C’est lundi, que lisez-vous ? [26]

cestlundi
C’est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière ?

51N1eKgfarL 9782367626598-001-T

Carton jaune – Didier Daenincks, Asaf Hanuka
En sacrifice à Moloch – Åsa Larsson

Qu’est-ce que je lis en ce moment ?

Ma chère sœur – Alf Kjetil Walgermo (Masse Critique Babelio)
L’Écossais – Anna Briac

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Le bruit des choses qui commencent – Evita Greco (partenariat Albin Michel)
Qaanaak – Mo Malø (partenariat Éditions de la Martinière)
Mille soleils – Nicolas Delesalle

Bonnes lectures et bonne semaine

En sacrifice à Moloch – Åsa Larsson

logoprixaudiolib2018

9782367626598-001-T 51S79mHRMML

Audiolib – avril 2018 – 10h58 – Lu par Odile Cohen

Albin Michel – août 2017 – 448 pages

traduit du suédois par Caroline Berg

Titre original : Till offer åt Moloch, 2012

Quatrième de couverture :
Au terme d’une traque impitoyable dans les forêts de Lainio, en Laponie suédoise, un ours féroce est abattu. Dans sa panse : les restes d’un homme…
Cette macabre découverte est suivie quelques mois plus tard par l’assassinat d’une femme à coups de fourche. Chargée de l’enquête, la procureure Rebecka Martinsson ne tarde pas à recouper ces faits a priori sans rapport : les deux victimes avaient un lien de parenté ; ils étaient père et fille. Mais ils ne sont ni les premiers ni les derniers à disparaître, comme si une étrange malédiction frappait leur famille…
Åsa Larsson, star du polar scandinave, part sur les traces d’un terrible et lointain secret, dans les paysages crépusculaires et inquiétants du Grand Nord suédois.

Auteur : Åsa Larsson a grandi à Kiruna, au-dessus du cercle polaire arctique, où se déroulent tous ses romans. Avocate comme son héroïne Rebecka Martinsson, elle se consacre désormais à l’écriture. Devenue l’auteure de romans policiers la plus aimée des Scandinaves, elle compte désormais des millions de lecteurs à travers le monde. Déjà publiés en France : En sacrifice à Moloch, Le sang versé, La piste noire et Tant que dure ta colère.

Lecteur : Odile Cohen a commencé sa carrière au théâtre sous la direction de Robert Hossein et Daniel Mesguich. Elle est la voix française attitrée de Renée Zellweger, qui a incarné Bridget Jones au cinéma.

Mon avis : (écouté en mai 2018)
C’est le cinquième roman de la série avec la procureur Rebecka Martinsson qui se situe dans le Grand Nord suédois dans la région de Kiruna en Laponie. C’est une série que je suis depuis quelques années (j’ai déjà lu les tomes 2 à 4), donc j’étais ravie de découvrir ce nouvel épisode. Tout commence par une chasse à l’ours et la découverte des restes d’un homme dans sa panse… Quelques mois après, une femme, Sol-Britt, est sauvagement assassinée à coups de fourche. Ces deux morts ont un lien de parenté, ils sont père et fille… Rebecka Martinsson va vite découvrir qu’ils ne sont pas les seuls victimes d’une malédiction familiale. En effet, trois ans plus tôt, le fils de Sol-Britt a été renversé par une voiture avec un délit de fuite et le coupable n’a jamais été retrouvé. Et à travers un récit parallèle à l’enquête, le lecteur va découvrir l’histoire d’Elena, la grand-mère de Sol-Britt, Elena, qui a été elle aussi assassinée, presque un siècle plus tôt…
Le meurtre de Sol-Britt ayant lieu dans le village où habite Rebecka Martinsson, elle va être dessaisie de l’affaire au profit de l’affreux magistrat von Post, un collègue envieux et incompétent… Rebecka mènera cependant sa propre enquête avec l’aide de Krister, le maître chien, et leurs chiens à tous deux : Vera, le Morveux, Tintin ou Roy…
Une enquête passionnante et rythmée que j’ai beaucoup aimé découvrir.

Avec ce livre audio, s’achève mes écoutes pour le Prix Audiolib 2018 et dès la fin du mois, je publierai mon classement pour cette sélection qui m’a beaucoup plu.

