arguments des opposants, une épreuve de force s’est engagée avec d’un côté la création d’une Zone A Défendre et de l’autre le dépôt d’un dossier de déclaration d’utilité publique par l’ANDRA pour pouvoir enfin lancer les travaux…
Un enquête complète et très intéressante sur un grand projet qui s’impose au mépris des avis négatifs des populations locales et des risques futurs au nom de l’utilité publique et des intérêts politiques…

Extrait :

 

Petit Bac 2021(4) Lieu