Je me souviens – Martin Michaud

41XmwAq16zL 1500327-gf cover-souviens

Kennes Editions – octobre 2017 – 688 pages

Les éditions Coup d’œil – mars 2017 – 648 pages

Les éditions Goélette – septembre 2012 – 636 pages

Quatrième de couverture :
À Montréal, juste avant Noël, un homme et une femme meurent le cou transpercé par ce qui semble être un instrument de torture sorti tout droit du Moyen Âge. Auparavant, ils ont entendu la voix de Lee  Harvey Oswald, l’assassin présumé du président Kennedy. Un sans-abri se jette du haut d’un édifice de la place d’Armes. Ayant séjourné à plusieurs reprises en psychiatrie, il prétendait avoir participé, avec le FLQ, à l’assassinat de Pierre Laporte. Sur le toit, avant de sauter, il laisse deux portefeuilles, ceux des victimes. La série de meurtres se poursuit, les cadavres s’empilent… De retour à la section des crimes majeurs, le sergent-détective Victor Lessard mène l’enquête avec, pour le meilleur et pour le pire,  la truculente Jacinthe Taillon. Je me souviens parle d’identité à bâtir, de mémoire à reconstituer et de soif d’honneur.

Auteur : « Le maitre du polar québecois ». Né en 1970, établi à Montréal depuis plus de vingt ans, Martin Michaud a longuement pratiqué le métier d’avocat d’affaires avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Reconnu par la critique comme le chef de file des écrivains de romans policiers québécois, il a obtenu un succès sans cesse grandissant avec ses sept thrillers, qui lui ont valu la reconnaissance du public et de nombreux prix littéraires. Il scénarise en outre d’après son oeuvre une série télé intitulée Victor Lessard qui connaît un succès retentissant au Québec.

Mon avis : (lu en octobre 2018)
C’est la troisième enquête de la série Victor Lessard. Victor est de retour après sa dernière enquête qui s’était mal terminée. Avec sa coéquipière haute en couleur, Jacinthe Taillon, il doit élucider le suicide d’un sans-abri et le meurtre particulièrement cruel d’une femme. Cette dernière a été torturée avec un étrange instrument inspiré de ceux utilisés à l’époque du Moyen Âge… Les enquêteurs découvrent des portefeuilles sur les lieux du suicide du sans-abri, en particulier celui de la femme mortellement torturée…
Plusieurs pistes se dessinent, des fausses, des bonnes… et alors que l’enquête progresse, d’autres meurtres ritualisés sont commis. Victor Lessard va devoir résoudre au plus vite son enquête…
L’intrigue, bien construite, est complexe et prenante à souhait. Le travail d’équipe Victor et Jacinthe est jouissif à observer par le lecteur qui a quelques informations d’avance sur la police… Voilà un roman policier réussi !
Martin Michaud a adapté, en série télévisée de 10 épisodes, diffusée au Québec, cette enquête en 2017.

Extrait : (début du livre)
Montréal
Plus tôt dans la journée, jeudi 15 décembre

Miss météo pencha la tête sur le côté en posant deux doigts contre son oreille, l’air morose. Puis, quand la voix dans son oreillette lui cracha qu’elle entrait en ondes, son regard s’illumina et elle se mit à déclamer sa prophétie avec assurance :
«Tempête de neige. Accumulation de trente centimètres. Poudrerie. Vents violents.»
La femme se leva et éteignit le téléviseur ; un sourire impétueux, presque sauvage, passa sur son visage raviné. Elle rinça le bol ayant contenu ses céréales dans l’évier, puis le déposa sur le comptoir.
Les cristaux liquides de la cuisinière indiquaient 6h.

Il n’y avait pas de meilleur moment pour faire une promenade que dans le blizzard du matin. Le temps se suspendait et, sous le dôme laiteux qui la purifiait de ses souillures, la ville reprenait son souffle.

La femme empruntait toujours le même trajet.
Emmitouflée dans un manteau de duvet, elle quitta l’immeuble qu’elle habitait, rue Sherbrooke, tout près du Musée des beaux-arts, et descendit Crescent. Là où, l’été, la nuit, une faune bling-bling et m’as-tu-vu se pressait à la sortie des bars, elle ne rencontra que son reflet dans les vitrines. Elle remonta ensuite de Maisonneuve et passa devant le club de danseuses nues Wanda’s.
Coin Peel, la femme traversa au feu de circulation en suivant, d’un regard amusé, les embardées d’une voiture qui patinait en essayant de tourner le coin.
La neige s’accumulait déjà sur les trottoirs, le vent hurlait dans ses oreilles, les flocons tourbillonnaient dans l’air.

Elle s’était arrêtée sur l’esplanade du 1981, avenue McGill College ; décorés de lumières, les arbres bordant l’artère luttaient contre les rafales.
Elle admirait la statue La foule illuminée, lorsqu’une main posée sur son épaule la fit sursauter. Survêtement de laine polaire, pantalon de treillis glissé dans des Doc Martens à quatorze œillets, multiples piercings, yeux fardés de noir, dreadlocks émergeant d’une tuque ornée d’une tête de mort, la jeune punk semblait tout droit sortie d’un concert des Sex Pistols.
Effrayée, la femme recula brusquement lorsque, les mains en porte-voix devant ses lèvres noires, l’ange des ténèbres s’approcha et lui dit à l’oreille:
– I didn’t shoot anybody, no sir!
Se demandant si elle avait bien entendu, la femme voulut faire répéter la vampire, mais avant qu’elle ne puisse réagir, celle-ci tourna les talons, enfourcha sa bicyclette et fut avalée par la tempête. La femme écarquilla les yeux, resta un moment immobile à scruter la rue, le corps ballotté par la bourrasque.

QEN2017_600-300x200-300x200

Déjà lu du même auteur :

Il ne faut pas parler dans l'ascenseur Il ne faut pas parler dans l’ascenseur

La-chorale-du-diable La chorale du diable

Une réflexion sur “Je me souviens – Martin Michaud

  1. l’ayant lu avec le dessin du bonhomme en couverture, je me demande quel effet ça fait avec les autres couv’
    et je croyais que la saga était dans le désordre chronologique, est-ce que je me trompe?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s