Extrait : (début du livre)
Qu’est-ce qui peut bien faire hurler un chien de la sorte ? Samuel Johansson n’a encore jamais entendu son chien donner de la voix de cette façon.
Il est là, dans sa cuisine, en train de beurrer tranquillement une tartine. Son chien d’élan norvégien est attaché à sa chaîne dans la cour. Le calme règne alentour.
Le chien se met à aboyer. Un aboiement sonore et furieux, pour commencer.
Qu’est-ce qui le fait aboyer comme ça ? Pas un écureuil, en tout cas. Le fermier connaît sa manière d’aboyer quand il voit un écureuil. Un élan ? Non, sa voix est plus grave et plus pleine quand il a senti la piste d’un élan.
Soudain, il doit se passer quelque chose parce que le chien pousse un hurlement. Il hurle comme si les portes de l’Enfer venaient de s’ouvrir sous son nez. Le bruit réveille chez Samuel Johansson une terreur ancestrale.
Puis c’est le silence.
Samuel sort de chez lui en courant. Sans veste. Sans souliers. Sans réfléchir.
Il trébuche dans l’obscurité de l’automne vers le garage et le chenil.
L’ours est là, debout dans le halo de l’éclairage extérieur. Il tire sur le chien pour l’emporter, mais le corps sans vie de l’animal est toujours accroché à la chaîne. L’ours tourne sa gueule ensanglantée vers Samuel et rugit.
Samuel recule, manque de tomber. Mais tout à coup, il sent grandir en lui une force surnaturelle et il court, plus vite qu’il n’a jamais couru, retournant vers la maison pour aller chercher la carabine. L’ours ne le suit pas et pourtant Johansson a l’impression de sentir sur sa nuque le souffle chaud de l’énorme bête.
Il charge l’arme, les mains moites, avant de rouvrir sa porte avec précaution. Il doit garder son calme et viser juste. S’il le manque, tout peut aller très vite. L’ours blessé pourrait bondir sur lui en quelques secondes.
Il avance dans le noir. Un pas à la fois. Les poils dressés sur sa nuque comme de petites épingles.
L’ours est toujours là. Occupé à dévorer ce qui reste du chien. Il lève la tête quand Samuel retire la sécurité de la carabine.
Samuel n’a jamais autant tremblé qu’à présent. Il faut faire vite. Il essaye de garder son calme sans y parvenir.
L’ours balance la tête, menaçant. Grogne. Respire comme un soufflet de forge. Il fait démonstrativement un pas en avant. Samuel tire. Touche. L’ours tombe. Mais il se relève aussitôt. Et disparaît dans l’obscurité de la forêt.

À présent, il est introuvable. La lumière du garage n’éclaire pas assez loin.
Samuel rentre chez lui à reculons, pointant la carabine ici et là. L’oreille tendue vers les arbres. Il s’attend à chaque instant à voir l’ours revenir pour l’attaquer. Il n’y voit qu’à quelques mètres.
Encore vingt pas pour atteindre la porte. Son cœur bat fort. Cinq mètres. Trois. Ouf !
Il tremble à présent de tous ses membres. Il doit poser le téléphone portable sur la table et le tenir fermement de la main gauche pour pouvoir taper le numéro. Le président de la chasse décroche à la première sonnerie. Ils conviennent de lancer une battue dès le lever du jour. Ils ne peuvent rien faire dans le noir.

Déjà lu du même auteur :

9782226256096g Le sang versé 9782226318176m La piste noire

tant que dure ta colère Tant que dure ta colère

voisinsvoisines2_2018Suède

 

Carton jaune – Didier Daenincks, Asaf Hanuka

51N1eKgfarL Emmanuel Proust Éditions – octobre 2004 – 56 pages

Quatrième de couverture :
Coupe du Monde de football, 1938. Avec l’équipe de France, Jacques Benzara passe de la misère des rues de Tunis à la gloire. Courtisé par le Tout-Paris, l’attaquant vedette du mythique  » Red Star  » voit pourtant son ascension menacée par les déflagrations de l’Histoire. Dans la période troublée de la montée du nazisme, sauvera-t-il son unique amour ? Cette chronique d’une destinée hors du commun est inspirée d’un personnage réel ; un boxeur tunisien dont la gloire fut éclipsée par celle de Marcel Cerdan.

