La vie secrète des arbres – Peter Wohlleben

logoprixaudiolib2018

9782367625492-001-T 91d7-MBTdSL 91fCJ17ATTL

Audiolib – novembre 2017 – 7h06 – Lu par Thibault de Montalembert

Les Arènes – mars 2017 – 260 pages

Les Arènes – octobre 2017 – 366 pages (édition illustrée)

Quatrième de couverture :
Dans ce livre plein de grâce, acclamé dans le monde entier, le forestier Peter Wohlleben nous apprend comment s’organise la société des arbres. Les forêts ressemblent à des communautés humaines. Les parents vivent avec leurs enfants, et les aident à grandir. Les arbres répondent avec ingéniosité aux dangers. Leur système radiculaire, semblable à un réseau internet végétal, leur permet de partager des nutriments avec les arbres malades mais aussi de communiquer entre eux. Et leurs racines peuvent perdurer plus de dix mille ans… Prodigieux conteur, Wohlleben s’appuie sur les dernières connaissances scientifiques et multiplie les anecdotes fascinantes pour nous faire partager sa passion des arbres.
Après avoir découvert les secrets de ces géants terrestres, par bien des côtés plus résistants et plus inventifs que les humains, votre promenade dans les bois ne sera plus jamais la même.

Auteur : Peter Wohlleben a passé plus de vingt ans comme forestier en Allemagne. Il dirige maintenant une forêt écologique. Son livre a été numéro un des ventes en Allemagne avec plus de 650 000 exemplaires vendus et est devenu un étonnant best-seller aux États-Unis, et maintenant en France. Il est traduit en 32 langues.

Lecteur : L’acteur Thibault de Montalembert, s’est illustré au cinéma dans des réalisations de B. Bonello, A. Desplechin, R. Bouchareb ou R. Warnier, au théâtre sous la direction de metteurs en scène tels que P. Chereau, L. Bondy et R. Planchon, ainsi qu’à la télévision, notamment dans la série Dix pour cent. Grand lecteur il a enregistré de nombreux titres pour Audiolib, dont Le Meilleur des mondes, Canada, Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants (Grand Prix du livre audio Plume de Paon 2012) ou encore La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, Prix Audiolib 2013, Le Livre des Baltimore et Le Meurtre de Roger Ackroyd.

Mon avis : (écouté de février à mars 2018)
J’ai vraiment eu du mal à écouter dans la continuité ce livre audio. Les premières tentatives dans le train le matin ou dans mon lit le week-end ont eu pour résultats de me plonger dans le sommeil assez rapidement…
J’ai voulu persévérer car j’étais convaincue que le sujet du livre était intéressant. J’ai donc décidé de l’écouter de temps en temps pendant de courtes périodes, car si je ne suis pas dans les bonnes conditions (avec une attention maximum), je décroche très rapidement…
L’auteur nous transmet avec passion toutes ses connaissances sur la forêt et les arbres. Un monde très surprenant, on apprend que les arbres communiquent entre eux par les racines, ils s’entraident, ils se défendent contre les prédateurs en émettant des substances désagréables ou toxiques… « Les forêts ressemblent à des communautés humaines ».
Le contenu de ce livre est très intéressant, mais je ne conseillerai pas la version audio pour le découvrir…
J’aurai voulu faire tester ce livre audio à mon fils aîné passionné de nature, mais à ce jour, il n’a pas encore eu le temps de l’écouter…

 

 

Extrait : (début du livre)
Il y a longtemps de cela, alors que je parcourais l’une des anciennes réserves de hêtres de ma forêt, de curieuses pierres moussues ont attiré mon attention. J’étais assurément passé maintes fois à côté sans les remarquer, jusqu’à ce jour où je me suis arrêté et accroupi. Leur forme, en léger arc de cercle, était peu ordinaire. En soulevant un peu la mousse, je mis au jour de l’écorce. Ce que je croyais être des pierres était en fait du vieux bois. Le bois de hêtre pourrissant habituellement en l’espace de quelques années sur un sol humide, la dureté du morceau que j’examinais m’étonna. Surtout, je ne pouvais pas le soulever, il était solidement ancré dans le sol. Je grattai alors un petit morceau de cette écorce avec un canif et découvris une couche verte. Verte ? Cette couleur n’apparaît que lorsqu’il y a présence de chlorophylle, soit dans les feuilles fraîches, soit stockée sous forme de réserve dans les troncs des arbres vivants. Une seule explication était possible : ce morceau de bois n’était pas mort ! À y regarder de plus près, les autres « pierres » n’étaient pas disposées au hasard, mais formaient un cercle de 1,50 mètre de diamètre. Je me trouvais en présence des très anciens vestiges d’une immense souche d’arbre. Il ne subsistait que quelques fragments de ce qui avait jadis été l’écorce tandis que l’intérieur s’était depuis longtemps décomposé et transformé en humus, deux indices qui permettaient de conclure que l’arbre avait dû être coupé entre 400 et 500 ans auparavant. Mais comment était-il possible que des vestiges survivent aussi longtemps ? Les cellules se nourrissent de sucres, elles doivent respirer, se développer, ne serait-ce qu’un minimum. Or, sans feuilles, donc sans photosynthèse, c’est impossible. Aucun des êtres vivants de notre planète ne résiste à une privation de nourriture de plusieurs centaines d’années, et cela vaut aussi pour les vestiges d’arbres, du moins pour les souches qui ne peuvent compter que sur elles-mêmes. À l’évidence, ce n’était pas le cas de celle-ci.

Petit bac 2018Passage du Temps (2)