Le jour où la nuit s’est levée – Beka, Marko et Maëla

71Dp+DxnoRL Bamboo éditions – août 2020 – 64 pages

Quatrième de couverture :
L’hiver, en fin de journée… Une tempête de froid et de neige s’abat sur Paris, bloquant plusieurs personnes dans la librairie de Clémentine. Dont Guillaume et Naori, maintenant installés dans la capitale, ainsi que Chantal l’écrivaine. Cette bulle de temps imprévue sera l’occasion pour chacun de faire remonter ses souvenirs d’enfance, de réfléchir au poids de l’héritage familial, de l’éducation qu’il a reçue, à l’influence de ses parents et de sa famille sur sa vie et ses choix… Jusqu’à ce que la tempête se calme et que la nuit se lève sur un nouveau jour…

Auteurs : BeKa, c’est en fait l’alchimie formée par Caroline Roque et Bertrand Escaich. Caroline prépare un doctorat en chimie quand Bertrand commence déjà à écrire ses premiers scénarios de bandes dessinées. Quand elle quitte ses molécules, Caroline écrit des nouvelles destinées à être adaptée à son autre passion : le cinéma. Lorsque l’une d’entre elles reçoit le prix des cinémas d’Art et d’Essai de Toulouse, la tentation de quitter la chimie pour l’écriture devient trop forte. Caroline et Bertrand vont dès lors cultiver à deux leur talent pour la vie et pour l’écriture. Bertrand entraîne Caroline du coté de la bande dessinée et ils créent ensemble plusieurs séries à succès, notamment les RUGBYMEN et STUDIO DANSE, qui dépassent le million d’exemplaires vendus. 
Marko contribue à la culture régionale basque en tant que dessinateur de presse pour Le Journal du Pays Basque. Il produit des BD aux titres incompréhensibles tels que Marratiudazu gutun bat ou Iltazazuko koblakariak. Sa rencontre avec Olier marque ses débuts dans la BD avec Agence Barbare, puis El’z’avintures ed’Biloute, une BD en ch’ti, suivie des Godillots.

Mon avis : (lu en novembre 2020)
Contrairement aux autres BDs de cette série qui invitaient au voyage, le lecteur se retrouve ici dans un huis clos. Dans ce tome 5, les habitués de la série retrouveront quelques personnages rencontrés précédemment comme Clémentine, Sacha mais aussi Chantal, Guillaume et Naori.
Nous sommes à Paris, dans la librairie, La Passe-Livres, tenue par Clémentine et Sacha et Chantal est en pleine séance de dédicaces. Soudain, une violente tempête de neige bloque sur place les quelques personnes présentes à la librairie…
Clémentine et Sacha vont donc accueillir pour une nuit improvisée tout ce petit monde. Cela commence par une tasse de thé et de quelques gâteaux, puis chacun va se raconter et ensemble ils vont discuter et échanger sur leur enfance, sur la relation qu’ils ont eu avec leurs parents et la résonance que cela eu sur sa vie et comment cette enfance les influence encore aujourd’hui.
L’ambiance nocturne et feutrée de ce huis clos est douce et chaleureuse, cette BD pleine de sagesse et de bienveillance invite le lecteur à l’introspection.

Extrait : (début de la BD)

818i7lcjO1L

811Pk4NA+cL81BI7aby3mL71ypDhb5enL

Déjà lu des même auteurs :

81ZBpYBcrbL Le jour où le bus est reparti sans elle
71erZVudAIL Le jour où elle a pris son envol
9782818946831_1_75 Le jour où elle n’a pas fait Compostelle

71k23tfH5JL Le jour où il a suivi sa valise

Petit bac 2020a
(8) Couleur