Auteurs : Didier Daenincks, né en 1949, à Saint-Denis. Écrivain, journaliste, il est l’auteur des quelques uns des plus célèbres polars français : Meurtres pour mémoire, Le Der des Der… Il a aussi scénarisé les bandes dessinées Cannibale, Le Retour d’Ataï, Texas Exil et Le Train des oubliés.
Asaf Hanuka vit à Tel-Aviv. Israélien, il a appris la bande dessinée à l’école Émile Cohl de Lyon en même temps qu’il réalisait Carton Jaune.

Mon avis : (lu en mai 2018)
Pour écrire le scénario de cette bande dessinée, Didier Daenincks s’est inspiré de la vie du boxeur, tunisien et juif, Victor Young Perez tué par les nazis lors de la « Marche de la Mort » en 1945. Toutes ces précisions nous sont données dans la préface.
Dans la bande dessinée, Jacques Bebzara est un gamin de Tunis, il est particulièrement doué lorsqu’il a la balle au pied et qu’il joue au football. Remarqué, il part à Paris où devient le joueur vedette du « Red Star ». En 1938, il participe à la Coupe du Monde avec l’équipe de France et le public l’acclame et l’admire, tout lui réussit !
Mais la montée du nazisme est là et toute l’admiration du public ne fera pas le poids pour le sauver… En effet, Jacques Bebzara est juif…
J’ai pris cette BD au hasard à la bibliothèque, pour Didier Daenincks  et pour le mot JAUNE du titre (pour mon challenge Petit Bac). Je ne m’attendais pas à une histoire aussi émouvante.
C’est surprenant de vouloir rendre hommage à un boxeur en racontant une histoire de footballeur… Sans doute pour l’auteur une façon de s’autoriser plus de liberté autour du personnage de Jacques…

Extrait : (début de la BD) (cliquer sur les planches pour les agrandir)

carton_jaune_1 carton_jaune_2
carton_jaune_3 carton_jaune_4
carton_jaune_5 carton_jaune_6

Petit bac 2018Couleur (3)

 

C’est lundi, que lisez-vous ? [25]

cestlundi
C’est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu’est-ce que j’ai lu la semaine dernière ?

51WxWBnZd1L 9782367626673-001-T 417yENABY7L

Mon traître – Pierre Alary et Sorj Chalandon
La ferme du bout du monde – Sarah Vaughan
J’apprends le français – Marie-France Etchegoin

Qu’est-ce que je lis en ce moment ?

Dans le murmure des feuilles qui dansent – Agnès Ledig
Entre deux mondes – Olivier Norek
Hunter – Roy Braverman (Babelio)

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Le bruit des choses qui commencent – Evita Greco (partenariat Albin Michel)
Ma chère sœur – Alf Kjetil Walgermo (Masse Critique Babelio)
L’écossais – Anna Briac
Qaanaak – Mo Malø (partenariat Éditions de la Martinière)

Bonnes lectures et bonne semaine

J’apprends le français – Marie-France Etchegoin

417yENABY7L JC Lattès – février 2018 – 200 pages

Quatrième de couverture :
De cette expérience, elle tire un récit tout à la fois bouleversant et drolatique : l’histoire passionnante et mouvementée d’un double apprentissage. Le sien puisqu’elle n’a jamais enseigné ni agit au quotidien auprès des migrants. Et celui de jeunes hommes, parfois illettrés, qui au terme d’un très long et terrible voyage, se retrouvent devant un tableau, confrontés à l’un des langues les plus difficiles du monde, dont ils n’ont jamais entendu un mot. Dans le huis clos de cette classe, ils disent à nouveau «  je  » et font entendre leur incroyable odyssée tandis que leur «  professeur  » invente sa méthode en s’efforçant d’éviter les maladresses.
Quand pour la première fois, elle a franchi les portes du centre d’hébergement d’urgence du 19eme arrondissement, près de chez elle, Marie France Etchegoin  savait seulement qu’elle voulait «  aider  » pour ne pas avoir «  à regretter de n’avoir rien fait  ». Elle n’imaginait pas que Sharokan,   Ibrahim ou Salomon lui en apprendraient autant sur elle-même et qu’à travers eux, elle allait redécouvrir la complexité et la richesse de la langue française et aussi ce qui, au fond, nous constitue et qui fait trait d’union au-delà des frontières : la force de la parole.

Auteur : Écrivaine, journaliste, auteure de nombreux essais, et ancienne rédactrice en chef de L’Obs, Marie-France Etchegoin s’est essayée au métier… de « professeur » pour des réfugiés venus d’Afghanistan, du Soudan, d’Érythrée, du Tchad, d’Éthiopie ou de Guinée. Depuis deux ans, elle leur apprend le français.

