Anne… La Maison aux pignons verts – Lucy Maud Montgomery

anne-la-maison-aux-pignons-verts-lucy-maud-montgomery

Ici Radio Canada – 10h45 – Lu par Catherine Proulx Lemay

Livre audio créé à partir de l’édition de 2001 | Éditions Québec Amérique | 374 pages
Publication originale : 1964, Hachette, sous le titre Anne et le bonheur

Présentation :
Parue en anglais en 1908, l’histoire de cette orpheline de l’Île-du-Prince-Édouard est connue dans le monde entier et a été traduite en 40 langues. Anne, une jeune rouquine, se présente chez Marilla et Matthew, qui attendaient un orphelin pour les aider dans les travaux de la ferme. Avec son imagination débordante, son optimisme contagieux et son amour de la magie des mots, Anne bouleversera la vie de ce couple, qui choisit de la garder malgré ses maladresses et ses débordements. Vendu à plus de 60 millions d’exemplaires et adapté plusieurs fois au cinéma et à la télévision, ce roman jeunesse qui charme aussi les adultes est considéré comme le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps. Anne… La maison aux pignons verts constitue le premier livre d’une série qui en compte huit.

Auteur : Lucy Maud Montgomery est une romancière canadienne de nouvelles et romans pour la jeunesse se déroulant généralement sur l’Île-du-Prince-Édouard, au Canada, dont le plus célèbre est Anne… la maison aux pignons verts.
Elle suit une formation à Charlottetown pour devenir enseignante et, de 1895 à 1896, elle étudie la littérature à l’Université Dalhousie à Halifax, Nouvelle-Écosse. À dix-sept ans, elle rédige pour les journaux locaux d’Halifax, Chronicle et Echo. Peu après, elle rejoint son père en Saskatchewan pendant un moment et retourne finalement sur l’île-du-Prince-Édouard. Elle connaît un succès international avec Anne… la maison aux pignons verts, paru en 1908, et qui a été traduit en seize langues. De ce roman qui s’adresse à toute la famille, ont été tirées plusieurs adaptations audiovisuelles. Celles-ci, très populaires dans le monde anglo-saxon, ont permis à Montgomery d’écrire d’autres livres sans soucis financiers.

Mon avis : (écouté en juillet 2019)
Ce livre est un classique jeunesse anglo-saxon. J’ai découvert Anne Shirley, grâce à un téléfilm, « Anne, la maison aux pignons verts » de John Kent Harrison datant de 2016 et que j’ai vu l’hiver dernier à la télévision.
Matthew et Marilla Cuthbert sont frère et sœur, ils exploitent ensemble une ferme sur l’Île-du-Prince-Edouard en Nouvelle-Ecosse. N’étant plus très jeunes, ils ont décidé d’accueillir chez eux un orphelin pour aider aux travaux à la ferme. Mais lorsque Matthew se rend a la gare de Bright River chercher le petit orphelin… il trouve une fillette aux cheveux roux, pétillante et très bavarde ! Ne pouvant la renvoyer, Matthew décide de rentrer aux Pignons Verts avec Anne et, pendant le trajet, tombe peu à peu sous le charme de la petite fille. Anne Shirley a une énergie et une imagination débordante, elle aime lire des romans et de la poésie, elle croque la vie avec optimisme, elle est curieuse de tout et pleine de générosité mais elle est également têtue et susceptible… Avec toute sa fantaisie et sa jeunesse, elle va bousculer la vie rangée des Cuthbert. Anne, de même que la communauté d’Avonlea sont attachantes, les descriptions de l’Île-du-Prince-Edouard sont dépaysantes et pleines de couleurs.
Anne m’a fait penser à la fois à Fifi Brindacier, Sophie (des
Malheurs de Sophie), Rémi (de Sans famille), Tom Sawyer… les héros de mon enfance et j’aurais adoré connaître bien plus tôt Anne et ses proches mais je suis ravie de savoir qu’il y a une suite avec une dizaine de livres à découvrir…
L
a série télévisée canadienne « Anne with an E » est également une libre adaptation de ce livre.

Extrait : (début du livre)
Madame Rachel Lynde habitait à l’endroit précis où la grand-route d’Avonlea plongeait brusquement dans le creux d’un vallon bordé d’aunes et de fuchsias et traversé d’un ruisseau qui prenait sa source dans le bois, en arrière de la vieille maison Cuthbert. On disait que ce ruisseau impétueux serpentait à travers le bois par un mystérieux dédale de méandres, de cuvettes et de cascades, mais, une fois arrivé à Lynde’s Hollow, il se transformait en un ruisselet paisible parfaitement discipliné, car même un ruisseau n’aurait pu passer devant la porte de Mme Rachel Lynde sans soigner son apparence et ses bonnes manières. Il était sans doute fort conscient, ce ruisseau, que Mme Rachel, assise derrière sa fenêtre, prenait bonne note de tout ce qu’elle apercevait, à commencer par les enfants et les cours d’eau. Il savait bien que, pour peu qu’elle remarquât quelque chose d’étrange ou de déplacé, elle ne serait en paix qu’après en avoir compris le pourquoi et le comment.

Bien des gens, à Avonlea comme ailleurs, s’occupent des affaires de leurs voisins et négligent les leurs. Pour sa part, Mme Rachel Lynde était de ces créatures particulièrement douées qui peuvent à la fois s’occuper de leurs affaires personnelles et mettre le nez dans celles des autres. C’était une maîtresse de maison hors pair ; elle s’acquittait toujours à la perfection de ses tâches domestiques ; elle dirigeait le cercle de couture, aidait à organiser les cours de catéchisme pour l’école du dimanche, et s’était instituée pilier de la société de bienfaisance de son église et auxiliaire des missions pour l’étranger.

Pourtant, en dépit de toute cette activité, Mme Rachel trouvait le temps de rester assise des heures durant à la fenêtre de sa cuisine pour tricoter des courtepointes à chaîne de coton – elle en avait tricoté seize, c’est ce que racontaient avec admiration les femmes d’Avonlea – tout en parcourant de son regard perçant la route principale qui, ayant traversé le vallon, montait, en s’essoufflant, la butte rouge que l’on voyait au loin. Comme Avonlea occupait une petite presqu’île triangulaire qui faisait saillie dans le golfe du Saint-Laurent, on n’avait pas d’autre choix, pour en sortir ou y rentrer, que de passer par la route de la colline ; on n’échappait donc jamais à l’œil inquisiteur de Mme Rachel.

petit bac 2019(8) Couleur

Québec_en_novembre_n

 

2 réflexions sur “Anne… La Maison aux pignons verts – Lucy Maud Montgomery

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s