Geneviève de Gaulle, Les yeux ouverts – Bernadette Pécassou

masse_critique_fev

Lu en partenariat avec Babelio et Calmann Lévy

71hC2zqyH-L Calmann Lévy – mars 2019 – 320 pages

Quatrième de couverture :
Nièce du général, bien moins connue que cet oncle qui l’aimait beaucoup, Geneviève de Gaulle-Anthonioz a pourtant tracé un chemin exemplaire.
À 20 ans, résistante déportée à Ravensbrück, elle fait l’expérience de la fraternité, de la solidarité qui sauve. De ces heures noires et d’un inébranlable sens du devoir et de la justice, elle tire la force de dédier sa vie à la défense des plus pauvres. Engagée pendant trente ans auprès d’eux à travers ATD Quart Monde, elle est aussi, ce qu’on ignore, à l’origine de la loi anti-exclusion adoptée par le Parlement en 1998.
Voici donc le portrait intime d’une Française courageuse, d’une « petite dame » à la volonté d’acier, d’une épouse amoureuse et mère attentive, d’une femme entière qui, face aux injustices, a toujours refusé de détourner le regard.

Auteur : Journaliste, réalisatrice et romancière, Bernadette Pécassou-Camebrac a réuni documentation, rencontres et souffle romanesque pour écrire cette biographie. Elle est aussi l’auteure de nombreux romans à succès dont La Belle Chocolatière, La Dernière Bagnarde et, tout dernièrement, L‘Hôtelière du Gallia-Londres.

Mon avis : (lu en mars 2019)
Avant de lire cette biographie, je connaissais un peu Geneviève de Gaulle-Anthonioz, comme nièce du Général de Gaulle, comme résistante ayant été déportée et surtout pour son engagement à ATD Quart Monde.
J’ai le souvenir de quelques interventions à la télévision de cette petite dame d’une grande classe, avec ses petites lunettes, d’une voix douce mais ferme.
J’ai vraiment lu, comme un roman, cette biographie passionnante et instructive et découvert avec bonheur cette femme de volonté et d’engagement.
Les mots en exergue sur la couverture de ce livre : « Résister, s’engager, lutter, s’entraider, croire, servir, aimer » définissent parfaitement Geneviève de Gaulle-Anthonioz.
Elle a 20 ans, en 1940, lorsqu’elle s’engage dans la Résistance. En 1944, Geneviève de Gaulle est déportée à Ravensbrück où elle rencontrera Germaine Tillion et la fraternité des camps en tissant des liens de solidarités entre les détenues. Au retour, avec ses sœurs de captivité, Geneviève de Gaulle est membre actif de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR) qui organise l’accueil  et le suivi des déportées au retour des camps.
Le principal combat de Geneviève Anthonioz-de Gaulle sera surtout son engagement contre la misère et la pauvreté. En octobre 1958, elle rencontre le Père Joseph Wresinski, il est l’aumônier du bidonville de Noisy-le-Grand, là-bas, elle est choquée par « l’odeur de la misère », tout comme au camp de Ravensbrück. Son engagement à ATD-Quart Monde est alors une évidence et lorsque Geneviève de Gaulle-Anthonioz sera nommée en 1988 au Conseil économique et social, elle mènera pendant 10 ans un combat acharné pour l’adoption d’une loi d’orientation contre la grande pauvreté.
Infatigable pour mener de nombreux combats justes pour autrui, effacée et modeste, à travers cette biographie passionnante, Geneviève de Gaulle-Anthonioz mérite vraiment à être mieux connue.
Merci Babelio et Calmann Lévy pour cette très belle découverte.

 

Extrait : (début du livre)
— Voulez-vous m’épouser ?
Geneviève vient de le demander en mariage en plongeant son regard dans le sien, et Bernard Anthonioz accuse le coup. Il se demande s’il a bien entendu, bien compris.
« L’honneur, c’est comme l’amour, disait-on dans la famille de Gaulle en citant Bernanos, c’est un instinct. »

Comme le matin où, jeune étudiante à Rennes, elle a arraché le drapeau allemand sur le pont Saint-Georges parce qu’il était inacceptable de le voir flotter au vent de France, son instinct a dit à Geneviève de Gaulle que ce jeune homme au regard intense et aux doux yeux bruns était celui qu’elle aimerait toujours. Alors sans hésitation ni calcul elle a fait sa demande. Maintenant, une inquiétude voile son regard fier. Que va-t-il répondre. Et s’il refusait ? Car le jeune homme reste muet.
Troublée, elle ne voit pas à quel point elle l’a déstabilisé. Ils se connaissent depuis peu, et s’il éprouve déjà des sentiments à son égard, il est moins rapide qu’elle sur ce genre de question. Les mots ne viennent pas. Un vent glacial siffle à leurs oreilles et les passants pressent le pas sur ce pont du Mont-Blanc au beau milieu duquel ils se sont arrêtés. Les voitures filent à vive allure. Il voudrait qu’elle parle pour sortir de cette situation. Mais Geneviève ne bouge pas, ne baisse pas les yeux. Elle attend. Garder une telle fermeté en pareille situation n’est pas donné à tout le monde. Bernard Anthonioz savait que Geneviève de Gaulle n’était pas n’importe qui, mais il découvre à quel point sa personnalité est forte. Il s’interroge. Par son parcours, par la façon dont elle a traversé les nombreux drames de sa jeune vie sans perdre confiance en l’humanité, par ce tempérament hors normes dont elle vient à l’instant de lui donner une preuve qui le laisse sans voix, elle le déstabilise et le bouleverse. Mais ce n’est pas pour autant qu’il va dire « oui » tout de suite. Ce genre de décision ne se prend pas sous le coup d’un moment d’émotion. Sur ses épaules pèse une lourde charge. Orphelin de père, il est l’unique soutien de sa mère et de sa petite sœur. Il a un petit salaire et ne voit pas comment il pourrait subvenir aux besoins d’une deuxième famille. Et il y a autre chose, une autre raison qui le retient… Il ne comprend pas pourquoi Geneviève l’a choisi, lui, sans grade et sans fortune, alors que les plus grandes familles françaises se pressent autour de cette jolie nièce du général Charles de Gaulle, honneur de la France résistante. Il sait qu’elle a refusé deux partis prestigieux que sa tante Yvonne de Gaulle lui a déjà présentés. Un officier et un historien, tous deux issus de grandes familles. « Elle n’en a pas voulu pour une raison simple, elle n’était pas amoureuse. Tel que tu es, tu peux comprendre ça, non ? » lui a répondu Germaine Tillion, leur amie commune, quand il s’en est inquiété auprès d’elle.

petit bac 2019(2) Partie du corps

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s