Mon avis : (lu en mai 2018)

Dès le début de la lecture de ce livre dont j’avais entendu parler à la télévision, j’ai pensé à celui de Bertrand Guillot, B.A.-BA. La vie sans savoir lire que j’ai lu en novembre dernier.
Un jour, Marie France Etchegoin décide d’aller aider le centre d’hébergement d’urgence installé dans l’ancien lycée Jean Quarré situé à côté de chez elle. On lui demande de donner des cours de français deux ou trois fois par semaines à des réfugiés. Ils viennent de tout horizon, « Afghanistan », « Soudan », « Érythrée » ou alors « Éthiopie », « Somalie », « Libye », « Tchad », « Guinée »… Non seulement Marie-France va donner des cours d’alphabétisation mais surtout faire la rencontre de Suleyman, Sharokan, Abdullah, Salomon, Ibrahim, Mahmoud, Abdelaziz, Aldon…
Avant d’arriver en France, ils ont du quitter leur pays, car leur vie était menacée, car ils ont tout perdu dans leur pays, car c’est la guerre… Leur voyage a été long et périlleux et maintenant qu’ils sont arrivés à Paris, ils ne savent pas quel sera leur avenir… Auront-ils le droit de rester en France ? Obtiendront-ils les papiers nécessaires ? Ils vivent au jour le jour, dans l’incertitude du lendemain mais ils restent dignes.
Marie-France leurs donne bénévolement des cours de français, mais elle reçoit en échanges beaucoup plus à travers les conversations et les confidences que les uns et les autres vont lui faire. Un livre passionnant et fort en émotions. 

Extrait : (début du livre)
— Bonjour, je suis Marie. Et vous ?
— Je suis Sharokan.
— Bonjour, je suis Marie. Et vous ?
— Je suis Abdullah.
— Bonjour, je suis Marie. Et vous ?
— Je suis Suleyman.
— Bonjour, je suis Marie. Et vous ?
— Je suis Salomon.
— Je suis Aldon, je suis Ibrahim, je suis Omar…
Chaque fois la même ritournelle. Cela n’a l’air de rien, c’est sans surprise. Mais, ici, nous savons pourquoi nous aimons ces salutations cent fois répétées, nous le savons confusément mais nous le savons. Ce rituel apprend à dire je
– JE, MOI,
unique, irremplaçable, ici et maintenant, ce rituel apprend le verbe être, sans lequel on n’est rien, quels que soient la langue que l’on parle et le pays d’où l’on vient. Comment être quand on a tout perdu ? Comment être quand on se cherche encore ? Je revisite ces mots avec vous.

JE SUIS, et le prénom qui nous a été donné. Trois mots collés ensemble et qui, selon la manière dont ils sont prononcés, divisent le monde en deux. Moi, je les formule sans avoir besoin d’y penser. Ils sont comme l’air que je respire, le pied que je mets en avant pour marcher, les yeux que je ferme pour dormir. Personne ne m’a jamais interdit de dire Je. Personne ne m’a jamais empêchée d’être, ou si peu. Je suis. Je suis l’amoureuse de mon mari. Je suis la mère d’enfants qui me ravissent. Je suis la fille qui honore sa mère et son père. Je suis une sœur aux côtés de son frère. Je suis une journaliste qui écrit des livres. Je suis une habitante de la Mouzaïa, quartier champêtre de la capitale à l’ombre de barres en béton. Je suis une Parisienne dont le seul véritable problème est d’avoir dépassé la cinquantaine. Je suis une femme qui mène une vie pleine mais qui n’aime pas se contenter de ce qu’elle a. Je suis une Occidentale moyennement névrosée, avec une voix planquée dans un recoin incognito de son petit moi qui lui serine parfois : « Es-tu sûre d’être vraiment ce que tu dis ? » Je suis quelqu’un à qui il arrive d’éprouver ce vertige que Freud appelait « l’inquiétante étrangeté ». Mais, au bout du bout, je suis. Je suis qui je suis. Je l’affirme en toute tranquillité : Je suis Marie et même Marie-France si je veux…

La ferme du bout du monde – Sarah Vaughan

logoprixaudiolib2018

9782367626673-001-T 116576028

Audiolib – avril 2018 – 12h43 – Lu par Julie Pouillon

Préludes – avril 2017 – 448 pages

traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Alice Delarbre

Titre original : The farm at the edge of the world, 2016

Quatrième de couverture :
Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.
1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin.
Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle va y découvrir.
Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix
ans plus tard ?

Auteur : Après des études d’anglais à Oxford, Sarah Vaughan s’est consacrée au journalisme. Elle a travaillé pendant onze ans au Guardian avant de publier La Meilleure d’entre nous. Elle vit près de Cambridge avec son époux et leurs deux enfants. La Ferme du bout du monde, son deuxième roman, est dans tous les classements de meilleures ventes en France depuis sa sortie.

Lecteur : Après des études littéraires, Julie Pouillon s’est formée à l’École du Théâtre d’Art de Moscou et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Elle a notamment travaillé sous la direction de Bernard Sobel, Stanislas Nordey, Georges Lavaudant et David Lescot. Au cinéma, elle tourne dans La frontière de l’aube de Philippe Garrel et Une fois comme jamais de Céline Pouillon. Lectrice pour Le train des écrivains – Blaise Cendrars, Julie Pouillon est aussi l’interprète de fictions et nombreuses lectures radiophoniques pour France Culture.

Mon avis : (lu en juillet 2017 et écouté en mai 2018)
J’ai découvert ce livre en version papier l’été dernier, le titre et la couverture de ce roman m’avait fait très envie, d’autant que j’avais beaucoup aimé le premier livre de Sarah Vaughan.
La ferme du bout du monde est située dans les Cornouailles, au sommet d’une falaise et les premières phrases du livre nous plante un superbe décor propice au dépaysement. Dans cette ferme, il y a Maggy, sa fille Judith et Tom, le fils de Judith, qui tentent tant bien que mal de vivre des revenus de la ferme. C’est difficile, ils ont de nombreuses dettes et ils commencent sérieusement à envisager de vendre. 
Lucy, la fille de Judith, vient les rejoindre à la ferme. Elle a besoin de se ressourcer après avoir été trompée par son mari et, dans son travail d’infirmière, avoir failli tuer un bébé en lui administrant une mauvaise dose d’un médicament. Elle est effondrée et en revenant à la ferme, elle espère se reconstruire.
L’histoire ne se situe pas simplement de nos jours… il y a également des retours dans le passé, dans les années 40, avec Maguy jeune, et le lecteur va petit à petit découvrir un secret de famille enfouit dans le passé…
J’ai passé un très bon moment de lecture avec cette histoire touchante et palpitante avec des personnages attachants dans de merveilleux paysages.

Extrait : (début du livre)
La ferme tourne le dos à l’océan et aux vents violents qui en montent par bourrasques : une longue bâtisse de granit tapie sur sa falaise. Depuis plus de trois cents ans elle est là, surveillant les champs d’orge et les troupeaux de vaches Ayrshire, qui paissent lentement, déplacent avec langueur leur masse d’un brun-roux tranchant sur le vert luxuriant.
Elle monte la garde, cette ferme, aussi immuable que les rochers, bien plus que les dunes mouvantes, elle regarde la haie débordant sur la route et prenant au piège les rares automobilistes – car peu s’aventurent jusqu’à ce lieu, qui surplombe, de très haut, la mer. Les détails changent avec les saisons – l’aubépine qui fleurit puis se dépouille, le ciel meurtri par la pluie qui s’illumine ensuite, la récolte rassemblée en meules hirsutes qui seront entreposées dans la grange… La vue, elle, reste la même : un ruban de route, s’éloignant de cette portion isolée de la côte, montant vers la tapisserie de champs pour rejoindre le cœur de la Cornouailles et le reste de la Grande-Bretagne. Et, au-delà, toujours, la lande domine la région, tout en tourbe menaçante, ocre et grise.
Au soleil, ce décor paraît idyllique. C’est une ferme qu’un enfant pourrait dessiner : un toit d’ardoises, un porche blanchi à la chaux, des fenêtres disposées avec une rigueur presque mathématique : une de chaque côté de la porte, et une troisième ajoutée au XVIIIe siècle, lors de l’agrandissement de la maison. Les proportions sont bonnes. Une construction sûre d’elle, bâtie pour résister au vent qui incline les arbres à angle droit, qui fouette les carreaux à coups de grosses gerbes de pluie, pour supporter hiver sur hiver. Deux cheminées la coiffent et, d’octobre à mai, l’odeur âcre du feu de bois se mêle aux relents puissants de la cour et aux parfums plus délicats de la côte : la puanteur fruitée du fourrage, l’odeur miellée des ajoncs et celle, salée, de l’eau, herbe humide et bouses de vaches, camomille et vesce pour le bétail.
Les jours de beau temps, les murs de granit de la maison, des granges et des dépendances brillent d’une douce lueur chaleureuse, la pierre scintillante ressort sur le bleu de l’eau. Des marcheurs, à la recherche d’un salon de thé, se délectent du spectacle qu’offre le jardin à l’arrière – les champs de céréales touffues, les vaches au ventre bien rond, les surfeurs chevauchant des moutons dans la baie. Puis ils entendent le chant. Une mélodie sublime, si constante et si irrépressible qu’elle a donné au lieu son surnom. Ce n’est plus Polblazey, mais Skylark Farm, la « ferme de l’alouette ».

Déjà lu du même auteur :

la meilleure d'entre nous La meilleure d’entre nous

voisinsvoisines2_2018Angleterre

 Petit bac 2018Lieu (4)

Mon traître – Pierre Alary et Sorj Chalandon

51WxWBnZd1L Rue de Sèvres – janvier 2018 – 144 pages

Quatrième de couverture :
« Comment fait-on après, lorsqu’on est traître, pour effleurer la peau des autres ?
Celle de ta femme, de ton fils, de tes camarades, des vieilles dames qui t’applaudissent sous la pluie quand tu honores la République irlandaise…
On fait comment pour embrasser la joue d’un trahi ? »

Auteurs : Pierre Alary est né en 1970. En 1991, il intègre la prestigieuse école graphique des Gobelins à Paris. Il y reçoit un enseignement principalement tourné vers l’animation puis il est embauché aux studios Disney de Montreuil. Il y passera dix ans comme animateur sur TarzanKuzcole Bossu de notre Dame, et divers courts-métrages avant de se consacrer essentiellement à la bande dessinée. En 2001, paraît le premier tome de la série Les Échaudeurs des Ténèbres. L’aventure BD continue avec la série  Belladone scénarisée par Ange.  Suivront 3 tomes de Sinbad avec Arleston, puis l’adaptation de Moby Dick avec Olivier Jouvray. En 2013, commence la série Silas Corey scénarisée par Fabien Nury. En 2018, Mon Traître, adapté du roman de Sorj Chalandon.
Après trente-quatre ans à Libération, Sorj Chalandon est aujourd’hui journaliste au Canard enchaîné. Ancien grand reporter, prix Albert-Londres (1988), il est aussi l’auteur de sept romans, tous parus chez Grasset. Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006 – prix Médicis), Mon traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011 – Grand Prix du roman de l’Académie française), Le Quatrième Mur (2013 – prix Goncourt des lycéens) et Profession du père (2015).

Mon avis : (lu en mai 2018)
Pierre Alary adapte avec beaucoup de talent le récit autobiographique de Sorj Chalandon. Antoine, luthier parisien passionné par l’Irlande, découvre en 1977, Belfast et la situation de l’Irlande du Nord et le combat mené par l’IRA. Il va se lier d’amitié avec des soldats de l’armée républicaine et surtout avec le charismatique Tyrone Meehan, responsable de l’IRA, vétéran de tous les combats contre la puissance britannique.  » Mon traître « , comme l’appelle Antoine, car cet homme a été, pendant vingt-cinq ans, un agent agissant pour le compte des Anglais. Il a trahi ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis…
La bande dessinée a été construite avec le récit d’Antoine qui raconte sa rencontre avec la cause irlandaise, il ira jusqu’à devenir un point de contact à Paris, entrecoupé par des pages du compte-rendu d’interrogatoire de Tyrone Meehan, tapées à la machine.
Cette histoire poignante s’inspire de la vraie amitié qui a uni le journaliste français Sorj Chalandon à Denis Donaldson membre à la fois du Sinn Fein et de l’IRA. 
Le récit est fort, plein d’émotion, plein d’humanité, de douleur et de rage.
Une belle adaptation captivante !

Extrait : (cliquer sur les planches pour les agrandir)

A14optOUHoL

A1jzkUPQ-YL

A17IllCs+dL
A1ez5kJFAOL
A1glI5nSbpL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjà lu du même auteur : 

Retour___Killybegs  Retour à Killybegs  mon_traitre_p Mon traître